Vendredi 26 Mai 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AYI HILLAH - 02/09/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Aného – Togo : Quand Ekpéssosso devient Ekpédada


Je lis, çà et là, à l’égard des dignitaires religieux en pays Guin qui essayent de nous faire prendre des immondices pour des joyaux, l’expression d’un dégoût, d’un écœurement sans fin que je partage. Oh oui, mes frères, face au miroir de notre légendaire arrogance, disons-nous la vérité ! Jamais de mémoire d’homme, aucune ethnie n’a fait un pareil effort pour casser sa tradition, la salir à toutes les images de la grandeur et de l’estime, désavouer de manière éhontée tout ce qui est bien, tout ce qui est bon ; son patrimoine.

L’objet de mon propos se résume à un constat. Ékpéssosso, entendez prise de la pierre sacrée, est devenu Ékpédada ; une partie de caillassage où l’on rivalise à qui fera plus de mal à l’autre par sa capacité à détruire, à casser, à blesser. Bref, un affrontement digne de l’époque des cavernes. Affrontement au cours duquel toute la saleté humaine se dresse devant nous comme le fruit de notre inconséquence, de notre incapacité à valoriser ce que nous avons de meilleur, d’unique ; notre tradition vieille de plus de trois siècles. Somme toute, en ces jours de honte profonde, à celui qui, cofondant le chauvinisme à la fierté, me dira qu’il est fier d’être un natif des Lacs, je ne peux répondre que par un sourire fait de douleur. Excusez mes propos si vous les trouvez plus avilissants que le spectacle que je dépeins.

Quoi donc ? L’année dernière, sur ce même sujet me penchant, je parlais d’une tradition à vendre. Eh bien c’est fait ! Elle est désormais vendue. Elle ne nous appartient plus. Adieux à nos rêves d‘enfant ! Aux oubliettes, les grands moments de recueillement et de retrouvailles. Désormais, dans les Lacs, les fleurs sont malades. Seuls, livrés à un vent de déshonneur, nos cocotiers pleurent et nos côtes que l’océan grignote jour après jour tournent le dos à l’avenir dont les parfums incertains par les vagues charriés envahissent nos lieux saints où les gendarmes s’entraînent désormais au tir de gaz lacrymogènes, joli tableau. La pierre Unir de l’année dernière n’a pas su nous unir, hélas !. Nous voici, cette année, à vouloir dire au peuple que deux pierres valent mieux qu’une. Saloperie !

Demain, sur les ruines de ce qui faisait notre fierté, je retournerai, nostalgique comme toujours. Je parlerai au vent frais, je parlerai au sable jaune, je dirai des paroles qu’on croyait sacrées et que les bottes ont su piétiner. Je dirai mon amertume, je maudirai notre ignorance, je blâmerai ma génération, je conterai aux enfants les crimes de nos maîtres d’aujourd’hui ; ceux qu’on voit défiler avec des visages suant les crimes de l’argent. Je leur parlerai de ces gens dont on pourrait dire qu’il serait préférable qu’ils ne fussent pas nés. Dieu sait si j’ai raison...

Enfin, à genoux devant son piédestal désacralisé, je ferai à ma terre le vœu que voici :

— Aného, je reviendrai te voir et marcher sur mes pas, à la recherche de cette joie sans prix qu’on ressentait à l’évocation de ce qui nous rassemblait. Je me déchirerai, s’il le faut, pour me faire entendre des âmes mortes. Oui, je garderai en moi cette possibilité de ne pas taire mes rêves. Pauvre comme un gueux et riche de mes souvenirs, je raconterai aux enfants sur quelles horreurs repose la félicité des nantis ; ceux qui ont bradé notre tradition contre quelques sous hideux.

Fontaine l’Evêque le 02 septembre 2016

Par Ayi HILLAH


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)