Mercredi 13 Decembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 08/05/2003 Imprimer | Envoyer | Réagir

TOGO : L’INACCEPTABLE !


A l’approche du scrutin présidentiel du 1er juin 2003, de graves incertitudes planent sur la paix sociale au Togo. L’ordre qui règne dans le pays est un ordre musclé, une terreur imposée. En faisant modifier la Constitution par une Assemblée fantoche, à six mois des élections, Eyadéma, le dictateur togolais, n’avait à l’esprit que deux objectifs : exclure son principal opposant et s’assurer la présidence à vie, voire instaurer une monarchie républicaine.

La Cour constitutionnelle vient de rejeter définitivement la candidature de Gilchrist Olympio. Motif invoqué : le Président de l’UFC n’a pas fourni d’acte de domiciliation. En effet, conscient des rapports de force brute et de la pusillanimité des partenaires internationaux du Togo, Eyadéma a pu renier sans vergogne ses engagements, et poursuivre sa fuite en avant. Ce simulacre électoral est le prélude à des confrontations avec le régime. Face à cette situation explosive, on s’étonne des demi-mots de Paris. Comment la France peut-elle jouer les Ponce-Pilate après avoir constamment soutenu l’Accord-cadre de Lomé et promis de se prononcer si Eyadéma se déclarait à nouveau candidat ?

C’est inacceptable ! Tel est le sentiment qu’éprouve chaque Togolais désormais, face à cet immense arbitraire d’un tyran, obsédé par le pouvoir et uniquement préoccupé par sa conservation. Mais quand ceux qui détiennent le pouvoir veulent réduire leur peuple, le souverain véritable, en servitude, celui-ci peut s’arroger le droit de se libérer de ses oppresseurs. Face à cette violence inacceptable que subit le peuple togolais depuis quarante ans, la révolte est légitime et même naturelle. Pour refuser l’indignité.

Face à ces événements inacceptables, les Togolais ne sont pas tenus d’obéir. Eyadéma exerce son pouvoir au-delà des limites de son domaine légitime, dès lors, son comportement pourrait être considéré comme une déclaration de guerre contre le peuple souverain. Et les dernières exactions politico-électorales du général Eyadema pourraient bien, cette fois-ci, embraser la poudrière togolaise.

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)