Dimanche 26 Mars 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

ANC TOGO - 02/04/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : La Jeunesse de l’ANC met la pression sur "le printemps de la coopération germano-togolaise"


CONFERENCE DE PRESSE DE LA JNC

A l’occasion de la visite des députés et hommes d’affaires allemands au Togo les 4 et 5 avril 2016

Déclaration liminaire

Une importante délégation allemande, notamment composée de diplomates, d’hommes d’affaires et de députés, est attendue au Togo les 4 et 5 avril 2016, pour prendre part à une rencontre organisée par le pouvoir RPT/UNIR et dénommée ‘’le printemps de la coopération germano-togolaise’’.
A cette occasion, la Jeunesse de l’Alliance Nationale pour le Changement (JNC) voudrait exprimer haut et fort, les préoccupations de la jeunesse togolaise et attirer l’attention des autorités et de la délégation allemandes sur la réalité de la situation qui prévaut actuellement au Togo. C’est l’objet de la présente conférence de presse.

En effet, en dépit de la propagande tapageuse organisée à grands frais par le pouvoir en place, cette situation reste caractérisée au plan politique, par le refus obstiné du pouvoir RPT/UNIR de respecter ses engagements concernant l’adoption et la mise en œuvre consensuelles des réformes politiques et électorales nécessaires à l’organisation d’élections justes, équitables et démocratiques au Togo.
Ces réformes politiques et électorales, prévues au titre des 22 engagements souscrits par le gouvernement togolais en avril 2004 devant l’Union Européenne à Bruxelles, et qui sont repris au titre de l’Accord Politique Global (APG) signé en août 2006 à Lomé, entre le pouvoir et l’opposition, en présence de la CEDEAO et de l’UE, restent lettres mortes à ce jour. Ce qui constitue une source de tensions socio-politiques larvées qui dégénèrent bien souvent, notamment à chaque échéance électorale.

Au plan économique et social, la mauvaise gestion, le détournement des deniers publics et le pillage des ressources nationales demeurent la règle.

➢ Face aux dérives que le Chef de l’Etat lui-même reconnaît comme étant le fait ‘’d’une minorité qui s’accapare des richesses du pays’’.
➢ Face au chômage endémique des jeunes, abandonnés à eux mêmes, sans perspectives et constamment exposés aux aventures périlleuses de l’immigration clandestine et de l’extrémisme religieux.
➢ Face aux revendications légitimes des étudiants et des travailleurs qui réclament en vain des conditions de vie et de travail décentes.
➢ Face à la confiscation du pouvoir d’Etat par une dictature militaire qui se maintient depuis des décennies par l’arbitraire, la violence, les fraudes électorales, les violations massives des droits de l’homme, l’instrumentalisation de toutes les institutions, l’impunité, le tribalisme et la terreur.

Cette triste évolution politique et socioéconomique du Togo, fort ressentie par les populations togolaises et particulièrement la jeunesse et les femmes, constitue manifestement la toile de fond de la reprise de la coopération entre le Togo et l’Allemagne.

Voilà pourquoi, tout en saluant la coopération entre le Togo et l’Allemagne, la JNC voudrait prendre une distance vigilante et critique de sa mise en œuvre afin de s’assurer que cette coopération répond effectivement aux attentes des populations togolaises qui aspirent à l’Etat de droit, à la démocratie, à la bonne gouvernance et au respect des droits et libertés des citoyens.

Est-il besoin de rappeler que la coopération germano-togolaise, interrompue au début des années 90 en raison du déficit démocratique et des violations massives et répétées des droits de l’homme au Togo, a été reprise avec, en lieu et place des prérequis qui n’avaient pas été diligemment accomplis par le pouvoir togolais, un discours dans lequel les autorités allemandes se voulaient rassurantes quant aux objectifs poursuivis. Ainsi :

➢ En décembre 2011, à l’issue de son audience avec le Chef de l’Etat Togolais à Lomé, M. Dirk Niebel, Ministre allemand de l’Economie, de la Coopération et du Développement, déclare que ‘’le gouvernement allemand souhaite soutenir le Togo dans la relève des défis pour le progrès.’’ Selon lui, ‘’les secteurs de la bonne gouvernance, de la décentralisation, du développement des milieux ruraux ainsi que la formation professionnelle sont des domaines cruciaux pour la poursuite du développement au Togo’’. Il ajoute également que ‘’le dialogue politique constitue un aspect fondamental surtout dans la préparation des locales et des législatives’’.

➢ En janvier 2016, M.GERD MULLER, Ministre fédéral allemand de la Coopération Economique et du Développement, déclare au sortir de son audience avec le chef de l’Etat Togolais à Lomé : ‘’le Togo dispose d’un grand potentiel de ressources naturelles et humaines et a tout le potentiel pour devenir dans peu de temps l’un des cinq principaux pays émergents du continent africain. Nous voudrions soutenir le pays dans cet objectif, notamment dans les domaines de formations professionnelles des jeunes, de développement rural, l’éducation pour tous les enfants ainsi que des investissements directs étrangers’’.

➢ Par ailleurs, M.GERD MULLER annonce l’augmentation des fonds de l’initiative ‘’un seul monde sans faim’’. Ce montant de 6,5 millions d’euros dont 5 millions d’euros pour le programme ‘’centre d’innovations vertes pour le secteur agroalimentaire’’ (2014-2019) et 1,5 millions d’euros pour le programme ‘’sécurité alimentaire et renforcement de la résilience’’ (2015-2019). Les fonds réservés par l’Allemagne aux deux programmes s’élèvent à 10,5 millions d’euros et 5 millions d’euros, respectivement et viennent s’ajouter aux engagements bilatéraux réguliers en faveur du Togo.

Aujourd’hui, les populations togolaises, notamment la jeunesse et les femmes s’interrogent et attendent de voir se concrétiser ces bonnes intentions qui ne semblent avoir connu aucun début de réalisation.

Aujourd’hui, les populations togolaises, notamment la jeunesse et les femmes de la préfecture de Yoto qui abrite l’importante exploitation de clinker d’un non moins important groupe cimentier allemand, attendent de voir et s’interrogent face aux infrastructures obsolètes de leur localité : routes en état de délabrement avancé, écoles insuffisantes et sous équipées, centres de santé, centres sociaux et centres de loisirs inexistants.

La préfecture de Yoto, bénéficiaire d’importants investissements, fruits de la coopération allemande, ne dispose d’aucun programme de développement communautaire dans un environnement national où le pouvoir RPT/UNIR, en violation de la Constitution et des lois en vigueur, dénie aux populations togolaises le droit de choisir librement leurs représentants dans les conseils municipaux, préfectoraux et régionaux, pour assurer une administration locale efficace et démocratiquement légitimée.


Tout comme les autres préfectures et régions minières du pays, la préfecture de Yoto pâtit du recul et de la dégradation des superficies agricoles et des diverses maladies et pathologies résultant de l’exploitation minière. Les femmes et les enfants, les jeunes et les personnes âgées concernés par cette situation, semblent abandonnés et laissés pour compte.

D’après les données officielles, l’incidence de pauvreté au niveau national est de 55 % en 2015 avec un PIB inférieur à 2 dollars US par tête d’habitant. L’exécutif RPT/UNIR, reconnait lui-même que les Togolais ne sont pas satisfaits de leurs services publics, le taux d’insatisfaction s’établissant à 80% pour l’éducation et 89% pour la santé.
Dans ces conditions, la JNC s’interroge et se demande si la coopération entre le Togo et l’Allemagne est influencée par les dérives du pouvoir en place au point de ne pas profiter à la grande majorité des Togolais et plus particulièrement à la jeunesse.

En prenant comme repère les relations historiques et la qualité de la coopération qui ont existé entre l’Allemagne et le Togo et qui ont permis au Togo, de bénéficier de réalisations concrètes sur le terrain, grâce à des interventions multiformes dans les domaines de la vie politique, économique, sociale, culturelle et sportive, la Jeunesse de l’ANC demande au gouvernement et aux députés allemands d’avoir une approche plus vigilante et plus exigeante sur les questions liées aux droits de l’homme, à la bonne gouvernance au Togo et, plus spécialement à celles liées à la promotion de la femme et de la jeunesse togolaises.

La JNC demande particulièrement au gouvernement et aux députés allemands de faciliter un dialogue politique au Togo, afin d’apporter d’une manière consensuelle, des réponses rapides et adéquates aux attentes légitimes des populations, notamment en ce qui concerne :

1. L’aboutissement des réformes politiques et électorales prescrites par l’APG ;
2. La recomposition de la CENI, après la levée de l’interdiction d’accès à cette institution et le rétablissement dans leurs droits, des membres représentant la coalition CAP 2015 ;
3. Le renouvellement des membres de la HAAC ;
4. La tenue des élections locales ;
5. La levée des inculpations et la libération des détenus dans l’affaire des incendies des marchés de Kara et de Lomé ;
6. L’indemnisation des sinistrés des marchés de Lomé et de Kara ;
7. La libération de tous les autres détenus politiques dont la Cour de Justice de la CEDEAO et les Nations Unies exigent l’élargissement.

Dans le but de mieux se faire entendre en espérant un aboutissement positif des demandes formulées, la JNC invite ses militants et sympathisants ainsi que l’ensemble de la jeunesse togolaise de Lomé et ses environs à prendre massivement et pacifiquement part au sit-in qu’elle organise les 4 et 5 avril 2016 devant l’ambassade de la République Fédérale d’Allemagne au Togo.

La coopération allemande doit profiter à l’ensemble des populations togolaises, et non à ‘’une minorité qui s’accapare des richesses du Togo’’.

Fait à Lomé, le 30 mars 2016

Pour la Jeunesse de l’ANC
Le Président
Jean EKLOU

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)