Lundi 9 Decembre 2019

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

TETE GODWIN - 04/11/2019 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : La résolution du "problème togolais" implique une véritable révolution

NON À L’EXPLOITATION ET À L’OPPRESSION DE L’HOMME TOGOLAIS PAR L’HOMME TOGOLAIS
Par Godwin Tété


« Quand on refuse on dit non » Ahmadou Kourouma

« Le Nègre a suffisamment pâti de cette pratique tant prisée de la supériorité raciale qui lui fut infligée par d’autres, pour ne point tolérer semblable présomption de la part des siens »
[Marcus Mosiah Aurelius Garvey, in "L’Afrique aux Africains", New York, 1920]


PROLOGUE

Paraphrasant le gigantesque intellectuel Karl Marx, j’ai déjà, plus d’une fois, abordé le thème ici repris [Cf. mon ouvrage "Peuples Africains, Prenons en main notre Destin !" Ed. L’Harmattan, Paris, 2017, pp. 81-87] Mais la pédagogie s’avère être, quasiment, synonyme de répétition. De répétition jusqu’à se confondre, dans certains cas, avec la maïeutique de Socrate.
Voilà pourquoi il me plaît de reprendre ici ce sujet, en l’attaquant toutefois sous un angle légèrement différent du précédent. Lequel angle se conçoit comme suit.

I. LA RÉSOLUTION DU "PROBLÈME TOGOLAIS" IMPLIQUE UNE VÉRITABLE (!) RÉVOLUTION.

« Un problème bien posé est à moitié résolu » Francis Bacon


Il appert donc nécessaire, indispensable même, de poser correctement "le problème togolais", ou "l’affaire togolaise", ou encore "la question togolaise" – comme je le préfère personnellement.
À cet égard, le 27 avril 1958, sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies, le Peuple togolais, notre Peuple choisit de tordre le cou définitivement à toutes formes d’impérialisme, de colonialisme, de néocolonialisme. Et il proclamera, le 27 avril 1960, sa souveraineté nationale et internationale.
Malheureusement parce que Sylvanus Olympio tenait à doter son pays d’une monnaie nationale authentiquement togolaise, le 13 janvier 1963, la Françafrique abattit le train dénommé "TOGO" et le coucha sur un flanc. Si donc nous voulons que ce train redémarre un jour, il faut bien le remettre sur les rails, puis procéder aux inéluctables réparations (!!!) induites.
Qui plus est, de fil en aiguille, et le néocolonialisme français aidant, le Togo se transforma en une colonie d’origine endogène, d’essence ethno-militaro-clanique des Gnassingbé. "La question togolaise", au jour d’aujourd’hui, se décline alors ainsi, comme dirait Frantz Fanon : « Sortir de la domination suppose une action de destruction du système de domination lui-même » [Godwin Tété]

II. QUE FAIRE DONC ?!

1. De ce qui précède, il ressort clairement que la résolution du "problème togolais" implique une véritable révolution populaire pacifique. À ce propos, Vladimir Ilitch Lénine, l’illustre stratège en la matière, nous a enseigné ceci : « Sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire ». Et Amilcar Cabral de gloser à la "Conférence Tricontinentale" de La Havane en 1966 : « … s’il est vrai qu’une révolution peut échouer, même alimentée par des théories parfaitement conçues, personne n’a encore réalisé une révolution sans théorie révolutionnaire » [Cf. Saïd Bouamama, Figures de la révolution africaine. Ed. La Découverte, Paris, 2017, p. 261].

2. Cependant, une fois l’incontournable nécessité de la théorie martelée, V. I. Lénine ajoute immédiatement ! : « Mais la pratique est supérieure à la théorie parce qu’elle nous met directement en contact avec la réalité ». Et le même Amilcar Cabral nous conseille judicieusement ! : « Ne pas avoir peur du peuple et l’amener à participer à toutes les décisions qui le concernent – telle est la condition fondamentale de la démocratie révolutionnaire que nous devons réaliser progressivement, en accord avec le développement de notre lutte et de notre vie » ["Mettre en pratique les principes du Parti", 1964. Cf. Saïd Bouamama, op. cit., p. 253].

3. À la veille de la Révolution bolchévique de 1917, réfugié en Suisse, V. I. Lénine se mit à réétudier « La Grande Logique » de Georg Wilhelm Friedrich von Hegel. À quelle fin ?! Pour se tonifier « la matière grise » !!! Alors, parvenu à un certain endroit de l’ouvrage, le célèbre leader révolutionnaire griffonne dans la marge : « L’âme vivante du marxisme, c’est l’analyse concrète, d’une situation concrète » [Cf. "Les cahiers philosophiques" de Vladimir Ilitch Lénine]. Une telle consigne, à mon humble avis, devrait constituer un Leitmotiv pour tout apprenti-révolutionnaire. Dans cet ordre d’idées, L’AUTO-CRITIQUE (!!!), NOS PROPRES FAIBLESSES, LE RÉAJUSTEMNT PERPÉTUEL (!!!) DE NOTRE STRATÉGIE ET DE NOS TACTIQUES, DEVRAIENT CONSTAMMENT (!!!) NOUS PRÉOCCUPER !
Voilà les raisons pour lesquelles, parlant de l’ignoble assassinat de Patrice Eméry Lumumba, Frantz Fanon nous dit : « Notre tort à nous, Africains, est d’avoir oublié que l’ennemi ne recule jamais sincèrement. Il ne comprend jamais. Il capitule mais ne se convertit pas » [Cf. Saïd Bouamama, op. cit., (p. 177].

4. Au cœur de "La Question togolaise" gît "La Question des « FAT »". Oui ! En dernière instance, "LA QUESTION DES QUESTIONS" AU TOGO EST CELLE DITE DES « FORCES ARMÉES TOGOLAISES » (« FAT »). Dès lors, nous aurions dû consacrer à cette situation concrète, depuis longtemps déjà, une réflexion concrète, systémique !

5. En tout état de cause, s’il est exact que « la pratique est supérieure à la théorie parce qu’elle nous met directement en contact avec la réalité », il doit être également vrai que « Seule la lutte (pratique) libère » [Thomas Sankara]

6. Mais la lutte pratique, concrète, en vue d’abattre un régime politique cinquantenaire aussi vicié et vicieux que celui auquel nous sommes confrontés sur la Terre de nos Aïeux le Togo, me semble, pour le moins, difficile sans l’ « Union Patriotique Sacrée » de tous les fils et filles de notre nation. Certes, le grand révolutionnaire et homme d’action Léon Trotsky nous a appris que, dans des circonstances spécifiques, et « La Dialectique de la Nature » jouant son jeu naturel, la minorité qualitative devient plus puissante que la majorité quantitative. Néanmoins, il sied de rechercher toujours l’Union la plus large et la plus dense possible.
À ce sujet, Joël Bockaert recommande : « Lorsqu’on planifie une attaque, il est préférable d’avoir de nombreux soldats, des systèmes de communication efficaces pour coordonner son action, et deux objectifs majeurs : éliminer l’adversaire et survivre » [Cf. "La Communication du vivant". Éd. Odile Jacob, Paris, 2017, p. 20].
Pour ce faire, il faut éviter de mélanger des éléments de factures hétérogènes ; il faut viser l’harmonie et non la cacophonie. De ce point de vue, lorsqu’à l’approche de la Révolution de 1917, la question se posa aux bolchéviques (= majoritaires) et menchéviques (= minoritaires), Vladimir Ilitch Lénine déclara : « Avant de nous unir et pour nous unir, il nous faut nous démarquer délibérément ! »
Oui ! Il convient de savoir qui est qui, qui veut quoi, qui fait quoi, qui poursuit – de facto – quel objectif réel. De toutes les façons, une Plate-Forme claire et nette s’impose, susceptible de servir de garde-fou à tout dérapage éventuel.

7. Enfin, s’agissant de la conception modernissime de la Démocratie, notre énergique Thomas Sankara, qui aura été immolé sur l’autel de sa Cause, nous en aura laissé la définition quasi exhaustive suivante, que le jeune et grand révolutionnaire a formulée comme ci-après : « La démocratie est le peuple avec toutes ses potentialités et sa force. Le bulletin de vote et un appareil électoral ne signifient pas, par eux-mêmes, qu’il existe une démocratie. Ceux qui organisent des élections de temps à autre, et ne se préoccupent du peuple qu’avant chaque acte électoral, n’ont pas un système réellement démocratique. (…) On ne peut concevoir la démocratie sans que le pouvoir, sous toutes ses formes, soit remis entre les mains du peuple, le pouvoir économique, militaire, politique, le pouvoir social et culturel » [In Gramma, La Havane (Cuba), août 1987, cité par Le Monde diplomatique n° 118 (spécial), août-septembre 2011, p. 55].

CONCLUSION

« Les grandes situations exigent des êtres qui soient à la hauteur. Elles finissent toujours par trouver de tels êtres. Quand tel est le cas, l’individu qui est à la hauteur s’appelle l’homme de la situation »
[Cf. Bertrand Vergely, Notre vie a un sens ! Ed. Albin Michel, Paris, 2019, p. 152]

ALORS, AUTHENTIQUES COMBATTANTS DE LA LIBERTÉ ORIGINAIRES DE TOUS LES COINS DU TOGO ET DE LA DIASPORA TOGOLAISE, UNISSONS-NOUS POUR LIQUIDER LE COLONIALISME ÉYADÉMAO-GNASSINGBÉEN LE PLUS TÔT POSSIBLE !

Paris, le 25 octobre 2019
Godwin Tété

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...

OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)