Mercredi 20 Septembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

BENINWEBTV. - 26/03/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Bénin : Le projet de société du Président élu Patrice Talon


Par Ignace SOSSOU

Le prochain président de la République du Bénin, Patrice Talon.l’homme d'affaire le plus riche du Bénin – selon le classement Forbes 2015 – a défendu pendant toute la campagne électorale un ambitieux projet de société. Patrice Talon estime que l’état de dégradation sociale, politique et économique dans lequel se trouve le pays résulte essentiellement de la mauvaise gouvernance politique. Et pour remédier durablement aux maux récurrents qui minent le pays et créer les conditions de développement durable pour le bien-être de tous, il urge d’instaurer prioritairement ce qui suit :

1) La suppression de l’implication et de l’influence du Président de la République dans la composition et le fonctionnement de la Cour Constitutionnelle, de la Cour Suprême, de la HAAC ainsi que du Conseil Supérieur de la Magistrature.

2) La suppression de la possibilité de renouvellement du mandat du Président de la République par l’instauration d’un mandat unique afin d’ôter au pouvoir exécutif son principal handicap pour une gouvernance performante.

3) Le financement effectif et significatif des partis politiques de manière à les inciter au regroupement et à permettre leur bon fonctionnement afin qu’ils assurent efficacement et dignement leurs rôles. Ledit financement ne devant pas être tributaire du bon vouloir du Président de la République.

4) La réorganisation des structures de contrôle de l’Administration Publique de manière à garantir leur indépendance afin d’assurer l’efficacité des contrôles.

5) L’accélération et le renforcement de la politique de décentralisation de manière à permettre aux collectivités la prise en main effective de la gestion locale dans les secteurs tels que l’éducation, la santé, l’eau, l’aménagement du territoire et les infrastructures. L’Etat devant d’une part, apporter son appui en matière de compétence et d’autre part, assurer le contrôle de la gestion.

6) Une politique agricole de grande envergure pour faire de l’agriculture, le principal centre d’intérêt de la politique de développement social et de la lutte contre la pauvreté.

7) Une politique de développement culturel et touristique basée sur la mise en valeur :

de nos parcs animaliers, notamment celui de la Pendjari ;
de notre patrimoine géographique et culturel de la région nord-est ;
de nos villages lacustres ;
de nos plages ;
de notre patrimoine national culturel et artistique.
8) La mise en place d’une politique responsable en matière d’éducation et de santé par une meilleure formation des agents et l’instauration des normes, des standards ainsi que des structures de contrôle.

9) La mise en place d’une politique nouvelle du partenariat public privé permettant la promotion de l’investissement privé dans tous les domaines d’intérêt général (infrastructure, énergie, eau, école, santé, sport, loisirs,….etc.), ainsi que dans les domaines d’intérêt particuliers. L’Etat devant désormais servir de levier dans la mobilisation des financements nécessaires pour une croissance économique durable nécessaire à la création d’emplois.

10) La mise en place d’une politique efficace de promotion des activités devant concourir à résorber le chômage des jeunes et à assurer un revenu décent pour les femmes et les personnes démunies.

11) La mise en place d’un dispositif pour assurer à terme la couverture sanitaire ainsi que la fin de carrière des personnes démunies en particulier les petits entrepreneurs individuels, les artistes, les artisans, les zémidjans ainsi que les exploitants agricoles.

Pour Patrice Talon, le mandat présidentiel 2016-2021 devra donc être un mandat de rupture, de transition et de réformes notamment politiques afin d’impulser une nouvelle dynamique dans le pays.

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)