Samedi 24 Juin 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

L'AUTEUR - 05/02/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo AVŨƉOXOƐ : Le jeu de cache-cache des enfants togolais


Ai-je dit « enfants »? Oh, excusez-moi. Il s'agit bien d'adultes qui jouent, non pas pour s'amuser, comme des enfants, mais pour gagner...Gagner quoi? Devinez!

Lorsqu'il s'agit du jeu d'enfants, le poème de jeu ici utilisé dans un sens parabolique, se conclut par la formule :

« Gbegble be nu e loo
Avi mu le eme o »
(C'est juste pour s'amuser. Il n'y a pas lieu de pleurer.)

Mais ici, à le voir appliqué par les adultes, dont le propre est de réfléchir, de discerner ce qu'ils veulent et ce qu'ils ne veulent pas, et de prendre des décisions qui peuvent engager non seulement leur propre avenir et leur place dans l'histoire mais aussi ceux des gens de leur entourage, de leur communauté, de leur pays, les plus sensibles ne peuvent s’empêcher de s’inquiéter et même de pleurer.

Je veux parler de la nomination du chef de file de l'opposition, en la personne de monsieur Jean-Pierre Fabre, Président National de l'ANC. De toute façon, moi je ne pleure pas, parce que je savais qu'il allait en arriver là.

La tactique de domestication de l'opposition, en cours depuis le règne du père, qui a mangé tous ceux qui étaient apparus comme des opposants pouvant drainer des foules de militants, qui avaient gagné la confiance de la population togolaise, sous différentes facettes, a toujours abouti en fin de compte au même point. Et, ce n'est pas un statut de l'opposition qui mettra fin à cette tactique bien rodée. Lorsque l'on a contesté toutes les élections, y compris celles dont est issue l'actuelle Assemblée dite nationale, il n’y a pas lieu d’applaudir un tel vote; il n'y a pas lieu non plus de se conformer à une décision d'une telle assemblée, en acceptant le statut de chef de l'opposition. Or, le système qui nous régit connaît les motivations profondes de nos hommes politiques dits de l'opposition et cette connaissance lui a toujours servi. L'on peut se demander pourquoi Fabre était, depuis des années, devenu chef, d'abord de l'UFC, à la place de Gilchrist Olympio. N'a-t-il pas ensuite suivi exactement la même voie que ce dernier? Ne sont-ils pas, l'un après l'autre parvenus au même point? Et avant G.Olympio, Joseph Koffigoh, et après Koffigoh, Edem Kodjo, et après Edem Kodjo, Agboyibo...On peut peut-être oublier Gnininvi, puisque lui, il n'a été que ministre. Y a-t-il vraiment une grande différence entre un premier ministre, un ministre, un chef de file de l'opposition, tous nommés par le pouvoir en place que ces messieurs ont d'abord prétendu contester?

Je reviens au poème du jeu:
E ke tɔviɖe e la le e
E ke xãviɖe e la le e... »
(S'il découvre l'enfant de son père, il l'attrape
S'il découvre un petit cochon, il l'attrape ).

Surtout que le jeu se déroule dans l'obscurité et que l'on ne s’embarrasse pas de savoir qui on a devant soi, qui vous tombe sous la main. Tout peut se passer dans l'ombre, sans que personne n'ait à rendre compte à qui que ce soit, de quoi que ce soit.
Sans faire aucune allusion au fait que la victime de ce système peut être, pour celui qui a la prétention de le tenir en main, aussi bien un frère, né de son propre père, que l'on combat avec des armes de guerre, qu'un petit cochon quelconque, que l'on attrape brutalement et que l'on égorge vite fait, force nous est de reconnaître que dans ce jeu perfide et macabre, aucune distinction basée sur quelque critère objectif n'est faite. La victime est désignée en fonction de l'utilisation que l'on veut en faire, quel que soit le titre dont on l'affuble, quel que soit le statut qu'on lui décerne.

Gbegble be nu e...
(C'était un jeu ).
Il est aujourd'hui facile de le dire :
Fabre n'a jamais été convaincu d'avoir gagné quelque élection que ce soit. C'est pourquoi, même les ayant théoriquement gagnées , il les a finalement toutes perdues, donnant raison aux spécialistes de la fraude.

Fabre n'a jamais été convaincu que les marches de protestation de ses partisans pourraient les conduire à obtenir la victoire revendiquée. C'était donc logique que ces marches n'aboutissent à rien. Logique aussi aujourd'hui qu'il soit content d'être nommé par celui qu'il prétendait avoir battu aux élections par deux fois, chef de file de l'opposition. Fabre, pas plus que Koffigoh, pas plus que Edem Kodjo, pas plus que Agboyibo, pas plus que Gnininvi, pas plus que Ayéva, n'a jamais été convaincu qu'il pourrait devenir président de la République dans le système Bodémakutu, pardon Gnassingbé. Mieux vaut se contenter du titre de chef de file de l'opposition.

J'ai dit dans mon article précédent, que nous avons des charlatans improvisés au lieu d'opposants convaincus. Une chanson de conte, au sujet d'un homme qui s'est fait avoir par un charlatan me vient à l'esprit :

« Wamenɔ mu nya ɖeo …. Bokɔ ble sɔɖu » .

On peut traduire :le charlatan a exploité l'ignorance du pauvre type!

Je suppose que nous n'allons pas toujours être ces pauvres types que des charlatans manipulent et exploitent.

Un des diplomates en place à Lomé, un de ceux mêmes à l'origine de cette notion de statut de l'opposition ( j'entendais parler de ce statut depuis 1991 dans la salle de la Conférence Nationale dans les milieux diplomatiques), n'aurait-il pas déclaré à Jean-Pierre Fabre que la qualité de la démocratie d'un pays dépend de la qualité de son opposition? Et maintenant que vaut notre opposition? Que vaut cette opposition dont le chef de file vient d'être nommé par le pouvoir auquel il prétendait s'opposer? Des voix se sont levées pour dénoncer ce que presque tout le monde au Togo s'accorde pour appeler manœuvre de diversion. Fabre, ne s'y attendait-il pas? De quelle opposition est-il le chef de file? Celle qui dans son ensemble, à moins que je me trompe, le vilipende et condamne la manœuvre?

Je n'hésite pas à paraphraser ici l'apôtre Paul s'adressant aux Galates : « O Galates dépourvus de sens, qui vous a fascinés... ».1 Loin de moi l'idée de traiter qui que ce soit d'insensé, mais c'est l'acte posé ou plutôt l'ensemble des actes que le parti de l'ANC prétend avoir posés jusqu'ici qui m'apparaît comme, sinon dépourvu de sens, du moins n'allant pas dans la bonne direction. Mais alors qui, ou plutôt, qu'est-ce qui a fasciné les responsables de ce parti? Eux qui ont vu massacrer leurs compatriotes par ce système. Eux qui ont assisté, impuissants à toutes les fourberies, toutes les gymnastiques perfides du système pour se maintenir en place. Eux qui avaient contesté des décennies durant toutes les élections organisées par ce système, contestations qui n'ont pas été sans morts, sans blessés, sans meurtrissures. Eux qui ont réclamé à cor et à cri des réformes sans jamais rien obtenir. Eux qui ont fait marcher des milliers de Togolais pendant des années pour obtenir la vraie démocratie dans notre pays, sans aboutir au but fixé. Qui les a donc tant fascinés pour que ce système devienne subitement à leurs yeux un régime avec lequel on compose, qui vote un statut de l'opposition qu'ils acceptent, décerne un titre de chef de file de l'opposition que l'intéressé s'empresse de porter fièrement?

Je crois que chaque Togolais est capable de poursuivre la litanie des questionnements dont la conclusion logique est simplement, ou bien la puérilité de ceux qui pourraient accepter cet état de choses ou bien leur duplicité.

Est-ce un argument de dire que ce n'est pas cela que nous souhaitons, mais que c'est une étape vers notre objectif ? Koffigoh, Gnininvi, Edem Kodjo, Ayeva Zarifou, Agboyibo...en leur temps avaient tenu un discours du même genre.

Un seul exemple peut nous inspirer aujourd'hui. Il n'est pas si vieux que cela. Il date du temps où le colonisateur, pour faire éteindre la soif ardente de liberté des indépendantistes, avait cru bon de leur proposer une autonomie interne. La réponse fut catégorique: ce n'était pas cela que le peuple togolais voulait, mais l'indépendance totale, Ablodé gbadja! Ceux qui arborent aujourd'hui au Togo, comme un vêtement, certainement trop ample pour eux, le sigle du parti qui a porté Nelson Mandela au pouvoir en Afrique du Sud doivent savoir que si Mandela avait voulu se contenter d'un statut semblable à celui de chef de file de l'opposition, passant outre les aspirations profondes du peuple sud-africain, ce peuple croupirait encore sous le joug de l’apartheid.

Sénouvo Agbota ZINSOU
1Galates Chapitre 3, verset1

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)