Mercredi 28 Juin 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

ANCTOGO - 27/04/2017 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Message de Jean-Pierre Fabre à l’occasion du 57ème anniversaire de l’indépendance


(27 avril 1960 – 27 avril 2017)


Togolaises, Togolais,

Mes Chers Compatriotes,

L’anniversaire de l’indépendance de notre pays, le 27 avril, est toujours un moment unique et très particulier. C’est un moment extraordinaire de solennité et d’engagement envers notre patrie. Une date qui a scellé pour toujours, la naissance d’une nation libre, indépendante et souveraine.

En effet, il y a 57 ans, M. Sylvanus Epiphanio OLYMPIO, alors Premier Ministre, proclamait à la face du monde, l’indépendance de notre pays le Togo. Une indépendance acquise de haute lutte, par la détermination, le sacrifice et la foi d’hommes et de femmes courageux, vertueux et vaillants.

Par leur volonté, les filles et les fils de ce pays ont ainsi fait la promesse qu’à travers l’ardeur au Travail, la quête permanente de Liberté et l’amour de la Patrie, la Nation nouvelle saura relever les défis menant vers l’épanouissement et l’émancipation de tous ses citoyens ainsi que la prospérité et le rayonnement de la nouvelle République.

Le rappel de ce parcours élogieux et de ce serment ambitieux, nous impose un devoir patriotique, celui de rendre, en cette occasion inoubliable, un vibrant hommage à toutes les femmes et à tous les hommes qui ont œuvré à la libération de la « Terre de nos Aïeux » du joug colonial. A jamais, la Nation togolaise leur sera reconnaissante.

C’est l’occasion pour moi d’exprimer à tous ceux qui poursuivent avec nous la lutte de libération de notre pays du joug de la dictature, mon admiration et ma reconnaissance pour leur engagement constant, leur perspicacité et leur ténacité malgré toutes les difficultés, toutes les entraves, tous les écueils. Je veux vous dire à tous que vous pouvez compter sur moi autant que je compte sur vous.

C’est aussi l’occasion pour moi de saluer une fois encore la mémoire de toutes celles et de tous ceux qui sont tombés au cours de notre combat, certes long mais combien noble et exaltant. La patrie reconnaissante ne les oubliera jamais.

C’est enfin l’occasion pour moi de réitérer notre sympathie et notre solidarité aux femmes et aux hommes privés de liberté, blessés dans leur chair, dans leur âme, mutilés, contraints à l’exil, à cause de notre combat pour la liberté, la dignité et la justice. Nous voulons apporter à tous, notre réconfort, avec la promesse que nous ne baisserons jamais les bras devant l’arbitraire, la forfaiture et l’imposture.



Mes chers compatriotes,

Le 27 avril 1960, le peuple togolais tout entier vibrait de joie et d’allégresse dans l’espérance d’un lendemain frappé du sceau de la devise nationale ‘’Travail, Liberté, Patrie’’.

Cinquante-sept ans plus tard, tous les espoirs de notre devise sont déçus, ruinés, trahis.

Cinquante-sept ans plus tard, le Travail est pratiquement inexistant. Et là où il fait semblant d’exister, il est infertile, éphémère, sans lendemain.

Cinquante-sept ans plus tard, la Liberté est confisquée.

Cinquante-sept ans plus tard, la Patrie, notre bien commun, est dangereusement minée par un tribalisme pur et dur, érigé en méthode de gouvernement et en critère d’accès aux emplois publics et privés. Une patrie prise en otage et mise en coupes réglées. Une patrie gangrénée par la corruption et livrée à un pillage systématique.

Pourtant, des sacrifices authentiques ont été consentis pour porter haut l’étendard d’un Togo moderne et démocratique, dans lequel chaque citoyen devrait vivre libre et responsable.

Du nord au sud, de l’est à l’ouest, de l’intérieur de nos frontières nationales jusqu’à travers la diaspora de par le monde, les Togolaises et les Togolais voient toujours leurs efforts d’émancipation, de prospérité, de renouveau, de dialogue, de réconciliation et de développement anéantis par un groupuscule d’intérêts qui contraint les populations à la précarité et à la misère.

Que personne ne s’y trompe. Le Togo est pris en otage, régenté et dirigé par des personnes qui ne sont nullement le choix majoritaire de ses populations.

Que personne ne s’y méprenne. Les coups de force, la violence et les répressions sanglantes ne viendront jamais à bout de la détermination des populations togolaises qui aspirent à l’alternance et au changement.

Que personne ne se déjuge. Les multiples dialogues et accords ont besoin de voir leurs résultats enfin mis en œuvre en l’état, sans qu’il y ait des négociations sur les résultats, suivies par d’autres négociations sur des résultats de résultats.

La mauvaise volonté permanente n’est pas le propre du Togo et de ses citoyens.



Le non-respect des engagements pris et le refus obstiné d’honorer une signature, ne sauraient être le propre des dignes fils et filles de ce pays.

C’est dire que depuis le crime crapuleux du 13 janvier 1963, notre pays, le Togo vit sous un régime de dictature implacable qui ne veut rien céder ni concéder à la dignité humaine et à la prospérité partagée.

Les populations vulnérables, les femmes, les enfants, les personnes âgées, les retraités et les personnes handicapées, sont les éternels oubliés de cette République.

Les communautés rurales sont spoliées de leurs terres au profit d’exploitations minières qui opèrent en toute opacité.

La jeunesse togolaise en détresse, abandonnée à elle-même, est livrée à un chômage endémique et à l’oisiveté, aussi bien dans les villes que dans les campagnes. Pour survivre, il ne reste à cette jeunesse, qu’à tenter l’aventure de l’immigration clandestine au-delà des océans ou à recourir sur place à de petits boulots dont certains, taxi moto et vente de carburants illicites, notamment, les exposent à des dangers quotidiens.

Les élèves et les étudiants, manifestant pacifiquement pour revendiquer des droits légitimes, ne sont nullement épargnés par les brutalités policières et les balles assassines tirées à bout portant par les forces armées togolaises.

Les travailleurs, tant du secteur public que privé, contractuels comme permanents, sont contraints de revendiquer à longueur d’année mais en vain, des conditions décentes de vie et de travail, des droits et avantages accumulés, des mesures de sécurité aux normes sur les lieux de travail, une protection effective contre les abus d’employeurs véreux qui violent impunément le code du travail et les conventions collectives en bafouant la dignité des travailleurs.

Quel est donc ce travail macabre qui ne fait qu’aligner des morts sur toute l’entendue du territoire national ? Et qui donc a ordonné cette opération saugrenue de chasse aux vendeurs de carburants qui s’est soldée par un accident tout aussi saugrenu, entrainant la mort de policiers brûlés vifs ou mortellement blessés dans l’incendie de leur véhicule ?

Naturellement, nous sommes envahis par un sentiment de grande tristesse, de consternation et de compassion pour les victimes et leurs familles. Mais nous ne pouvons nous empêcher d’éprouver par ailleurs, un sentiment de colère et de réprobation devant ce drame stupide qui, à l’image de l’autre drame tout aussi stupide de l’explosion des cuves à mazout de WACEM, traduit le peu de considération que ce régime RPT/UNIR accorde à la vie humaine, à la dignité, à la sécurité et à la survie des travailleurs togolais, fussent-ils membres des forces de l’ordre.



Mes chers compatriotes,

Tout cela doit changer. Notre pays ne peut rester indéfiniment une curiosité dans cette Afrique résolument en marche vers la démocratie, l’Etat de droit et le progrès social.

C’est le sens de notre combat à l’Alliance Nationale pour le Changement et à CAP 2015.

C’est le sens de notre projet de société.

C’est la raison d’être de l’engagement résolu des militants et sympathisants de l’ANC et de CAP 2015, pour l’alternance et le changement.

C’est le sens de notre détermination à œuvrer de concert avec nos partenaires, nos alliés ainsi que les amis du Togo, pour atteindre les objectifs communs de réformes indispensables à la vérité des urnes dans notre pays.



Mes chers compatriotes,

Togolaises, Togolais,

Je sais jusqu’à quel point vous partagez tous ces objectifs.

Notre combat est juste.

C’est un combat de tous les instants et de toutes les vigilances.

C’est le combat de vérité et de justice que personne ne fera à la place des Togolaises et des Togolais eux-mêmes.

C’est le combat particulier dans un Togo très particulier et totalement atypique.

Un combat que nous avons entrepris ensemble et que nous devons poursuivre ensemble.

Un combat que nous finirons ensemble la tête haute pour un Togo solidaire, uni et réconcilié, digne et prospère.

Un combat qu’ensemble nous gagnerons.



Bonne fête de l’indépendance à tous, partout où vous êtes.

Que Dieu bénisse le Togo et le peuple togolais tout entier !

ABLODE ! ABLODE ! ABLODE GBADJA !



Lomé, le 26 Avril 2017
Jean-Pierre Fabre
Président National de l’ANC

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)