Samedi 24 Juin 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AYI HILLAH - 23/04/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: La cohésion du peuple Guin mise en danger


À vendre : Tradition en pays Guin*

Septembre me voyait rentrer au bercail pour communier avec mon peuple et célébrer le nouvel an en pays Mina ; ce rite multi centenaire qui cimente nos communautés et réaffirme nos valeurs communes. Lors, je chantais, gamin satisfait, les joies que l’on ressent quand l’on est chez soi. Et cette fierté qu’enfants, nos parents nous psalmodiaient quand ils proclamaient d’un ton solennel que le pays Guin est une citadelle pourvue d’un portail gonflait mes poumons d’une joie immense jamais ressentie ailleurs.

Qu’il semble déjà loin, ce temps, jadis festif, où l’on jubilait de maison en maison, de ruelle en ruelle et de quartier en quartier, scandant des vœux pour la nouvelle année. Qu’il semble révolu, ce temps où la pierre sacrée n’était laquée que par Mère Nature. Ô, qu’il est loin, ce temps où, allant dans nos couvents, l’on se sentait en sécurité ! Et dire qu’aujourd’hui, la maréchaussée ; celle-là qu’on voyait qu’en période de troubles à l’ordre public, investit nos lieux saints, armée jusqu’aux dents… Excusez, je vous prie, ma naïveté enfantine, mais je crains que tôt ou tard, ces rites qui étaient nôtres, ne soient confisqués et vendus aux Chinois ou à Bolloré. L’avenir nous le dira…

Et je réfléchis, plongé dans un extrême embarras, la fierté au talon, le cœur au ralenti : que nous arrive-t-il ? Sommes-nous en train de brader la seule richesse qui nous reste après avoir perdu nos pâtures dans une lutte sans merci contre l’océan qui nous talonne, faisant d’Apounoukpa une portion de terre au destin incertain ? À qui dire ma peine ?



Faut-il écrire aux quelques prêtres qui ont bradé notre tradition contre quelques liards hideux ou écrire aux dieux ; témoins impuissants d’un commerce honteux qui nous cloue le bec, à nous fils des Lacs ? Le bon sens me recommande de m’adresser directement aux dieux. Cela m’évitera de m’habiller en bleu turquoise pour demander une audience au seuil d’un couvent souillé par les hommes en treillis afin de discuter avec un quelconque ventrocrate.

À vous donc, dieux bradés par des prêtres corrompus, souffrez que je vous dise ce que j’ai sur le cœur, et, si par un emportement propre aux humains, je commets à votre égard quelques infamies, je vous prie de ne point m’en tenir rigueur. Je sais déjà qu’en l’état où vous êtes, s’il faut punir un offenseur, vous n’aurez d’autres choix que de châtier ceux qui ont, pour une raison obscure, troqué la percale blanche en un hypothétique tissu bleu, histoire, dit-on, de plaire à un ordre iniquement établi. Je sais aussi, et j’en suis presque certain, que, s’il m’arrive de m’approcher de vos couvents que l’on croyait sacrés le torse vêtu, les chaussures au pied et, comble de l’ironie, un képi à la tête, une main gantée, un fusil à l’épaule, je sais, disais-je, que vous me le pardonnerez.



Que dire de la pierre si, par complaisance et par souci d’harmonie, je la colore, afin de la rendre conforme aux tuniques céruléennes identiques au ciel d’azur ? Je rappelle qu’en l’apportant à la tribune, entre mes mains colorées par la peinture qui déteint, j’annoncerai, proclamant la fin de vie chère, que les mânes de nos ancêtres prédisent l’abondance des pluies et donc des récoltes. M’en voudrez-vous, dieux muets des bordures de mer ?

Trêve de divagation ! Voici donc ma question : « Fétiches des saints couvents, que pensez-vous de la pierre que j’ose qualifier d’impure » ? Quant aux prêtres commerçants, je laisse entre vos mains leurs sorts incertains. J’ignore qui d’Obierika, d’Ekeke et d’Ogbuefi Ezeudu avertissait Okonkwo du danger que l’on court en s’immisçant entre un dieu et son offenseur. L’on risque, disait l’averti, de recevoir les coups destinés au profanateur. J’avoue mon adhésion au conseil du sage Achebe.

Publié le 12 septembre 2015
Par Ayi HILLAH – Quand certains prêtres Guin bradent leur tradition. »
https://www.facebook.com/Ayi-Hillah-174383892573833/

LIRE EGALEMENT :

Togo : Manifeste universel des filles et fils guins aux dignitaires et au peuple guin
Togo : la 349° cérémonie Epé-Ekpé révèle une pierre sacrée

Ekpéssosso, l’identité du peuple Guin

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)