Mardi 23 Mai 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AMNESTY INTERNATIONAL - 04/03/2017 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : l’armée tue et blesse plusieurs manifestants pacifiques


PAR SADIBOU MARONG (AMNESTY INTERNATIONAL, DAKAR)


A la suite de l’augmentation des prix des produits pétroliers, une manifestation spontanée a eu lieu mercredi 28 février à Lomé, la capitale togolaise. Cette manifestation a été violemment réprimée par l’armée togolaise, qui n’a pas hésité à tirer à balles réelles, tuant un militant et en blessant plusieurs autres.

Des témoins oculaires ont déclaré que les forces de sécurité, dont l’armée, sont intervenues à coup de bâton, de cordelettes, de grenades lacrymogènes et de tirs à balles réelles pour disperser les manifestants.

Selon les informations obtenues par Amnesty International, les manifestations étaient pacifiques jusqu’à ce que les forces de sécurité aient recours à la force pour disperser la foule. Au moins un bus et une voiture auraient été brûlés dans le cadre de ces manifestations.

Le gouvernement a confirmé dans la soirée du 28 février, la mort d’une personne par balle. Selon des sources médicales, plusieurs personnes ont été blessées, dont au moins une par balle. Au matin du 1er mars, des voitures de l’armée étaient encore visibles patrouillant dans les rues de Lomé.

Au Togo, les forces de sécurité ont régulièrement recours à une force excessive face à des manifestants pacifiques. Le 25 février, au moins deux personnes ont été blessées lors d’une manifestation pacifique organisée pour demander la réouverture de la station radio CityFM et de la chaine télévisée La Chaine du Futur.

En réaction à cette mort par balle d’un homme d’une trentaine d’années lors d’une manifestation réprimée à Lomé mardi 28 février par les forces de sécurité, dont l’armée, François Patuel, chercheur d’Amnesty International sur l’Afrique de l’Ouest francophone a déclaré : « Il est inadmissible que l’armée soit encore déployée au Togo pour réprimer des manifestations. Les autorités doivent immédiatement diligenter une enquête indépendante et impartiale pour identifier les auteurs présumés de la mort par balle de cet homme, et les présenter devant un tribunal ordinaire afin qu’ils soient jugés au cours d’un procès équitable. »

« Le recours excessif à la force contre des manifestants pacifiques est inacceptable et les autorités doivent de toute urgence prendre des mesures pour contrôler l’usage de la force par les forces de sécurité et interdire l’intervention de militaires pour encadrer des manifestations. »

« Elles doivent aussi annoncer clairement et publiquement que le recours excessif à la force ne saurait être toléré et que le droit à la liberté de réunion pacifique sera protégé. »

Pour plus d’informations, il est possible de contacter le Service de presse d’Amnesty International à Dakar, au Sénégal, par courriel : sadibou.marong@amnesty.org Twitter : @AmnestyWaro.

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)