Lundi 20 Novembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

MAINONE - 14/05/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

MainOne veut débloquer le potentiel numérique inexploité de l'Afrique


LAGOS, Nigeria, 12 mai 2016/ -- Pour la cinquième année consécutive, MainOne (www.MainOne.net) s'efforce de renforcer le profil numérique de l'Afrique et souligne son potentiel inexploité lors de la Semaine mondiale des télécommunications qui s'est récemment déroulée à Chicago du 8 au 11 mai 2016 (http://www.InternationalTelecomsWeek.com).

À l'occasion de cette rencontre annuelle mondiale des sociétés de télécommunication, l'entreprise a accueilli la rencontre de la commission africaine à laquelle ont participé à la fois les principaux opérateurs africains de réseau mobile de grande échelle et une foule de fournisseurs de services mondiaux et d'entreprises de distribution de contenu. Il s'agissait d'une occasion pour ces leaders de l'industrie de partager leur point de vue avec une audience internationale concernant les développements récents dans la région ainsi que d'aborder les opportunités et les difficultés auxquelles la région fait face quant au déploiement à grande échelle de l'accès aux services haut débit. Cette rencontre a également été l'occasion de discuter de l'élan nécessaire pour préparer le continent à l'explosion des informations mondiales qui concerne déjà certaines parties du continent, où la consommation Internet par les particuliers commence à se rapprocher de plus en plus des schémas de consommation des économies avancées.

Les principaux points de discussion portaient sur le besoin d'adopter des modèles d'infrastructure partagée afin de réduire le coût des services de haut débit aux particuliers par comparaison aux réductions ayant déjà été appliquées à la tarification des services aux professionnels au fil des années, et ce afin d'atteindre moins de 5 % des prix du haut-débit des particuliers. Le commission d'experts a fortement soutenu l'idée que l'adoption de nouveaux modèles réglementaires et de gestion pour les infrastructures partagées favoriserait l'explosion numérique généralisée si nécessaire sur le continent africain plutôt que d'avoir à dépendre d'infrastructures de réseaux mobiles privées conçues par des entreprises de téléphonie mobile fournissant des services vocaux câblés. Les participants ont également traité du besoin de soutenir la croissance du contenu local comme moyen d'augmenter le trafic intracontinental et d’éliminer les obstacles transfrontaliers à l'échange d'information. Il a également été souligné que la libéralisation continuerait de jouer un rôle majeur dans la progression du déploiement d'Internet en Afrique, avec des pays tels que le Nigeria, le Kenya, le Ghana et l'Afrique du Sud faisant office d'exemples concernant les avancées réalisées dans la popularisation de la connectivité sur le continent.

Parmi les intervenants lors de l’événement se trouvaient des dirigeants issus d'un ensemble varié d'acteurs avec notamment MainOne, Google, PCCW Global, WIOCC et Liquid Telecom, et Russell Southwood de Balancing Act Africa qui a fait une présentation aux analystes détaillée des développements réalisés sur le continent. Divers participants ont mis l'accent sur les déploiements d'infrastructures, comme l'installation de la fibre à Lagos au Nigeria par MainOne, la liaison par fibre « backhaul » de Liquid Telecom en Afrique de l'Est et du Sud et les derniers projets de connexion à la fibre de Google en Ouganda et au Ghana pour démontrer ce qui peut être réalisé avec la disponibilité d'infrastructures partagées offrant des services haut débit fiables et non limités.

MainOne reste au premier plan de l'initiative pour le haut débit en Afrique de l'Ouest avec des investissements dans les infrastructures de télécommunication dans toute la région et le sponsoring de forums majeurs pour faire avancer les activités relatives au haut débit dans la région, comme la rencontre de la commission africaine lors de la Semaine mondiale des télécommunications, devenue un rendez-vous incontournable pour les acteurs du continent tout entier.

Au cours de ses plus de cinq années d'opération, l'entreprise s'est forgée une solide réputation de fournisseur préféré de solutions de connectivité et de centre de données, en fournissant des solutions de connectivité régionales et en créant un accès pour les fournisseurs de contenu internationaux à la recherche d'un accès direct aux abonnés dans le sous-continent. L'entreprise continue d'étendre la portée de son réseau de manière organique et au travers de partenariats. Elle couvre aujourd'hui huit pays de l'Afrique de l'Ouest y compris le Nigeria et le Ghana.


Demandes de renseignements presse :

MainOne
Jumoke Akande
marketing@mainone.net

À propos de MainOne : « MainOne (www.MainOne.net) (également connu sous le nom de « Main One Cable » ou « Main One ») est l’un des principaux fournisseurs de services de télécommunication et de solutions réseau destinés aux entreprises de l’Afrique de l’Ouest. Notre infrastructure de classe mondiale améliore la productivité et la rentabilité de nos clients en ligne. Depuis sa création en 2010, MainOne est réputé pour ses services extrêmement fiables et est désormais le fournisseur de services Internet en gros préféré des principaux opérateurs de télécommunication, fournisseurs de services Internet, organismes gouvernementaux, grandes entreprises et établissements d’enseignement d’Afrique de l’Ouest. Le système de câbles sous-marins de premier ordre de MainOne qui descend le long de la côte d’Afrique de l’Ouest, le réseau de dernière génération (NGN) IP de pointe, les réseaux de fibres optiques terrestres en forte croissance au niveau régional et en agglomération, ainsi que les sites de centres de données offrent des services à haut débit aux entreprises en quête de solutions en Afrique de l’Ouest. Notre réseau est interconnecté et associé aux principaux opérateurs et points d’échange Internet à travers le monde, afin d’offrir à nos clients une portée mondiale. »

Twitter: @MainOneService
LinkedIn: MainOne
facebook: MainOne
www.MainOne.net

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)