Dimanche 24 Septembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

ANC TOGO - 08/11/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Fabre s’étonne des compliments de Valls à l'endroit de Faure Gnassingbé


Lomé, le 04 novembre 2016

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le samedi 29 octobre 2016, en marge de la visite au Togo du Premier Ministre français, M. Manuel Valls, une délégation de parlementaires français, conduite par le Secrétaire d’Etat chargé des relations avec le parlement, M. Jean-Marie Le Guen, a rencontré au Palais des Congrès, siège de l’Assemblée Nationale, une délégation de l’opposition parlementaire togolaise.

La rencontre, qui a été relativement brève mais dense, a permis aux députés togolais, notamment le Chef de File de l’opposition, M. Jean-Pierre FABRE, de faire à la délégation française, le point sur la situation politique togolaise, et de relever le caractère complaisant des déclarations du Premier Ministre français sur le Togo.

La réunion commence avec la présentation des membres de la délégation française par M. Jean-Marie Le Guen qui précise ensuite qu’à l’occasion de la visite au Togo du Chef du gouvernement français il est normal que la délégation française rencontre également l’opposition togolaise. Aussi, le Premier Ministre a-t-il demandé à M. Le Guen de conduire la délégation qui rencontre l’opposition. M. Le Guen se félicite de la présence de M. Jean-Pierre Fabre, Président National de l’ANC, Chef de file de l’opposition, à qui il demande de prendre la parole le premier.

M. Jean-Pierre Fabre remercie la délégation française pour cette rencontre qui est pour l’opposition, une occasion de réitérer aux autorités françaises, son appréciation de la situation politique au Togo, formulée à maintes reprises, dans des déclarations, communiqués et mémorandums. Il précise que le 17 octobre 2016, il a été reçu au Quai d’Orsay par Monsieur Rémi Maréchaux, Directeur Afrique et Océan Indien, en présence du sous-directeur Afrique de l’Ouest et du Desk du Togo. A cette occasion, M. Fabre n’a pas manqué de dire à son interlocuteur que l’opposition togolaise sera très attentive aux propos de M. Valls, lors de sa visite.

Pour le Président National de l’ANC, Chef de file de l’opposition, la situation politique togolaise, continue d’être rythmée par la pratique permanente de l’arbitraire et des fraudes électorales. Malgré les engagements pris, le pouvoir en place refuse obstinément d’organiser les élections locales et de mettre en œuvre les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales prescrites par l’Accord Politique Global (APG). M. Fabre évoque à cet égard, le rejet par la majorité parlementaire du projet de loi de révision constitutionnelle introduit à l’Assemblée nationale par le gouvernement en juin 2014 et les manœuvres orchestrées à deux reprises, en novembre 2014 et en juillet 2016, par la majorité parlementaire à la Commission des lois, pour empêcher les propositions de lois de révision constitutionnelle de l’opposition d’arriver en plénière de l’Assemblée nationale.

En conséquence, M. Jean-Pierre Fabre s’étonne que le Premier Ministre français ait pu déclarer lors d’une allocution prononcée la veille, que le Togo change, au même moment où le Togo subit devant les instances compétentes de l’ONU à Genève, l’Examen Périodique Universelle (EPU). Au moment où Amnesty International tire la sonnette d’alarme sur le Togo et demande qu’au cours de cet EPU, il soit exigé du Togo qu’il respecte les recommandations formulées en matière de libertés publiques.

Plusieurs autres députés de l’opposition intervenant à la suite du Chef de file de l’opposition, abondent dans le même sens.

Certains font part de leur indignation, déclarant avoir été « choqués d’entendre sur les ondes le Premier Ministre Manuel Valls affirmer que le Togo change dans le bon sens » alors qu’il est notoire que tout est mis en œuvre pour le maintien au pouvoir de la dynastie Gnassingbé, par le verrouillage du système électoral et l’instrumentalisation des institutions au profit de cette dynastie. De toutes façons, ajoutent-ils, si le Togo change, cela se verra et se constatera, il ne sera pas nécessaire de le dire.

D’autres affirment que, malgré le calme apparent qui semble prévaloir dans notre pays, les populations togolaises sont en colère. Selon ceux-ci, le risque d’explosion est palpable face à l’arrogance des gouvernants et le pillage des ressources nationales par la fameuse « minorité qui accapare les richesses nationales », ainsi que le refus des autorités, en l’occurrence le Chef de l’Etat, le Premier Ministre et le président de l’Assemblée nationale de se soumettre à la déclaration de leurs biens, conformément à la Constitution. Une telle explosion ne devra surprendre personne.

D’autres encore dénoncent la nature du pouvoir en place qui n’est, en réalité, qu’une dictature militaire à façade civile, représentée à l’intérieur du pays, dans plusieurs préfectures, par des préfets militaires qui briment et intimident quotidiennement les populations, empêchant le libre exercice des activités des partis politiques de l’opposition.

La dernière intervention de l’opposition est celle de la Présidente du Groupe ANC à l’Assemblée nationale, Maître AMEGANVI Manavi Isabelle. Elle déclare souscrire à tout ce qui est dit par ses collègues, notamment le Chef de file de l’opposition et attire l’attention des membres de la délégation française sur les artifices déployés par le pouvoir en place pour abuser la communauté internationale. Pour illustrer son propos, elle donne la configuration actuelle de l’opposition parlementaire en observant que malgré un accord de partage de pouvoir avec la majorité, signé en mai 2010, l’UFC, qui a des ministres au gouvernement et qui soutient l’action gouvernementale en faisant voter ses deux députés dans le même sens que la majorité parlementaire, continue de se prévaloir de l’opposition. Et à ce titre, en complicité avec le régime en place, ce parti s’approprie les sièges revenant à l’opposition parlementaire tant au sein des structures de l’Assemblée nationale que dans les autres institutions de la République, en violation flagrante du règlement intérieur de l’Assemblée nationale et de la loi portant statut de l’opposition. Si bien que l’ANC, avec 18 députés, n’est représentée dans aucune institution.

Avant de clore la réunion, M. Le Guen a indique qu’il doit rejoindre le reste de la délégation du Premier Ministre au port autonome de Lomé qui est important dans l’économie togolaise. Il précise que la France ne veut pas s’immiscer dans les affaires du Togo et que selon lui, M. Valls n’est pas venu au Togo pour apporter son soutien au pouvoir en place ni se substituer aux populations togolaises qui doivent prendre leurs responsabilités.




Etaient présents :

Délégation des parlementaires français :
M. Jean-Marie Le Guen, Secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement
M. Jean-Yves Lebouillonnec, Député du Val de Marne, Maire de Cachan, Président du Groupe d’Amitié France-Togo
Mme Claudine Lepage, Sénatrice représentant les Français établis hors de France
Mme Hélène Conway-Mourret, Sénatrice représentant les Français établis hors de France
M. Robert Delpicchia, Sénateur représentant les Français établis hors de France
M. Jean-Baptiste Lemoyne, Sénateur de l’Yonne
Madame Seyba Dagoma, Députée de Paris
M. Pascal Terrasse, Député de l’Ardèche
Monsieur Guillaume Lemoine, Premier Conseiller à l’ambassade de France au Togo.
Délégation de l’oppositionparlementaire togolaise :
M. Jean-Pierre Fabre, Président National de l’ANC, Chef de file de l’opposition
Me Manavi Isabelle Améganvi, Présidente du Groupe ANC à l’Assemblée nationale
Me Georges Latévi Lawson (ANC)
Me Ruben Doe Bruce (ANC)
M. Fofana Soffo (ANC)
M. Amouzouvi Olivier Kpadénou (ANC)
Yao Ketoglo (ANC)
M. Akoffi Adjor (ANC)
M. Yawo Vodis (ANC)
M. Nafiou Tchagnaou Ouro Akpo (ANC)
M. Sambiri N’wakin Targone (apparenté ANC)
M. Jean Kissi (A E C)
M.Kanlenyo Kossiko (A E C)
M. Nagbandja Kampatibe (ADDI)
Mme Issolemo Koupokpa (Association SURSAUT)
M. Djimon Oré (FPD)
Les Députés Brim Diabacté (UFC), Pierre Djimongou (UFC) et, étaient également présents.


Fait à Lomé, le 04 novembre 2016

La Présidente du Groupe ANC
Me AMEGANVI Manavi Isabelle Djigbodi

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)