Mardi 21 Novembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

GRAD - 26/08/2017 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Le GRAD particulièrement choqué par ces évènements tragiques


COMMUNIQUE DU GROUPE DE REFLEXION ET D’ACTION POUR LE DIALOGUE, LA DEMOCRATIE ET LE DEVELOPPEMENT(GRAD)

Rien de tout ce qui se passe aujourd’hui dans notre pays n’est acceptable !
Rien de tout ce qui se passe aujourd’hui dans notre pays n’est légal au regard de « la loi dite Bodjona » !
Sinon comment comprendre qu’une marche pacifique puisse connaître une répression aussi brutale avec des pertes en vies humaines.
Rien ne justifie et ne saurait justifier en aucune manière les meurtres gratuits ce 19 août 2017, comme ce fut le cas il y a deux ans à Dapaong avec l’assassinat de deux jeunes élèves innocents qui manifestaient les mains nues avec leurs collègues. Il en est de même d’une autre manifestation pacifique de citoyens, à la suite de l’augmentation du prix carburant, également soldée par une perte en vie humaine.

Le GRAD particulièrement choqué par ces évènements tragiques, voudrait avant toute chose, avoir une pensée émue à l’endroit de toutes les victimes de ce qu’on peut qualifier aujourd’hui de « violence structurelle » au Togo.

Le GRAD :
• présente ses sincères condoléances à toutes les familles endeuillées lors de la marche pacifique du PNP du 19 août 2017,
• souhaite un prompt rétablissement à tous les blessés,
• dénonce avec vigueur les mauvais traitements infligés à tous ceux qui ont pris part à la manifestation,
• exige la libération immédiate et sans condition de tous ceux qui sont arbitrairement incarcérés,
• demande aux autorités de mettre fin à la persécution des responsables, des militants et sympathisants du PNP.
Le GRAD rappelle aux uns et aux autres qu’on ne change pas les convictions d’un homme en lui tranchant la tête.
Ce qui est dramatique, c’est que « la violence faite au corps se double d’une violence faite aux intelligences et aux volontés ». Les discours officiels sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles en perte de crédibilité, ne servent qu’à tromper ceux qui les consomment. Cynisme, mensonges et soupçons s’insinuent partout si bien qu’il y a de quoi exaspérer le citoyen.
La préoccupation pour la paix doit être au cœur de notre vie commune. Il faut pour cela que le souci du bien commun l’emporte sur le souci du bien particulier.
Malheureusement, l’actualité nous rappelle chaque jour, combien sont fragiles les bases sur lesquelles repose la paix au Togo. Cette paix précaire est constamment menacée sur tous les fronts : politique, militaire, économique, social et même culturel. Des conduites belliqueuses se manifestent partout. Les médias et les réseaux sociaux dans leur diversité, nous apportent quotidiennement des images de sang et de larmes qui ne peuvent laisser personne indifférente. A quand donc ce large consensus dont le pays a besoin pour sortir de ce cercle vicieux ?

Dans sa publication en date du 10 mars 2016, sous le titre ‟ Le Togo d’abord – Travail, Liberté, Patrie ”, le GRAD a rappelé un de ses communiqués par lequel il a fait le constat d’échec de la classe politique toutes tendances confondues et invité, non seulement, les organisations de la société civile à prendre conscience de l’impasse dans laquelle se trouve le Togo, mais également, le peuple à prendre en main son destin et sa souveraineté.

La Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR), au cours de son mandat, a bien fait de mettre en exergue les actes antisociaux qui compromettent les conditions du vivre ensemble. Elle a, dans ses recommandations, insisté sur la non répétition desdits actes.

La promotion de l’impunité desdits actes est préoccupante pour les Togolais qui, dans leur grande majorité, vivent comme des étrangers dans leur propre pays, et en subissent quotidiennement les caprices et les humeurs d’une minorité.

Le GRAD se pose la question de savoir si les autorités n’ont pas perdu le sens de leurs responsabilités et devoirs. En effet, la réconciliation dont elles abreuvent le peuple avec tambours et fanfares ne peut jamais s’accommoder ni des spéculations criminelles, ni de recours à la flatterie, à l’intimidation, au chantage et à la ruse.
Il est difficilement concevable, que le ministre en charge de la sécurité puisse perdre le sens de la retenue, en s’illustrant dans les propos et actes contraires à l’éthique républicaine et surtout à sa mission, celle qui consiste à assurer la sécurité de la population en général et celle des manifestants en particulier.
Le GRAD, fidèle à ses objectifs, a toujours prôné le dialogue, mais alors, un dialogue franc, sincère et constructif.
Le GRAD rappelle aux autorités leur obligation de respecter les dispositions pertinentes des alinéas 1ers et 2 de l’article 21 de la constitution, lesquelles précisent de façon claire et non équivoque :

‟La personne humaine est sacrée et inviolable. Nul ne peut être soumis à la torture ou à d’autres formes de traitements cruels, inhumains ou dégradants.”

Lomé le 24 août 2017

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)