Samedi 19 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

L'AUTEUR - 14/05/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : La misère du peuple togolais n'est pas due à la croissance démocratique spectaculaire


LA MISÈRE NOTOIRE ACTUELLE DU PEUPLE TOGOLAIS N’EST PAS DUE (!!!)

À LA CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE SPECTACULAIRE DANS NOTRE PAYS

Par Godwin Tété



« Le poisson pourrit par la tête » (Dicton populaire)



Tout récemment, j’ai entendu proférer, par une personnalité censée être une “autorité nationale ” de chez nous, une « thèse » qui laissait croire que l’indescriptible misère matérielle et immatérielle actuelle du Peuple togolais serait une conséquence directe de la croissance démographique enregistrée dans notre Pays entre 1960 et 2016. Misère qui crève les yeux à tout observateur un tantinet soit peu attentif.

En effet, aux termes d’un rapport officiel du gouvernement togolais, les ratios suivants, relatifs au seuil de pauvreté internationalement établi, sont notés en allant du sud au nord de la Terre de nos Aïeux.

Selon les chiffres rendus publics par le Ministre de l’économie et des finances, en prenant 10 Togolais par région, on est ahuri par la proportion des personnes très pauvres. En voici le tableau :

5 personnes sur 10(53,9%) dans la région maritime
6 Personnes sur 10(64,7%) dans la région des plateaux
7 personnes sur 10(68,4%) dans la région de la Kara
8 personnes sur 10(80,2%) dans la région centrale
9 personnes sur 10 (90,8%) dans la région des savanes
Il suffit d’aller à l’intérieur du pays, de visiter chacune des régions et de regarder autour de soi, pour mesurer à quel point les populations sont effectivement de plus en plus pauvres pendant que continue de s’enrichir la minorité de riches que le Chef de l’État eut l’air de dénoncer dans son message à la nation à l’occasion de la célébration du 27 avril 2012.

Et l’”autorité nationale” sus- mentionnée d’essayer d’expliquer une telle triste situation par le fait que la démographie a considérablement galopé dans notre Pays depuis notre accession à la souveraineté nationale et internationale – soit depuis 1960. Oui ! Le Togo comptait 1 500 000 (un million cinq cent mille) âmes en 1960. Il en abrite aujourd’hui 6.000.000(six millions) à 7 000 000(sept millions) environ -affichant ainsi un accroissement de 300% à 366,70% à peu près.

Or, tous ceux qui se sont, ne serait-ce que légèrement, frottés à l’Économie politique, savent pertinemment que non seulement la croissance démographique n’est nullement un facteur générateur de misère populaire dans un pays normal, bien gouverné, mais, bien au contraire, elle s’avère, dans toute l’Histoire de Humanité, un élément plutôt promoteur de développement économique, politique, social et culturel.

En tout cas et mieux, un certain niveau démographique apparaît indispensable en tant que seuil crique requis par l’envol d’un développement socio-économique viable et durable !!! À la vérité, nulle part au monde le « malthusianisme » n’a jamais durablement régné comme une pensée dominante ! À cet égard, le lecteur est convié à se référer au volumineux ouvrage du célèbre économiste contemporain Thomas Piketty, intitulé” Le Capital au XXIe siècle”. Ed. Seuil, Paris, 2013, pp.131-140.

Si, à coup sûr, le Togo de nos jours a connu une très forte croissance démographique, comme sus-indiqué, il a connu, en même temps, des ressources qu’il ignorait avant notre indépendance , à savoir : le Port Autonome de Lomé(PAL) , les minerais de phosphates, de fer de Bandjéli, d’or ; les gisements de ciment, de marbre, de pétrole offshore ; les immenses terres de culture encore inexploitées, l’abondance de nos richesses halieutiques et fauniques, le bois de nos forêts profondes, nos potentialités hydro-électriques , l’énergie solaire , la bioénergie, etc etc.

Et, s’il est vrai que le monde des temps modernes se présente tel un monde de grands ensembles humains, alors assurément la démographie acquiert une importance capitale, cruciale : une place première. Voilà ce qui fonde et justifie tous les efforts déployés par l’Union Européenne pour naître, vivre et prospérer depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale…

Non ! La croissance démographique ne saurait, en rein( !), être une source de pleurs et de grincements de dents pour le brave Peuple togolais. À vrai dire, ce qui constitue – fondamentalement – la cause de la misère noire du citoyen togolais lambda, c’est bel et bien la mauvaise gestion des ressources de son Pays ; c’est, à n’en pas douter, la malgouvernance de son Pays depuis l’assassinat du Père de notre Nation : Sylvanus Kwami Epiphanio Olympio. Oui ! « Le poisson pourrit par la tête ! ». Ce qui génère cette misère inhumaine, c’est le chômage endémique (!!!) des jeunes. La raison première de ladite misère, c’est, ainsi que l’a explicitement reconnu M. Faure Essozimna Gnassingbé lui-même (!!!), la confiscation des ressources du Togo par une infime minorité (!!!) de rapaces…Toute autre « explication » risquerait fort de ressortir comme un discours pro domo !…

N.B. Last but not least. En élevant quelque part peu le débat, je dirais que les Peuples africains gagneraient, face aux redoutables défis du monde modern, à fédérer, le plus tôt possible, leurs destins dans une grande Union des Peuples à réaliser par eux-mêmes, pour eux –mêmes : dans des Etats-Unis d’Afrique .Car l’Afrique du XXIe siècle sera panafricaine ou recolonisée ! [Cf.mon livre "La Question nègre. Parlons – en encore" .Ed. L’Harmattan, Paris, 2013, ch. IV]

Peuple togolais !

Avec notre foi, notre courage et nos sacrifices,

Poursuivons notre Lutte !

Parce que « Seule la Lutte libère ! » (Thomas Sankara)

N.B. En essence, la lettre pastorale en date du 27 avril 2016, des Évêques du Togo, dit exactement la même chose !…

Lomé, le 07 mai 2016
Godwin Tété

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)