Lundi 16 Juillet 2018

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

SYNERGIE TOGO - 19/06/2018 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: Instrumentalisation de la Cour Constitutionnelle pour une nouvelle mascarade électorale


COMMUNIQUE

Une instrumentalisation de la Cour Constitutionnelle et une nouvelle mascarade électorale ne résoudront pas la crise politique récurrente

Le 12 juin 2018, un communiqué de la présidence de la Cour Constitutionnelle du Togo lu à la télévision nationale pressait le gouvernement togolais et la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) d’organiser les élections législatives avant la fin de l’année 2018 au motif que le mandat des députés arrive à son terme le 19 août 2018.

Malgré la grave crise socio-politique que traverse le Togo depuis le 19 août 2017, crise à laquelle la CEDEAO tente d’apporter des solutions, la sortie de la plus haute juridiction togolaise chargée de veiller au respect des dispositions de la constitution (Article 104 de la constitution du Togo), passe sous silence l’article 52 de la constitution qui stipule que « les membres de l'assemblée nationale, par fin de mandat ou de dissolution, restent en fonction jusqu'à la prise de fonction effective de leurs successeurs.»

Synergie-Togo s’insurge contre ce communiqué du Président de la Cour Constitutionnelle qui, au lieu de dire le droit en entier, relaie les désirs exprimés par le chef de l’Etat dans l’allocution prononcée lors de la célébration du 58è anniversaire de l’indépendance du Togo. Cette prise de position tendancieuse et partisane de la Cour Constitutionnelle confirme que les modifications apportées en 2002 à la constitution de 1992 par le régime RPT sur la composition de la cour constitutionnelle (article 100) et le mode de désignation de son président, nommé par le Président de la République au lieu d’être élu par ses pairs (article 101) aboutissent à la « vassalisation » de la plus haute juridiction au chef de l’Etat . Elle nie aussi la crise socio-politique actuelle qui trouve son origine dans le refus du pouvoir RPT-Unir de faire les réformes constitutionnelles et institutionnelles nécessaires à l’apaisement du climat politique.

Synergie-Togo rappelle à l’opinion nationale et internationale que les mascarades électorales organisées par les institutions verrouillées, à la solde du pouvoir RPT-Unir, et dont les résultats sont toujours validés par la cour constitutionnelle ne peuvent résoudre les crises socio-politiques récurrentes afin de permettre au Togo d’amorcer une trajectoire démocratique et un développement socio-économique durable.

L’initiative de la cour constitutionnelle habituée à soutenir le pouvoir RPT-Unir, est non seulement une provocation, mais aussi un signe flagrant de l’instrumentalisation des institutions de la république dans le seul but de maintenir le Togo sous le joug d’une dictature militaire dont le RPT-Unir est la façade civile. Le blocage du dialogue politique, l’absence de débat à l’assemblée nationale et la mise en place unilatérale d’une commission électorale dont l’opposition est exclue, contribuent à exacerber la crise politique actuelle. Des élections législatives précipitées et frauduleuses sans réforme et sans révision d’un fichier électoral corrompu ne peuvent qu’aggraver la crise et plonger le Togo dans le chaos. Seul un règlement politique, passant par la mise en place d’un gouvernement de transition et la réalisation des réformes constitutionnelles et institutionnelles, peut garantir des élections démocratiques, transparentes et apaisées..

Synergie-Togo condamne donc avec vigueur ce calendrier électoral partisan du Président de la Cour Constitutionnelle et recommande aux acteurs politiques un sursaut patriotique afin de répondre aux réelles demandes du peuple togolais, c’est-à-dire, le retour à la constitution de 1992, les réformes politiques et l’alternance démocratique.

Synergie-Togo demande à la population togolaise de l’intérieur comme de l’extérieur, déjà éveillée, de rester vigilante et de ne pas se laisser divertir par cette sortie inappropriée du Président de la cour constitutionnelle.

Fait à Paris le 19 juin 2018
Le Président
Eric Amouzougah



_________________________________________________________________________________________________
Synergie-Togo est une organisation de la société civile créée par des membres de la diaspora togolaise dans le but de contribuer au développement économique du Togo en mobilisant les compétences des Togolais, en sensibilisant la diaspora togolaise au devoir de solidarité qui s’impose à elle, en servant de cadre de réflexion pour l’élaboration de travaux relatifs à la valorisation de la démocratie et à la promotion des droits humains.

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)