Dimanche 25 Juin 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

CDPA - 01/01/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: Les voeux de Brigitte Adjamagbo-Johnson, présidente de la CDPA


Brigitte Kafui Adjamagbo johnson

N’ayons pas peur ! Rien n’est permanent dans ce monde

Malgré les bons vœux que nous nous échangerons depuis le début de notre lutte pour la démocratie dans notre pays, cette année 2015, à l’instar des autres, se termine aussi avec son cortège de souffrances, d’injustice et de frustrations.

Les problèmes socio économiques ont constitué encore une fois le lot quotidien de tous les togolais :
• vie chère et salaires de misère pour une immense frange de la population ;
• difficultés d’accès aux soins et autres services sociaux de base pour beaucoup ;
• chômage endémique des jeunes ;
• conditions de travail difficiles voire dangereuses qui ont coûté la vie à nos concitoyens à WACEM dans le Yoto ;
• multiplication des promesses non respectées par les gouvernants face aux revendications sociales de tout genre ;
• insécurité grandissante coutant la vie à plusieurs de nos concitoyens ;
• impunité au mépris des recommandations de la Commission vérité, justice et réconciliation;
• caporalisation de la justice toujours incapable (i) de se soustraire aux dictats de l’exécutif comme le témoigne l’affaire Bodjona, la détention incompréhensible des personnes appréhendées dans l’affaire des incendies des marchés et ceux des évènements de Mango, (ii) ou de dire tout simplement le droit, même dans les affaires de droit commun ;
• amplification des inégalités sociales ;
• politisation et régionalisation prononcées de la hiérarchie administrative ;
• travaux de réhabilitation d’infrastructures traînent en longueur et devenant pour bien de togolais un véritable chemin de croix tant pour la circulation que pour les activités économiques, alors qu’en situation normale ils sont sources de progrès et de développement ;

Au plan politique, les réformes politiques constitutionnelles et institutionnelles attendues depuis plus d’une décennie n’ont toujours pas vu le jour.

Alors qu’on observe une dégradation continue de la gouvernance des localités, qui depuis plus de trente ans sont dirigées par des délégations spéciales, incapables d’être à l’écoute des populations, le régime semble toujours renvoyer aux calendes grecques les élections locales. La commission mise en place depuis 2014 n’a apparemment pas servi à régler les problèmes qui doivent l’être afin que nos localités soient enfin gérées par des élus dotés d’une légitimité et se sentant comptables devant les populations, de leur bien être économique et social. A Mango dans la préfecture de l’Oti, neuf de nos citoyens ont payé de leur vie le prix de la mal gouvernance en voulant défendre leurs droits à disposer d’un espace vital et à s’exprimer sur l’utilisation des ressources de leurs localités.

Le regroupement de partis de l’opposition, CAP 2015, constitué en prévision de l’élection présidentielle, pour conquérir le pouvoir et répondre aux aspirations profondes des togolais, a suscité beaucoup d’espoir au sein de la population. Mais l’alternance n’a pas été au rendez vous : au nez et à la barbe de tous, malgré nos efforts communs, tout a été mis en place par la minorité qui s’accroche au pouvoir pour aller à l’encontre de la volonté de changement de l’immense majorité des populations. En effet, l’élection présidentielle d’avril 2015 est sortie de son cadre légal avant et pendant le scrutin, et le système en place depuis 50 ans a déployé des moyens considérables : violations des lois constitutionnelles et électorales ; menaces, intimidations des électeurs et bourrages d’urnes, falsification des procès verbaux, surtout dans la zone septentrionale ; achats massifs de consciences et de voix ; instrumentalisation des institutions ; recours à la force en mettant la CENI sous contrôle militaire. Certains partis de l’opposition ont eux aussi leur responsabilité dans cet échec : refus d’affronter l’adversaire en rang serré ; appel au boycott du scrutin ; campagne contre le candidat de CAP 2015…

En définitive le Togo détient dans la sous région, le double record du régime le plus ancien de la sous région et du pays qui n’a pas eu d’élus locaux depuis plusieurs décennies.

Malgré tous ces facteurs qui pourraient décourager plus d’un, ne nous laissons pas voler l’espérance qui nous maintient toujours debout ; n’ayons pas peur, rien n’est éternel dans ce monde, pas même les problèmes. Nos efforts doivent être maintenus et même intensifiés, nous devons, comme nous l’ont montré nos frères du Burkina Faso en cette année 2015, alors même que leurs acquis semblaient être remis en cause, retrouver les ressources qu’il nous faut pour repartir à l’assaut et achever notre conquête de la démocratie avec beaucoup d’abnégations, et davantage de discernement.

A cet effet, et parce que c’est notre bien le plus précieux, la CDPA vous réitère ses bons vœux santé pour 2016.

La CDPA souhaite que cette année soit celle des élections qui portent enfin des élus locaux à la tête de nos communes et préfectures et que leurs actions apportent un peu de joie de vivre dans les communautés et les foyers en enrayant la pauvreté savamment maintenue pour asservir politiquement le peuple.

Bonne et heureuse année.

Brigitte Kafui Adjamagbo johnson

_________________________________________________________
C D P A Convention Démocratique des Peuples Africains
2, rue des Cheminots, BP 8588, Lomé, TOGO Tél/fax 22217175

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)