Lundi 27 Mars 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

CVU DIASPORA TOGO - 24/04/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Afrique .. On ne mange pas la croissance économique


Le Fonds monétaire international (FMI) vient de publier son rapport « Perspectives économiques en Afrique 2016 1» où l’accent est mis sur « une croissance trop faible depuis trop longtemps ». Les statistiques portent principalement sur l’année 2015 2.

1. LE REFUS DE PARTAGER AVEC INTELLIGENCE

L’Afrique, à savoir l’Afrique subsaharienne et l’Afrique du nord, n’apparaît pas dans ce rapport qui continue à nier l’existence de l’entité Afrique en préférant lier l’Afrique du nord avec le Moyen-Orient. Le rapport évite soigneusement de rappeler que les conseils prodigués par le passé par le FMI sont autant responsables de la situation actuelle de l’Afrique. Donc que chacun fasse amende honorable en travaillant non pas uniquement avec les responsables au sein de l’Etat mais aussi avec les expertises disponibles dans la société civile africaine, plus particulièrement au sein de la Diaspora africaine.

La promotion d’une certaine idée néolibérale de l’économie en Afrique a conduit la plupart des institutions de financement du développement à nier les inégalités et leurs accumulations, qui fondent souvent les oligarchies qui s’arrogent la plus grande part des fruits de la croissance en Afrique. 20 % de la population la plus riche en Afrique du sud se partage 68,9 % des richesses. Au Nigeria, la même population s’adjuge plus de 49 % des richesses, au Togo, c’est 51,6 %. A contrario, 20 % des plus pauvres ne se partagent que 4,8 % des richesses, alors qu’en Afrique du sud, c’est 2,5 % et au Nigéria, 5,4 %. En France, les 20 % les plus riches se partagent 41,2 % de la richesse alors que les 20 % les plus pauvres, 7,8 % 3. Alors le vrai risque, c’est le refus de partager avec intelligence, c’est-à-dire en investissant dans la création de richesses et une réorganisation des fruits de la croissance.

2. L’AFRIQUE SOUTIENT TOUJOURS LA CROISSANCE MONDIALE EN 2015

Le FMI a revu à la baisse ses prévisions de croissance mondiale pour 2016 à 3,2 % en considérant la vulnérabilité globale des économies, ce face à l’augmentation des risques et de la volatilité des marchés. En réalité, il apparaît un véritable ralentissement généralisé dans toutes les régions du monde, même si la région Asie demeure la plus active.

Selon les statistiques du FMI, la croissance de la création de richesses de l’Afrique du nord et du Moyen-Orient qui était de 2,6 % s’est tassée pour atteindre 2,3 % en 2015. L’Afrique subsaharienne dévisse sérieusement en passant de 5,1 % en 2014 à 3,4 % en 2015, légèrement au-dessus de la moyenne mondiale. Cela reste malgré tout un score honorable comparé à l’économie mondiale qui a vu sa croissance ralentir pour les mêmes périodes, passant de 3,4 % à 3,1 %. Aussi, l’Afrique au même titre que l’Asie soutient la croissance mondiale, ce qui n’est pas le cas des pays comme les Etats-Unis avec 1,9 % en 2015, la zone Euro avec 1,6 % et le Japon avec 0,5 % de croissance économique en 2015.

La situation reste globalement inchangée pour les prévisions pour l’année 2016 sauf que l’Afrique subsaharienne perdra autour de 0,4 % de croissance économique alors que l’Afrique du nord pourrait gagner jusqu’à 0,6 % si les tensions économiques et l’insécurité ne prennent pas le dessus....

Publié par Yves Ekoué Amaïzo

LIRE L'INTEGRALITE DE L'ARTICLE
Afrique .. On ne mange pas la croissance économique

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)