Vendredi 18 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

L'AUTEUR - 20/03/2017 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : De la fausse et illégale base des modifications de la constitution par Faure Gnassingbé


DE LA FAUSSE, ILLÉGALE ET ILLÉGITIME BASE DES MODIFICATIONS DE LA CONSTITUTION DE LA IVe RÉPUBLIQUE TOGOLAISE PAR GNASSINGBÉ EYADÉMA

Par Godwin Tété

« L’“esprit” de la loi est – évidemment (!!!) – supérieur à la “lettre” de la loi »
Godwin Tété

La toute première démarche en science juridique consiste à distinguer l’“esprit” de la loi de la “lettre” de la loi. Par “esprit”, il faut entendre le fond, l’intention véridique, réelle, authentique du législateur, c’est-à-dire, en dernière analyse, du Peuple concerné qui est seul ( !) souverain ; par “esprit”, il sied de penser à ce qu’a dicté le contexte concret (!!!) de l’élaboration de la loi. Par contre, la “lettre”, c’est la forme littérale, la formulation, l’expression, le texte qui, lui, pourrait s’avérer plus ou moins défectueux et donc plus ou moins susceptible de soulever une controverse. En d’autres termes, en toutes circonstances, il convient de s’attacher à l’“esprit” et non à la “lettre” de toute loi.

Or, de nos jours, d’«aucuns » tentent de trouver une base « légale » aux modifications RPTistes apportées à la Loi Fondamentale de la IVe République Togolaise – en date du 31 décembre 2002. En effet, ladite Constitution, dans sa version originelle plébiscitée à 99,17% le 27 septembre 1992 et promulguée le 14 octobre de la même année, stipule, entre autres choses :
« Le Président de la République est le Chef de l’État. Il est garant de l’indépendance et de l’unité nationales, de l’intégrité territoriale, du respect de la constitution et des traités et accords internationaux.
Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats.
L’élection du Président de la République a lieu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours.
Le Président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés. Si celle-ci n’est pas obtenue au premier tour de scrutin, il est procédé, le 15è jour, à un second tour. Seuls peuvent se présenter au second tour, les deux candidats ayant recueilli le plus grand nombre de voix au premier tour
En cas de désistement ou de décès de l’un ou l’autre des deux candidats, entre les deux tours, les suivants se présentent dans l’ordre de leur classement.
Au second tour, est déclaré élu, le candidat qui a recueilli le plus grand nombre de voix. »
Cependant, après avoir déclaré à Lomé, à haute et intelligible voix (!), devant le Président français Jacques Chirac, qu’il ne se présentera plus à la présidentielle – déclaration qu’il rééditera devant une au juste assemblée (!) de Chefs d’État réunie en Afrique du Sud – Gnassingbé Éyadéma va faire modifier la Constitution sous rubrique le 31 décembre 2002 et se présentera (!!!) à l’élection présidentielle du 1er juin 2003.

Que s’est-il passé entre – temps ? Les élections législatives du 21 mars 1999 ont été boycottées par l’opposition togolaise en raison du refus sans appel du RPT d’appliquer ses 22 (vingt-deux) engagements pris vis-à-vis de l’Union Européenne. Alors, l’«Assemblée nationale togolaise » devint un instrument univoque, une simple caisse de résonance RPTiste ne représentant aucunement (!!!) le Peuple togolais. Et les articles 58, 59 et 60 sont devenus :

« Article 58. Le Président de la République est le chef de l’État. Il est garant de l’indépendance et de l’unité nationales, de l’intégrité territoriale, du respect de la Constitution et des traités et Accords internationaux.
Il est garant de la continuité de l’État et des institutions de la République.

Article 59. Le Président de la République est élu au suffrage universel direct et secret pour un mandat de cinq (05) ans.
Il est rééligible.
Le Président de la République reste en fonction jusqu’à la prise de fonction effective de son successeur élu.
Article 60. L’élection du Président de la République a lieu au scrutin uninominal majoritaire à un (01) tour.
Le Président de la République est élu à la majorité des suffrages exprimés. »

Peut-on affirmer, dans ces circonstances, que le charcutage de la Constitution de notre IVè République par cette « Assemblée » monocolore RPTiste est « légal » ?! Il faut être atteint d’une sévère myopie intellectuelle ou faire preuve d’une mauvaise foi délibérée pour répondre à cette interrogation par l’affirmative.
Au demeurant, ce sont bel et bien la fausseté, l’illégalité et l’illégémité de la base des modifications constitutionnelles du 31/12/2002, les coups de force militaire, constitutionnel et électoral, ainsi que les tueries massives de février / avril 2005, qui allaient nous conduire aux fameux APG (Accord Politique Global) de 20 août 2006, dont le Peuple togolais réclame toujours, à cor et à cri, la mise en exécution…

Ainsi donc, dire que la Constitution de la IVe République togolaise a été « légalement » modifiée le 31/12/2002, c’est dire que le « référendum » du 28 octobre 1956, qui aura instauré la « République Autonome du Togo » a été « légal ». N’empêche que ses effets auront été radicalement balayés par les élections/référendum du 27 avril 1958, un an et demi à peine plus tard…

TRIONS DES LEÇONS ( !) DE NOTRE PROPRE (!!!) HISTORE

Lomé, le 15 mars 2017
Godwin Tété


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)