Mercredi 22 Novembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 26/04/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo - 27 Avril 1958 : Pa Augustino de SOUZA recevant le sceptre de la victoire de l’indépendance


Togo Ablodè Kalènwo: le Patriarche Pa Augustino de SOUZA

Pa Augustino de SOUZA : le Patriarche, 1er Président du CUT, décédé la veille de la proclamation de l’indépendance


Le patriarche Pa Augustino de SOUZA dit « Gazozo » est né en 1877, à Adgbédrafo (Porto Seguro), dans une grande famille Mina dont les ancêtres sont venus du Brésil. Il était le petit-fils du Chacha Francisco Félix Da SOUZA (1760 – 1849), le (drifter) portugais ou réfugié politique qui était devenu un important trafiquant dans la région d’Aného et plus tard Gouverneur de Ouidah sous le règne du roi du Danhomè. De condition modeste, Da SOUZA commença sa carriè¬re ouest-africaine comme un petit commerçant vendant di¬verses marchandises, dont des esclaves et des armes. Il s’installa d’abord à Aného vers 1788 et y fonda le quartier Ajuda qui devien¬dra plus tard l’actuel quartier d’Adjido. Après une querelle au sujet d’une dette que lui devait le roi du Danhomè Adandozan, Da SOUZA fut emprisonné à Abomey, la capitale du Danhomè. Il ne fut relâché que sur l’intervention de Ghézo, le futur roi du Danhomè, qui monta au pouvoir avec le soutien de Da SOUZA. Il fut élevé à la position de « Chacha » c’est-à-dire de percepteur en chef attitré des impôts du roi qui avait rang de gouverneur à Ouidah, le plus grand port d’esclaves de la côte.

A partir de cette position, Da Souza détenait un monopole sur toutes les activités commerciales dans la région et devint énormément riche. Submergé par ses fonctions administratives à Ouidah, Da SOUZA délégua son autorité à Aného à son lieutenant, Akouété Zanklibossou, et ses affaires commerciales à ses fils. Suite à l’abolition de la traite négrière, il réorienta ses affaires vers la culture du palmier à huile.

Francisco da SOUZA, grand père de Augustino de SOUZA, est mort à Ouidah, en 1849 et eut droit à des funérailles royales incluant des sacrifices humains.

Revenons au petit-fils de cet homme, Augustino de SOUZA, qui fut un des providentiels héritiers de sa considérable fortune pour dire qu’il fut, très tôt, un puissant soutien, fondateur et premier président du Comité de l’Unité togolaise (CUT). Il était l’ami de Octaviano OLYMPIO, l’oncle de Sylvanus OLYMPIO qui, avec l’instituteur de la Mission protestante Andreas AKU, avait pris le 24 mai 1909, la première initiative qui lança le mouvement national au Togo en envoyant au très raciste gouverneur allemand, le Comte ZECH, une pétition pour réclamer la justice et l’égalité des droits entre autochtones togolais et colons allemands après avoir protesté contre les exactions dont avait été victime un citoyen togolais. Ce dernier avait été giflé en pleine rue par un fonctionnaire colonial allemand des chemins de fer tout simplement parce que celui-ci ne l’avait pas salué au moment où il le croisait sur son chemin.

De ce fait, il jouissait d’un grand prestige et avait une forte autorité morale sur le mouvement nationaliste naissant au Togo. Il était issu de cette bourgeoisie foncière et commerçante afro-brésilienne dont les principales figures qui avaient fait fortune à partir de la traite négrière, à leur retour du Brésil d’où ils sont venus s’installer sur les côtes d’Afrique de l’Ouest, après avoir paradoxalement été affranchis eux-mêmes comme esclaves. Se distinguant du reste de la population par leur habitat, leur habillement, leur alimentation, leurs traditions, leur prestance dans la société, ils constituaient cette couche de notables qui, face aux pouvoirs coloniaux allemand et français, postula à la représentation des intérêts nationaux togolais qui ne pouvait que favoriser les leurs propres.
C’est ainsi que, comme son ancêtre Francisco Félix Da SOUZA et, plus généralement, tous les chefs des grandes familles afro-brésiliennes, Pa Augustino de SOUZA développa une importante carrière commerciale et entrepreneuriale tout au long de sa vie.

En 1903, il fut embauché par la compagnie commerciale allemande Deutsche Togo Gesellschaft (DTG) et, après l’expulsion de cette société du Togo en 1914 suite à la défaite allemande lors de la Première Guerre mondiale, il monta sa propre compagnie d’import-export. Par la suite, il s’engagea dans la production de palmistes et de noix de coco, achetant à cet effet de vastes domaines près d’Anécho et dans la région de Lomé dont il fit d’immenses palmeraies et cocoteraies.
Au fil des années, il avait accumulé une fortune si considérable qu’il était considéré comme étant le plus riche commerçant du Togo avant son indépendance.
Lorsque les colons décidèrent de créer un Conseil des notables pour impliquer l’embryon de bourgeoisie locale dans la gestion des affaires coloniales, c’est Augustino de SOUZA qu’on désigna comme président de cette institution.
Après la Seconde Guerre mondiale, Augustino de SOUZA s’engagea dans les divers mouvements qui combattaient pour l’unification des Ewé sous une seule administration coloniale.

C’est dans ce cadre qu’il apporta une importante contribution à la naissance du Comité de l’Unité togolaise dont il aida à la fondation et en devint le premier président, à cette époque où Sylvanus OLYMPIO en avait été élu vice-président. En réalité, c’était dans les grandes plantations de Augustino De SOUZA que la direction du CUT se réunissait pour définir ses stratégies et tactiques. De SOUZA était aussi un des rares supporters actifs dans le Togo français de la direction Anlo de l’All Ewe Conference de Daniel CHAPMAN qui avait son siège au Ghana voisin.
Trop vieux pour jouer un rôle actif dans le combat du CUT contre le pouvoir colonial français au Togo, le soutien apporté par Pa Augustino De SOUZA au mouvement à ses débuts fut incontestablement inappréciable.
Il mourut malheureusement le 25 avril 1960, soit exactement deux jours avant la proclamation de l’indépendance du Togo auquel son destin ne lui permit pas d’assister. Comme ce fut le cas dans l’autre histoire, il ne vit donc pas la terre promise de l’indépendance nationale conquise et proclamée mais, en tant que patriarche, garant moral de la direction de cette lutte, il est permis de dire qu’il l’a conduite à bon port.

Son décès, gardé secret, ne fut rendu public qu’après les cérémonies de proclamation de l’indépendance nationale. Il eut droit à des obsèques grandioses, à la hauteur de l’importance de la contribution qu’il apporta au combat pour la conquête de l’indépendance du Togo.

Portrait réalisé par Claude AMEGANVI
Le Secrétaire chargé de la coordination
Parti des travailleurs

Article publié le 28 avril 2008

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)