Mardi 30 Mai 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AMNESTY INTERNATIONAL - 07/05/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Amnesty International dénonce la situation des droits humains


Les autorités ne tiennent pas leurs engagements et la situation des droits humains stagne

La situation des droits humains au Togo stagne et les autorités n’ont pas respecté les engagements pris devant la communauté internationale depuis cinq ans, a déclaré Amnesty International dans un rapport publié aujourd’hui, alors que le président Faure Gnassingbé célèbre ses onze ans au pouvoir.

Togo. Droits humains : encore un long chemin à parcourir démontre que les autorités ont ignoré ou partiellement mis en œuvre la plupart des recommandations émises lors du passage du pays à l’Examen périodique universel (EPU) de 2011. Le rapport contient l’analyse et les recommandations d’Amnesty International en direction du deuxième cycle de l’EPU du Togo en octobre-novembre prochain.

« Ces cinq dernières années, les forces de sécurité ont tué et blessé plusieurs personnes lors de manifestations pacifiques, des journalistes et des défenseurs des droits humains ont été arrêtés, les conditions carcérales ne répondent pas aux normes internationales et l’impunité pour les violations des droits humains a persisté », a déclaré François Patuel, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

« Alors que la communauté internationale avait exhorté le pays à faire des efforts, la situation des droits humains ne s’est pas améliorée, et cela doit changer ».

Les réunions pacifiques organisées par des partis politiques ou des défenseurs des droits humains sont souvent arbitrairement interdites et dispersées par la police, la gendarmerie ou les forces armées, et leurs organisateurs exposés à des représailles et des arrestations arbitraires.

En novembre 2015, sept personnes ont été tuées et au moins 117 blessées, y compris des femmes enceintes et des enfants, lors de manifestations à Mango dans le nord du pays. En mars 2015, il y a eu au moins 30 blessés, dont une femme et un enfant à Gléi au cours d’une manifestation d’élèves. Au moins une personne est morte des suites de ses blessures.

Les autorités ont continué à restreindre la liberté d’expression et cibler les journalistes, les défenseurs des droits humains et les militants politiques qui ont exprimé des opinions opposées à celles du pouvoir.

En février 2012, Koffi Kounté, président de la Commission nationale des droits de l’homme, a du se réfugier en France après avoir reçu des menaces provenant de l’entourage du chef de l’État. Il avait refusé de cautionner un rapport édité par le gouvernement sur plusieurs cas de torture.

Les forces de sécurité ont régulièrement recours à la torture et à d’autres mauvais traitements au moment des arrestations et durant la détention provisoire afin d’arracher des « aveux » ou de compromettre les accusés. En novembre 2015, plusieurs hommes arrêtés lors des manifestations à Mango ont été soumis à de mauvais traitements.

Les lesbiennes, gays et personnes bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI) font l’objet de discrimination. Une loi criminalise les relations sexuelles consentantes entre personnes du même sexe. Ces personnes sont aussi souvent victimes de harcèlement et de détentions arbitraires de la part des forces de sécurité.

En juillet 2013, la Cour de justice de la CEDEAO a conclu, dans un arrêté, à l’existence d’actes de torture dans l’affaire Kpatcha Gnassingbé et ses codétenus. Sept personnes concernées dans cette affaire sont encore en détention arbitraire. Personne n’a été traduit en justice pour ces actes de torture.

Amnesty International appelle le Togo à, entre autres, modifier la législation qui réglemente le recours à la force et qui viole le droit à la liberté d’expression et de rassemblement pacifique ; et à ouvrir sans délai des enquêtes approfondies et impartiales sur toutes les allégations d’arrestation et de détention arbitraire, d’intimidation, de menace, de harcèlement et d’agression à l’encontre de défenseurs des droits humains. Les autorités devront également protéger, respecter et appliquer les droits humains pour tous, indépendamment de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre et de son expression.

« Il est important que la communauté internationale soit plus vigilante quant à l’évolution de la situation des droits humains au Togo dans un contexte où le Bureau du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme à Lomé a fermé ses portes en 2015 », a déclaré Francois Patuel.

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)