Vendredi 26 Mai 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

CDPA - 10/10/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : La CDPA justifie son refus de participer au sommet sur la sécurité maritime


Pourquoi la CDPA dit NON, le Togo ne devrait pas accueillir le sommet extraordinaire de l’Union Africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique ?

Les questions de sécurité et de sureté maritimes se posent aujourd’hui avec acuité en Afrique et ailleurs dans le monde, notre parti le sait et est également conscient de l’importance de l’économie bleue dans le développement de l’Afrique.

Par contre, la CDPA ne s’inscrit pas dans la logique du régime en place au Togo depuis plus de cinquante, qui accueille actuellement, et au frais du contribuable togolais, plus de 3 000 délégués. A la CDPA, nous nous posons beaucoup des questions face à l’obstination du gouvernement à accueillir un tel sommet : à quelles fins et dans quel Togo se tiennent ces assises ? Est-ce dans ce Togo exsangue au bord de l’asphyxie qui à grand frais a maquillé ses misères et caché ses pauvres pour faire bonne figure ? Est-ce dans ce Togo endetté qui sera bientôt en cessation de paiement et peine à investir dans le social et l’emploi durable ? Est-ce dans ce Togo qui abrite des hôpitaux sous équipés qui deviennent des mouroirs ? Est-ce dans ce Togo où des élèves étudient encore dans des salles de classe construites en matériaux précaires ? Est-ce dans ce Togo où une majorité de la population est obligée de boire de l’eau ayant toutes les couleurs, mais loin d’être potable ? Est-ce dans ce Togo où les jeunes dans leur grande majorité sont confrontés au chômage et sans aucune perspective de s’en sortir ? Est-ce dans ce Togo où les populations font depuis 1990 le choix du changement démocratique, mais se voient toujours voler leurs suffrages ? Est-ce dans ce Togo où il n y a aucune perspective d’alternance face au refus du gouvernement d’opérer les réformes constitutionnelles et institutionnelles attendues depuis dix ans ? Est-ce enfin dans ce Togo où nous attendons depuis plus de 30 ans, la tenue d’élections locales, pour avoir des élus proches des populations et qui assurent le développement des localités ?

Ces interrogations nous interpellent tous ; plutôt que d’accueillir un sommet dont les retombées hypothétiques ne peuvent être qu’à long terme, il est évident que tout gouvernement responsable, aurait considéré comme prioritaire, d’apporter des solutions urgentes et durables aux préoccupations sociales des populations en vue de faire évoluer leurs conditions de vie aujourd’hui et maintenant.

Avec un tissu social aussi délabré que celui de notre pays, un gouvernement qui ne veut pas exposer ses administrés à une explosion sociale, aurait d’abord recherché la cohésion sociale en accédant aux souhaits quasi unanimes de réformes politiques et économiques.

Vu le contexte particulier du Togo, tout porte à croire que les autorités de fait de ce pays, incarnées par un président mal élu, se sont battues pour obtenir la tenue de ce sommet de l’Union africaine à Lomé, essentiellement pour s’assurer d’une légitimité à l’international, à défaut de celles des togolaises et togolais qui les rejettent massivement.

La CDPA dit haut et fort qu’elle n’est pas d’accord avec ce gaspillage de nos ressources si rares et si précieuses quand le peuple veut du pain et du boulot ! Oui, nous ne sommes pas d’accord avec cette politique de prestige qui veut faire croire au monde que tout va désormais bien au Togo, alors qu’on prive ce peuple de tout, même de l’espoir de choisir et de remercier librement ses dirigeants.

Nous revendiquons le droit à l’indignation

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)