Source EXTRAIT AFP - 28/03/2015

Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?

Lomé le 27/03/2015 - L'élection présidentielle togolaise, initialement prévue le 15 avril, a été reportée au 25 avril par décret présidentiel. "L’élection présidentielle aura finalement lieu le 25 avril 2015 et non le 15 avril, date initialement retenue". La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) avait proposé mardi au gouvernement togolais de reporter de 10 jours le scrutin afin de permettre une révision du fichier électoral à la suite de plaintes formulées par l'opposition et la société civile.

"Ce report tient compte de la recommandation formulée par le président en exercice de la Cédéao, le (chef de l'Etat) ghanéen John Dramani Mahama, au terme de sa visite le 24 mars et de ses échanges avec les autorités togolaises, ainsi qu’avec les candidats à l’élection présidentielle et la Céni (Commission électorale nationale indépendante)".

Pour l'opposition et la société civile togolaises, le fichier électoral comporte de "graves anomalies" et doit faire l'objet de vérifications avant le vote.

Jean-Pierre Fabre, chef de file de l'opposition et principal rival de M. Gnassingbé à cette élection, a porté plainte à Bruxelles contre la société belge ZETES, chargée des opérations de révision des listes électorales au Togo, pour "faux en informatique et usage de faux".

L'ONG de défense des droits de l'Homme "Synergie Togo", basée à Paris, dit également avoir mené une étude sur les listes électorales depuis 2003 et y avoir décelé 30% d'électeurs fictifs.

La semaine dernière, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a envoyé une mission d’experts à Lomé, afin d'aider la Céni à travailler sur le fichier.

"Reporter le scrutin au 25 avril, c’est (du) bon sens", a réagi Eric Dupuy, le porte-parole de l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC, principal parti d'opposition, de Jean-Pierre Fabre).

"Mais attendons la décision des experts de l’OIF qui pourraient éventuellement demander un peu plus de temps pour faire leur travail. Notre credo, c’est la transparence des élections", a-t-il précisé.

Le président Faure Gnassingbé, qui brigue un troisième mandat - après des victoires contestées aux scrutins de 2005 et 2010 -, pris à son propre jeu de verrouiller les élections avec un fichier totalement bidonné, risque également très gros par l’éparpillement de ses voix au profit de ses 3 vrais-faux candidats issus du système RPT et de ses terres de prédilections .

Il avait été porté au pouvoir par l'armée à la mort de son père, le général Eyadéma, qui a gouverné le Togo d'une main de fer pendant 38 ans jusqu'en 2005.

L'opposition togolaise unit derrière le CAP2015 et Jean-Pierre Fabre, est dans une bonne posture pour proposer au peuple togolais une alternative à la dynastie Gnassingbé.

Copyright LETOGOLAIS © 2002