Samedi 7 Decembre 2019

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 31/03/2019 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Une mission ACP-UE téléguidée par Louis Michel à Lomé du 31 mars au 2 avril 2019 !

Une « mission d'information et d'étude » du Bureau de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE à l'œuvre à Lomé du dimanche 31 mars au mardi 2 avril 2019

Une « mission d'information et d'étude » du Bureau de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE est à l'œuvre à Lomé du dimanche 31 mars au mardi 2 avril 2019.

Côté « parlements des pays ACP », elle se compose d'une parlementaire du Gabon (Lucie Milebou-Aubusson, présidente du Sénat, une proche du président Ali Bongo), d'un parlementaire de la Guinée et d'un parlementaire de la République du Congo (ndlr: la participation de ces deux derniers n'était pas certaine à l'heure de la rédaction de cet article). Côté « Parlement européen », elle se compose d'un parlementaire du groupe libéral (le sulfureux Louis Michel, qui n'est plus à présenter aux Togolais), d'un parlementaire du groupe démocrate-chrétien et d'une parlementaire du groupe social-démocrate.

La mission du Bureau de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE (ou « mission ACP-UE » pour simplifier) aura plusieurs entretiens avec les autorités togolaises au plus haut niveau. Elle rencontrera aussi les Ambassades du G5 Togo (Délégation de l'Union européenne, Ambassade de France, Ambassade d'Allemagne, Ambassade des Etats-Unis et Coordination du Système des Nations Unies) et la Représentation permanente de la CEDEAO. Enfin, elle aura quelques entretiens avec des acteurs non gouvernementaux togolais représentant, respectivement, la nouvelle « opposition parlementaire » (dont la légitimité est pourtant sujette à caution), l'opposition extraparlementaire, la société civile (aussi bien celle qui défend véritablement les intérêts des populations que celle qui « fait le jeu » du régime) et les principaux cultes.

Les points de vue et les intérêts du régime cinquantenaire seront donc bien défendus devant la mission ACP-UE, d'abord par les dirigeants de ce régime eux-mêmes. Ils seront aussi, pour le moins, ménagés par les représentants de la communauté internationale précités, qui, tous sans exception, se sont rendus complices de la préparation, de la tenue et de la « validation » des élections législatives antidémocratiques du 20 décembre 2018, véritable acte de brigandage contre un peuple.

Pourquoi cette mission ACP-UE?

Le soulèvement populaire pacifique du 19 août 2017 au Togo et son dénouement à travers les législatives du 20 décembre 2018 n'auront pas échappé aux eurodéputés. Par exemple, Michèle Rivasi, membre du Parlement européen (Groupe des Verts/Alliance libre européenne) et vice-présidente de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE, épinglait le régime Gnassingbé dans un post sur Facebook le 17 décembre 2018. Lire:
https://www.facebook.com/michele.rivasi.1/photos/a.412149098936830/1165018570316542/?type=3

Peu après, la question du Togo a été inscrite à l'ordre du jour du 17 janvier 2019, lors de la première session plénière de l'année du Parlement européen. Il aura fallu des manœuvres occultes de certains membres du Parlement européen pour parvenir à la décision inhabituelle d'ajournement du débat et d'envoi d'une mission à Lomé en vue de s'informer sur place de la situation, préalablement à une reprise du débat.

Cette mission d'information et d'étude était-elle nécessaire? Evidemment que non. Les acteurs principaux et secondaires de la crise togolaise (à savoir le gouvernement, le parti présidentiel, la Coalition des 14 partis de l'opposition – C14, les institutions concernées telles que la Commission électorale nationale indépendante, la CEDEAO, le G5 Togo, différents acteurs de la société civile, les principaux cultes, etc.) ont pris des positions claires et accessibles au public tout au long de la crise.

Alors, à quoi rime cette mission?

Ne s'agissait-il pas avant tout de dépayser, dans l'intention de la biaiser ou tout au moins de l'édulcorer, l'appréciation de la situation togolaise, en transférant cet exercice du Parlement européen vers l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE où figurent en nombre les parlementaires illégitimes à l'instar de ceux qui « squattent » aujourd'hui la nouvelle Assemblée nationale contestée et contestable du Togo?

Ne s'agissait-il pas aussi de gagner du temps? Temps qui aura permis à un des deux camps de la crise de préparer ses habituels artifices, mensonges et autres moyens d'influence. Temps qui aura aussi permis à ce camp déstabiliser l'autre, en y manipulant des maillons faibles et en l'attaquant concomitamment par une sournoise campagne médiatique internationale visant à ruiner son crédit.

Ne s'agissait-il pas enfin de « ficeler » un programme d'entretiens grossièrement biaisé à l'avantage d'un des deux camps?

Quelle sera la suite de la mission ACP-UE?

La mission ACP-UE rendra un rapport à l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE. Ensuite, un nouveau débat sur la situation au Togo devrait normalement avoir lieu au niveau du Parlement européen lors de la dernière session à la mi-avril 2019. Le cas échéant, ce débat débouchera sur un avis, plus précisément sur une résolution. Cette résolution, même si elle relève des manquements à la démocratie et aux droits de l'homme dans l'évolution du Togo depuis le 19 août 2017, n'aura pas une valeur contraignante pour l'Union européenne et pour ses Etats membres tels que la France et l'Allemagne. Ceux-ci pourront à souhait maintenir leur ligne de conduite actuelle à l'égard du Togo. En effet, les résolutions du Parlement européen, à l'instar de celles de l'Assemblée générale des Nations Unies, constituent une appréciation de portée politique et morale avant tout. Leur mérite est de mettre en évidence les questions soulevées.

Dans le monde actuel, où les technologies de l'information et de la communication jouent le rôle que l'on sait, il est illusoire pour un régime de vouloir durablement occulter ou tronquer la réalité de ce qui se passe dans son pays. Les faits sont têtus et finissent par être mis en lumière devant l'opinion internationale. Comme l'a dit Abraham Lincoln (1809 – 1865, 16e président des Etats-Unis): « Vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps. Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps. »

Affaire à suivre.

La rédaction letogolais.com
30/03/2019


FAQ:

- Union européenne (UE): l'Union européenne est une association politico-économique de vingt-huit Etats européens.
- Parlement européen: le Parlement européen est un des principaux organes de l'Union européenne, aux côtés du Conseil européen (chefs d’Etat et de gouvernement des pays de l’UE), du Conseil de l'Union européenne (ministres des pays de l’UE), de la Commission européenne, de la Cour de justice de l'Union européenne, de la Banque centrale européenne, de la Cour des comptes européenne, du Service européen pour l’action extérieure, etc. Directement élu par les citoyens des pays de l’UE, le Parlement européen est indépendant vis-à-vis des gouvernements de ces pays. En matière de politique étrangère et de sécurité, le Parlement européen peut se saisir de sujets et adopter des résolutions y relatives. Ces résolutions ne sont pas contraignantes.
- Pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP): les pays ACP sont les Etats d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique signataires de la Convention de Lomé puis de l'Accord de Cotonou avec l'Union européenne.
- Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE: l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE est composée, en nombre égal, de membres du Parlement européen et des parlementaires ou, à défaut, des représentants désignés par le parlement de chaque Etat ACP.
- Bureau de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE: le Bureau de l'assemblée paritaire se compose d'un co-président issu du Parlement européen, d'un co-président ACP, de douze vice-présidents issus du Parlement européen et de douze vice-présidents ACP.

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...

OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)