Vendredi 19 Octobre 2018

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

SYNERGIE-TOGO - 13/03/2018 Imprimer | Envoyer | Réagir

Synergie-Togo condamne l'interpellation des Professeurs IHOU et DOSSEH


SYNERGIE-TOGO CONDAMNE L’INTERPELLATION DES PROFESSEURS IHOU ET DOSSEH DE LA FACULTE DES SCIENCES DE LA SANTE DE L’UNIVERSITE DE LOME
COMMUNIQUE

Le vice-doyen de la Faculté des sciences de la santé de l’Université de Lomé (Togo), le Professeur IHOU Wateba Majesté, a été arrêté le 06 mars 2018 par le Service des Renseignements et d’Investigation (SRI) et gardé dans les locaux de la gendarmerie nationale dans des conditions inhumaines et avilissantes qui ont entraîné son hospitalisation au service des urgences.

Le 08 mars 2018, le Professeur DOSSEH Ekoué David, ancien responsable de la Direction de la Coopération de l’Université de Lomé a été convoqué, à plusieurs reprises, par le même SRI, de même que son fils étudiant en deuxième année de médecine gardé plusieurs jours dans les locaux de la gendarmerie nationale.

Ces interpellations interviennent au lendemain d'un colloque qui s'est tenu à l'auditorium de l'Université de Lomé les 2 et 3 Mars 2018, à l'initiative des Universités sociales du Togo (UST) et du centre de recherche Bioéthique et éthique des sciences et des technologies (BEST) du département de philosophie de l’Université de Lomé. Il serait reproché au Professeur IHOU, des actes de favoritisme aux examens de fin de première année 2016-2017 de médecine au profit de certains étudiants dont le fils du Professeur DOSSEH et la fille du Docteur TAMEKLOE, chef division de la surveillance intégrée des urgences sanitaires et de la riposte au ministère de la santé et de la protection sociale.

Selon les informations obtenues par Synergie-Togo, ces allégations de favoritisme qui avaient fait l’objet, de la part des autorités universitaires, d’une enquête interne soldée par un non-lieu sont, de manière surprenante, ressuscitées et confiées au SRI.

Le Professeur DOSSEH est connu pour son engagement syndical ainsi que son combat pour la démocratie et la bonne gouvernance au sein de la société civile togolaise. En effet il est le coordinateur des Universités Sociales du Togo et du Front Citoyen Togo Debout, des organisations qui sont à la pointe de la lutte pour les réformes démocratiques au Togo. Son engagement et ses opinions sont mal perçus par le régime cinquantenaire. A travers l’arrestation de son confrère le Professeur IHOU, et de son fils, c’est le Professeur DOSSEH que le régime cherche à atteindre. La dynastie Gnassingbé renoue ainsi avec les prises d'otages, l'une des pratiques les plus abjectes des heures sombres de la dictature cinquantenaire.

Appelé par Maître KPANDE-ADJARE Raphael, ancien président de la Ligue Togolaise des Droits de l'Homme et avocat du Professeur IHOU, le Procureur de la République, Mr POYODI Essolissam prétendument directeur de l'enquête, a affirmé ne pas être au courant de ces convocations.

Devant ces faits insupportables d'atteinte à la dignité humaine, Synergie-Togo :

− condamne avec la dernière vigueur ces interpellations et s’indigne contre la cabale menée contre ces valeureux fils de la nation ;
− apporte son soutien indéfectible aux familles DOSSEH, IHOU, TAMEKLOE et au corps professoral de la faculté des sciences de la santé de l’université de Lomé dans cette épreuve ;
− exige du Président de l’Université de Lomé et des autorités togolaises le respect des lois qui régissent le fonctionnement normal de l’université ;
− exhorte la population togolaise, sur le territoire national et à l’étranger, à redoubler de vigilance et à rester mobilisée à tout instant pour faire échec au plan machiavélique du régime cinquantenaire réfractaire au changement démocratique et à la bonne gouvernance ;
− demande l’abandon de toutes les poursuites arbitraires et l’arrêt du harcèlement contre les dirigeants des organisations de la société civile et leurs familles ;
− demande aux sociétés civiles africaines et à la communauté internationale de condamner fermement et sans équivoque ces arrestations arbitraires.


Fait à Paris, le 13 mars 2017

Pour Synergie-Togo, le Président

Kanyi Eric AMOUZOUGAH


Synergie-Togo est une organisation de la société civile créée par des membres de la diaspora togolaise dans le but de contribuer au développement économique du Togo en mobilisant les compétences des Togolais, en sensibilisant la diaspora togolaise au devoir de solidarité qui s’impose à elle, en servant de cadre de réflexion pour l’élaboration de travaux relatifs à la valorisation de la démocratie et à la promotion des droits humains.
../

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)