Samedi 19 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

L'AUTEUR - 30/05/2017 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Sauvons le courageux Kako Nubukpo ... le pourfendeur du Franc CFA


Ici, il ne faut nullement cacher notre sympathie à donner une main secourable à Kako Nubukpo et, de l’autre main, lui faire une tape dans le dos. Face à deux chefs d’État africains, qui s’y sont mis d’ailleurs à deux, pour obtenir sous de probables menaces, les excuses d’un simple citoyen dans l’euphorie d’une conférence universitaire survoltée, notre choix est clair : des excuses sous contrainte obtenues du professeur Kako Nubukpo sont une pure faiblesse de Faure Gnassingbé du Togo et Alassane Dramane Ouattara de la Côte d’Ivoire. Et, voici pourquoi qui avait déjà péché ne peut jeter la pierre à Kako Nubukpo.

......

Les excuses privées de Kako Nubukpo étaient largement suffisantes dans les circonstances, comme est de trop le Communiqué de presse et autres pressions indues déversées sur un si rare messager d’une jeunesse africaine en ébullition. À Kako Nubukpo, dans toute son imperfection humaine passagère, nous rappelons bien ces propos uniques de l’un des missionnaires de l’impossible, le dissident Martin Luther King, Jr. : la souffrance imméritée est rédemptrice (Unearned suffering is redemptive).

Kako Nubukpo, levez-vous! Allez partout et continuez à semer la Bonne Nouvelle; tout est changement, tout est évolution, le franc CFA aussi. Les talents ne se taisent point; pas plus qu’on ne les fait taire. Mieux vaut savoir les gérer dans l’espace qu’ils se créent et recréent. Dans cette Afrique en quête d’exemples et de dignité, Kako Nubukpo, vous avez espace et bons vents.

Courage!


Par Pierre S. Adjété
31 mai 2017


Extrait des propos et communication de Kako Nubukpo :

Le mercredi 24 mai 2017 à l’université de Lomé lors de sa conférence : « J’ai quitté le gouvernement parce qu’il y a un président étranger, Ouattara (ndlr- Alassane Dramane Ouattara de la Côte d’Ivoire) qui a demandé à notre président Faure (ndlr- Faure Gnassingbé) de me virer du gouvernement pace que je critique le F CFA ».

Extrait du communiqué des excuses supposées de Kako Nubukpo : « Aux Présidents Faure Essozimna Gnassingbe du Togo et Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire, que j’ai malencontreusement mis en cause dans les propos que j’ai tenus, je tiens à exprimer mon profond regret et je leur présente mes excuses les plus sincères »


INTERVIEW DE KAKO NUBUKPO à LIBERATION

Kako Nubukpo : «Cette monnaie agit comme un frein sur les exportations»

Par Vittorio De Filippis — 9 octobre 2016

Kako Nubukpo, ancien ministre du Togo, est co-auteur de «Sortir l’Afrique de la servitude monétaire». Il dénonce le «lien colonial» qu’est le franc CFA et met en avant le contre-exemple asiatique.

Kako Nubukpo : «Cette monnaie agit comme un frein sur les exportations»

Kako Nubukpo a été ministre chargé de la Prospective et de l’Evaluation des politiques publiques du Togo (2013-2015) et chef du pôle «analyse économique et de recherche» de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine à Ouagadougou. Il est aujourd’hui directeur de la francophonie économique et numérique au sein de l’Organisation internationale de la francophonie. Il est l’un des auteurs de Sortir l’Afrique de la servitude monétaire (éditions La Dispute).

Pourquoi remettre en cause le franc CFA ?

Le débat sur l’opportunité du maintien du franc de la Communauté financière africaine (CFA), créé le 26 décembre 1945, a été relancé en juillet 2015 lorsque la Grèce menaçait de quitter la zone euro. En réalité, voilà plus d’un demi-siècle que nous observons une forte croissance industrielle des pays d’Asie du Sud-Est et que nous regardons l’Afrique qui reste loin derrière. Or, à la différence de nous, ces pays asiatiques ont chacun leur monnaie. Il est temps que nous nous émancipions du carcan de la prétendue mission civilisatrice du franc CFA. Il nous faut sortir de ce lien colonial, de cette dépendance, de cette allégeance…

De cette allégeance ?

Oui, de cette allégeance, de cette servitude volontaire. Car ce sont les gouvernements africains eux-mêmes qui acceptent les règles du jeu. C’est de la soumission. Je ne partage pas l’analyse de ceux, qui en Afrique, pensent que le franc CFA est un complot français.

C’est-à-dire ?

Faisons un petit rappel. Pour que nos banques centrales puissent créer un franc CFA, il faut qu’elles aient en réserve, auprès du Trésor à Paris, 20 % de cette somme sous forme de devises. Or, que voyons-nous ? Des réserves qui dépassent largement ce ratio et qui tournent même autour de 80 %. Comment justifier que cet argent additionnel ne serve pas à financer des investissements structurants de la zone CFA. C’est d’autant plus absurde qu’on sait qu’il n’y a pas de décollage économique sans crédit bancaire. Mais notre niveau de crédits est extrêmement faible ! Sa part ne dépasse pas les 25 % du PIB des pays de la zone, contre 100 % en zone euro. Ce faible taux s’explique essentiellement par le niveau de fixité de la parité de change entre le franc CFA et l’euro.

Vous plaidez pour une monnaie plus souple ?

Oui. Arrimée à l’euro, notre monnaie est une monnaie forte. Nul besoin d’être économiste pour comprendre que lorsqu’une monnaie est surévaluée, elle permet d’acheter des biens à l’extérieur, via les importations. Ce qui empêche le développement d’une production locale. Impossible dans ces conditions de reproduire ce que la plupart des économies émergentes asiatiques ont su faire en leur temps.


C’est-à-dire ?

Le Japon, la Corée du Sud ou d’autres pays sud-américains se sont développés en marchant sur deux jambes. Ils ont su combiner une politique monétaire souple et indépendante avec une politique budgétaire. Il nous faut acquérir cette souveraineté sans laquelle nous ne parviendrons jamais à passer d’une production à faible valeur ajoutée à des productions de plus en plus sophistiquées. On l’a vu en Grèce : une économie faible avec une monnaie forte n’a aucune chance de s’en sortir. Nous restons cantonnés dans un système d’économies extraverties.

Que faudrait-il faire pour sortir de ce carcan ?

Que les 14 Etats de la zone CFA et la banque centrale d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale, et pourquoi pas le Trésor français, négocient pour mettre un terme à ce système de change fixe. Nous devons avoir une monnaie commune dont le taux de change évoluerait en fonction d’un panier de devises, avec l’euro, mais aussi le dollar et pourquoi pas le yuan de la Chine avec laquelle nos relations commerciales s’intensifient. L’évolution du franc CFA est uniquement déterminée par les événements dans la zone euro et non pas par la conjoncture de nos pays. C’est une hérésie ! Cette monnaie forte agit comme un frein, comme une taxe sur les exportations.

Vous plaidez pour une monnaie unique des 14 pays CFA ?

Rien n’empêche de conserver le franc CFA tout en rompant la fixité avec l’euro. Nous pourrions imaginer un tunnel monétaire dans lequel le franc CFA pourrait évoluer en fonction de sa propre conjoncture économique. Une fluctuation, à la hausse comme à la baisse, autour d’un cours pivot permettrait un assouplissement monétaire. Cela permettrait de donner plus de compétitivité à nos économies, qu’elles soient moins extraverties, de doper notre croissance. Et surtout de créer des emplois…

Que manque-t-il pour adopter cette stratégie ?

La volonté politique de nos dirigeants qui ont intérêt au statu quo. Ils préfèrent la servitude volontaire qui vise à déposer d’importantes ressources financières au sein de la zone euro. Leur confiance envers le système institutionnel et productif de leur propre pays, qu’ils sont pourtant censés piloter, est très faible. Il y a aussi un manque de volonté politique évident de la France qui a fait de cette région du monde sa chasse gardée. Au bout du compte, les grands groupes européens qui investissent en zone CFA peuvent le faire en toute tranquillité. Ils viennent, investissent, le plus souvent dans l’extraction et l’exploitation des matières premières, pour finalement exporter… Et arrive le jour où ils décident de rapatrier leurs bénéfices. Pour eux, le risque de change est égal à zéro. Mais pour l’Afrique, c’est une voie sans issue.

Mais qu’est ce qui empêcherait les pays de la zone CFA de commercer entre eux ?

La part des échanges entre les économies de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) est déjà faible, comprise entre 10 et 15 %. Ces économies maintiennent une insertion primaire au sein du commerce international. Du coup, elles sont substituables et non complémentaires. Et puis, à quoi bon avoir une monnaie commune si nous sommes incapables de définir un projet de société commun. Il est clair qu’avec la zone franc on a fait l’inverse de ce qu’a fait l’Europe, qui a commencé par l’économie réelle et ensuite la monnaie unique. Nous, nous faisons une transition inverse. Les dirigeants africains de la zone franc ne semblent ni avoir une vision, ni être prêts à opter pour la bonne gouvernance. La garantie accordée par le Trésor français est un blanc-seing accordé par Paris à un système aux incitations perverses, éculé et nocif pour l’avenir de millions de jeunes Africains. La preuve : ils préfèrent affronter la fureur des océans plutôt que de mourir en silence au sein de la zone franc.

Vittorio De Filippis


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO : APPEL à UNE MARCHE CONJOINTE DANS TOUT LE TOGO POUR LA LIBéRATION DU PAYS
C'est le moment ou à jamais, Messieurs les dirigeants du cap 2015 et du groupe des 6. Une marche conjointe dans tout le Togo. En plus, les villes déjà en ébullition, Aného, Tabligbo, Tsévié, Notsè, Atakpamé, Kpalimé, Badou, Amlamé, Blitta, Mango, Niamtougou Dapaong ... n'ont qu'à se mobiliser. Ce n'est une marche organisée par le PNP, c'est un soulèment pour honorer la mémoire de tous ceux qui viennent de tomber une fois encore sous les balles. Togo débout! Luttons sans défaillance

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)