Jeudi 22 Juin 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

TETE GODWIN - 03/06/2015 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Les leçons que je tire de l'élection présidentielle de 2015


« Pour "Les hommes véritables" (Boris Polévoï), les épreuves trempent le caractère et affermissent la détermination ». Godwin Tété


INTRODUCTION

Rentré tout juste de Lomé à Paris, après un séjour de huit bons mois au bercail, j’éprouve comme un besoin de raconter, à mes co-combattants togolais de la liberté, ce que je pense de la présidentielle qui s’est déroulée dans notre pays en date du 25 avril 2015. Il va sans dire que mes opinions ici exprimées – que j’assume pleinement – n’engagent que moi et moi seul.

Alors, après quelques observations préliminaires, nous passerons en revue les leçons à proprement parler. Puis nous considérerons la sempiternelle question si chère à Vladimir Ilitch Oulianov alias Lénine, à savoir "Que Faire ?". Enfin nous terminerons par ce qui me paraît le leitmotiv majeur à brandir comme devant désormais sous-tendre notre combat salvateur, soit la revendication de la limitation des mandats présidentiels à deux au Togo. Continuons donc.

I. REMARQUES PRÉLIMINAIRES

1. Je continue à croire fermement que, dans le cadre du CAP 2015 (Combat pour l’Alternance en 2015) et sous la houlette de l’ANC (Alliance Nationale pour le Changement), nous avons eu raison de prendre part à la présidentielle en cause. [Cf. mon article y relatif du 10 février 2015.]. En effet, notre participation, pour le moins, a contraint le régime RPT/UNIR à se mettre à nu, au vu et au su de l’univers entier. Et ce, par les propres méthodes sauvages, grotesques, éhontées dudit régime. Cette participation nous offre aujourd’hui, pour le moins, les arguments… nous permettant la poursuite… de notre combat pluridécennal.

2. L’élection présidentielle du 25 avril 2015 aura été, à n’en point douter, un véritable référendum, tout comme les législatives du 27 avril 1958, tenues chez nous sous les auspices des Nations-Unies. [Cf. mon article y afférent daté du 25 mars 2015]. Oui ! Cette présidentielle est revêtue d’un enjeu dramatiquement crucial (!!!) à vrai dire.

3. Aussi y avons-nous apporté toute notre foi, tout notre courage, tous nos sacrifices possibles. Certes, notre œuvre, (tout compte fait humaine !) n’a pas été parfaite, loin s’en faut, mais sans nul doute nous avons, cette fois-ci, beaucoup fait, nous avons fait de notre mieux !

4. Cependant nous avons sous-estimé le degré de systématisation du refus du RPT/UNIR d’accéder à la requête du peuple togolais d’accéder à l’alternance et au changement politiques (!!!) sur la Terre de nos Aïeux.

5. Mais la Vie ne saurait aucunement s’arrêter suite à la proclamation des « résultats » crapuleux, mensongers, scandaleux, cyniques, de la présidentielle en considération. Ce qui nous amène à tirer les leçons indispensables du scrutin en question.

II. LES LEÇONS ESSENTIELLES DE LA PRÉSIDENTIELLEDU 25 AVRIL 2015 AU TOGO

1. Quatre pathologies liberticides majeures s’emploient à gangrener le Togo depuis pratiquement l’assassinat du Président Sylvanus Kwami Epiphanio Olympio, soit depuis 1963. Comme suit :

Primo, une clique de clercs véreux, invétérés, égocentriques, antipatriotes, éhontés, sans vergogne aucune, à la vérité suppôts camouflés du régime en place depuis 1967. Cette clique se fait passer, aux yeux du peuple, pour opposée au RPT/UNIR. En vérité, elle en est le bras droit actif. Il convient dès lors que l’opposition togolaise véritable lui consacre enfin une réflexion et l’attitude qu’elle mérite…

Secundo, une milice clanique, tribalisée, prétorienne et pléthorique, budgétivore, baptisée "FAT » [= "Forces Armées Togolaises"], constitue l’arme absolue dont se sert le RPT/UNIR pour empêcher, ad vitam aeternam, l’alternance et le changement au Togo. C’est la hache de Damoclès qui pend continuellement sur la frêle tête du pacifiste peuple togolais ! C’est le nœud gordien de la question togolaise !!! Elle requiert ainsi une solution adéquate !!!

Tertio, le comportement plutôt fluctuant, insaisissable, recelant des intérêts inavouables, comportement insultant à l’endroit du peuple concerné, comportement par trop complaisant envers le RPT/UNIR… et pour cela haïssable de la soi-disant « communauté internationale ». Un tel comportement pour lequel toute élection sans bain de sang est automatiquement à bénir ne saurait jamais favoriser la solidarité humaine universelle…

Quarto, il s’agit ici de notre propre tempérament, de notre propre caractère en tant que Togolais. En effet, comme tous les autres peuples du monde, le peuple togolais aussi a hautement lutté par le passé, même par le passé récent ! Néanmoins, depuis des lustres déjà, nous apparaissons quelque peu trop enclins à subir sans broncher ! Nous Togolais semblons présentement quelque peu couards, pour ne pas parler de masochisme !

En tout état de cause, Georg Wilhelm Friedrich von Hegel nous enseigne que « Les peuples qui ont trop peur de la mort ne sauraient être que des peuples esclaves ». Il importe donc que nos cadres intimement acquis au patriotisme togolais aident les masses populaires de chez nous à recouvrer nos vertus cardinales… ancestrales…

2. Enfin, il est maintenant définitivement établi que l’alternance et le changement politiques au Togo ne viendront jamais d’urnes… tant que les élections y seront réalisées par l’État Rpto-Uniriste !!! Ce qui, au demeurant, nous ramène en 1958 où les législatives/référendum du 27 avril n’ont profité à la Terre de nos Aïeux que sous la conduite directe !!! des Nations-Unies.

3. À cela s’ajoute le refus catégorique de la limitation des mandats présidentiels – refus proféré à haute et intelligible voix au dernier sommet en date de la CEDEAO tenu à Accra (Ghana) en mai écoulé – par Faure Essozimna Gnassingbé. Ce qui revient à confirmer, pour ainsi dire formellement, la transformation de la République Togolaise en monarchie gnassingbéenne (!!!) depuis 1967. Que faire alors ?!


III. QUE FAIRE ?! DE LA NÉCESSITÉ D’UNE :

1. Autocritique stricte, sans la moindre auto-complaisance. De notre part…

2. Réflexion autre…, approfondie.

3. Stratégie autre…, appropriée, efficiente et efficace…

Autrement dit, « The struggle continues ! » (= « La lutte continue ! »). [Kwame (Francis) Nkrumah]. Oui ! La lutte continue parce qu’elle doit continuer ! Bien entendu par des voies et des moyens autres… que nous nous devons d’inventer !!!

Peuple togolais ! Combattants togolais de la liberté !
Par notre Foi, notre Courage et nos Sacrifices, identifions les voies et les moyens les plus idoines, les plus susceptibles de nous permettre la récupération et la reconstruction de la Maison de nos Aïeux !!!

Paris, le 1er juin 2015
Godwin Tété

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)