Mardi 22 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

CAP2015 - 11/10/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: Discours d'ouverture de Jean-Pierre Fabre au colloque sur l'alternance en Afrique


COLLOQUE DE CAP 2015

THEME : LA PROBLEMATIQUE DE L’ALTERNANCE POLITIQUE EN AFRIQUE
(Lomé, salle BACK UP, rue Jacob Adjallé, les 10 et 11 octobre 2016)
_____________________________________________


Discours d’ouverture de M. Jean-Pierre FABRE
Président National de l’ANC
Chef de file de l’opposition



Madame la Présidente de CAP 2015,

Mesdames et Messieurs les représentants du corps diplomatique et des organisations internationales,

Mesdames et Messieurs les Chefs de partis politiques,

Honorables Députés à l’Assemblée nationale,

Honorables Chefs traditionnels,

Distingués représentants des confessions religieuses,

Camarades militants et sympathisants de CAP 2015,

Honorables invités,

Mesdames Messieurs,

Je voudrais avant tout, vous exprimer ma gratitude et vous dire le plaisir que j’ai de vous accueillir au colloque sur le thème : la problématique de l’alternance politique en Afrique, le premier du genre organisé à l’initiative de notre coalition politique CAP 2015.

Notre colloque se tient à un moment où les populations africaines, résolument engagées dans la lutte pour l’instauration d’une démocratie et d’un Etat de droit, incarnés par des institutions fortes, se heurtent à l’injustice, à la violence policière, aux violations des droits et libertés des citoyens, à des répressions sanglantes et exactions de toutes sortes.

Ce colloque se tient également au moment où notre continent connait une recrudescence de la pratique de l’arbitraire et une banalisation des successions dynastiques à travers des mascarades électorales qui permettent à des hommes sans aucune légitimité de s’accrocher indéfiniment au pouvoir, comme c’est malheureusement le cas dans de nombreux pays dont le Togo. On assiste ainsi, à une patrimonialisation du pouvoir d’Etat qui consacre le népotisme et le despotisme.

Depuis des décennies et aujourd’hui encore, la plupart des élections, qui se déroulent sur le continent africain, donnent lieu à de vives tensions liées au blocage par les pouvoirs en place du libre jeu de l’alternance politique. Ce blocage se traduit par le verrouillage du système électoral, accompagné d’irrégularités et de fraudes de toutes sortes dans la préparation et le déroulement du scrutin, ainsi que dans l’établissement des résultats publiés et proclamés.

La question de l’alternance au pouvoir, par l’organisation d’élections libres, transparentes et équitables reste donc entière presque partout en Afrique.

Au Togo, en mai 2015, la Cour Constitutionnelle entérine les résultats frauduleux de la présidentielle d’avril 2015, transmis par le président de la CENI et donnant le président sortant Faure GNASSINGBE gagnant. Des résultats établis alors que seuls les procès-verbaux de 14 circonscriptions électorales sur 42, ont été examinés et qu’aucun n’a été validé par l’assemblée plénière de la CENI.

A défaut de présenter ses félicitations, le gouvernement français déclare ‘’prendre note’’ de l’élection de Faure Gnassingbé. Le rapport de la Mission d’expertise électorale de l’UE conclut que les résultats de ce scrutin, proclamés en violation de la procédure prescrite par le code électoral, n’ont aucune base légale.

Aux législatives d’octobre 2007 comme à la présidentielle de mars 2010 au Togo, en plus des fraudes et irrégularités habituelles, des nervis du pouvoir ont saboté le dispositif de transmission des résultats des scrutins par satellite (V-SAT). De plus à la présidentielle de mars 2010, un détachement de la gendarmerie prend d’assaut le centre de compilation des résultats organisé par le principal candidat de l’opposition. Les gendarmes saisissent les procès-verbaux et tous les équipements informatiques et procèdent à l’arrestation de tous les informaticiens. Ces équipements n’ont jamais été restitués.

Au Gabon, le 23 septembre 2016, la Cour Constitutionnelle proclame nuitamment la victoire d’Ali BONGO ONDIMBA, à l’élection présidentielle du 27 août 2016, sans régler la question du recomptage des voix, bureau de vote par bureau de vote, dans la province du Haut-Ogoué où des résultats aberrants sont proclamés par le Ministre de l’intérieur.

Comme pour le Togo, le gouvernement français, auxquels se sont joints les Etats-Unis et l’UE, s’abstient de toutes félicitations et déclare ’’prendre note’’ de l’élection d’Ali Bongo.

Ces exemples, qui sont légion sur notre continent, posent encore une fois la problématique des élections en Afrique et, par conséquent, celle de la démocratie et de l’alternance politique, manifestement en péril sur le continent.

A cet égard, le présent colloque, qui apparaît comme une véritable conférence sur la sécurité démocratique, vise précisément à sensibiliser l’opinion nationale et toute l’opinion africaine ainsi que la communauté internationale sur les efforts à mettre en œuvre pour stimuler et pérenniser le libre jeu de l’alternance politique dans les pays africains.

Il s’agit d’amener les populations togolaises et, par-delà, les peuples africains, à comprendre qu’il leur appartient de prendre souverainement leur destin en mains pour mettre fin à l’arbitraire et à l’imposture des hold-up électoraux qui maintiennent des dictateurs au pouvoir.

Il s’agit également de signifier à la communauté internationale, qu’il est temps de prendre en compte les aspirations profondes, maintes fois exprimées par les peuples africains, notamment le peuple togolais, en privilégiant l’intérêt partagé d’un accompagnement électoral sain, rigoureux et ferme qui favorise une alternance politique sans heurts dans les pays africains.

Les participants au colloque auront ainsi à débattre de sujets d’actualité, présentés par d’éminents conférenciers togolais et étrangers, au demeurant ardents défenseurs des droits et libertés et notoirement connus pour leur attachement à l’instauration de la démocratie et de l’Etat de droit en Afrique.

Les successions dynastiques et les exigences démocratiques en Afrique, par M. Michel GALY, Politologue, Journaliste indépendant ;
Les Commissions électorales indépendantes : mythe ou réalité ? par Maître Ata Messan Zeus AJAVON, Avocat à la Cour, Enseignant à la Faculté de Droit de l’Université de Lomé ;
Les Cours Constitutionnelles dans les processus électoraux en Afrique : garanties ou illusions démocratiques ? par le Professeur Komi WOLOU, Directeur de l’Ecole Doctorale de la Faculté de Droit de l’Université de Lomé ;
Les peuples, complices ou victimes des dictatures en Afrique ? par M. Adovi Michel GOEH AKUE, Professeur d’Histoire à l’Université de Lomé ;
La communauté internationale et l’alternance politique en Afrique, par M. Richard Comla ABOKI, Sociologue, Enseignant à l’Université de Lomé et Consultant.
MM. Francis KPATINDE et Albert BOURGI, initialement annoncés au rang des conférenciers, n’ont pas pu faire le déplacement de Lomé, en raison de contraintes de dernières minutes. Nous en sommes désolés.

Il va sans dire que ce premier colloque n’épuise nullement les sujets liés à l’alternance politique en Afrique. Au cours de nos prochaines rencontres, nous poursuivrons les réflexions en abordant d’autres sujets, notamment, l’armée, les partis politiques, les médias, la société civile.

Honorables invités

Mesdames Messieurs,

La tenue de notre colloque coïncide avec un autre évènement qui se déroule en ce moment dans la capitale togolaise. Nous avons le plus grand respect pour tous les Etats membres de l’UA ainsi que leurs dirigeants, même si, dans des pays comme le Togo, les populations sont confrontées à une gouvernance qui est loin de répondre à leurs aspirations profondes.

Nous comprenons que notre continent puisse se préoccuper de sécurité maritime. Nous comprenons moins que des pays endettés comme le Togo, sans les ressources appropriées, puissent aggraver leur endettement et affecter leurs maigres recettes publiques à l’organisation d’un sommet extrêmement coûteux, en sacrifiant les urgences des secteurs vitaux, notamment celles de la santé, de l’éducation, de l’assainissement, de l’énergie et de l’eau, qui constituent pourtant les premières exigences de la demande sociale.

Nous venons de boucler une tournée nationale au cours de laquelle les populations togolaises nous ont réitéré leurs priorités. Loin de s’embarrasser des hypothétiques retombées claironnées par le pouvoir en place pour vendre à tous l’initiative inopportune d’un sommet sur la sécurité maritime au Togo, nos populations clament haut et fort leurs ardents désirs de voir construire des écoles, des hôpitaux et des dispensaires, de voir remettre en état les pistes rurales et rendre disponibles, à bonne date et en quantités suffisantes, les intrants agricoles, de voir enfin régler les questions politiques pendantes, notamment, les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales ainsi que l’organisation des élections locales.

C’est dire que pour nos populations, les urgences de l’heure sont aux antipodes d’un sommet sur la sécurité maritime, organisé à grands frais par un pays financièrement exsangue, englué dans la corruption et les scandales financiers à répétition et pris en otage depuis des décennies par un régime qui se maintient par des coups de force électoraux.

C’est dire qu’en organisant en grande pompe un tel sommet, le pouvoir en place n’a d’autres objectifs que de tenter de se fabriquer au plan international, la légitimité qui fait tant défaut au régime RPT/UNIR depuis des décennies.



Honorables invités

Mesdames Messieurs,

Les sujets, qui seront développés au cours du colloque, collent rigoureusement à l’environnement sociopolitique de notre continent, tel qu’illustré ces derniers temps par plusieurs pays en Afrique et singulièrement le Togo et le Gabon.

Les peuples africains n’ont de cesse de démontrer leur volonté inébranlable de s’affranchir des méthodes désuètes et caricaturales, caractéristiques, à de rares exceptions près, des processus électoraux en Afrique, considérés par les pouvoirs en place comme de simples formalités sans enjeu d’alternance.

Je suis persuadé que la pertinence des sujets nourrira des débats riches et engagés, porteurs de tous les espoirs d’alternance politique et de changement démocratique, auxquels aspirent les peuples africains.



Honorables invités

Mesdames Messieurs,

Je voudrais, avant de terminer, demander votre indulgence pour rappeler que ce 10 octobre 2016 est le jour du 6ème anniversaire de la création de l’ANC. Je voudrais donc dire bon anniversaire à tous les camarades de l’ANC.

En six ans d’existence, l’ANC est fière du chemin parcouru, notamment avec les amis et alliés de CAP 2015, tout en demeurant consciente que beaucoup reste encore à faire pour réaliser pleinement les aspirations du peuple togolais.

En souhaitant pleins succès à nos travaux, je déclare ouvert le colloque de CAP 2015 sur LA PROBLEMATIQUE DE L’ALTERNANCE POLITIQUE EN AFRIQUE.

Je vous remercie.


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)