Dimanche 25 Juin 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

L'AUTEUR - 29/05/2015 Imprimer | Envoyer | Réagir

Quelles politiques pour l'émergence du Togo en 2030


Colloque économique les 5&6 Mars 2015 tenu à Lomé avec la participation de l'économiste Nadim Michel KALIFE, 1er Doyen de l'ESTEG (en 1975/76) rebaptisée FASEG qui nous livre le résumé de sa communication portant sur GOUVERNANCE & EMERGENCE


Plan de l'exposé

• LE CONCEPT D'EMERGENCE
• LES EXPERIENCES DE HONG-KONG, SINGAPOUR ET MAURICE
• LA LEÇON A TIRER DE CES EXPERIENCES
• LES BLOCAGES A L’EMERGENCE DU TOGO
• CONCLUSION et RECOMMANDATIONS POUR L'EMERGENCE DU TOGO

I- LE CONCEPT DE PAYS EMERGENT

L’émergence résulte d’un parcours collectif nécessitant Audace, Rigueur et Transparence dans la gestion publique. Sur son parcours d’émergence, le pays connaît un progrès social généralisé aux masses populaires qui bénéficient de la baisse accélérée du chômage et de la pauvreté grâce à une nette amélioration de la qualité de l'enseignement, de la formation professionnelle, des services de santé publique, du logement social et des transports publics ainsi que des télécommunications.

A l'analyse historique des expériences d'émergence de Singapour, Hong-Kong et de l'Île Maurice, il ressort que, pour y arriver, l’Etat a dû assainir le climat des affaires et instaurer un partenariat Public/Privé de confiance, jusqu'à prendre des participations dans les industries stratégiques, le grand commerce, les banques et assurances. Il a même créé des agences spécialisées pour faciliter les investissements privés en rassurant les hommes d’affaires.

Et, à titre d'accompagnement structurel des investisseurs, l'Etat a équipé le pays de solides infrastructures sous forme de bonnes routes, de grand port, d'aéroport international et des télécommunications performantes. Il a aussi veillé à offrir une formation professionnelle adaptée aux besoins de tous les secteurs économiques porteurs de croissance et d'emploi. Enfin, tous ces progrès ont été accompagnés d’un grand saut qualitatif en matière de démocratie politique.

Il faut savoir que ces avancées se sont faîtes grâce aux réformes suivantes:
• des réformes juridiques qui rassurent les citoyens et les investisseurs jouissant de la sécurité physique, d'une justice non corrompue et de l'absence d’arbitraire;
• des réformes institutionnelles qui ont instauré un véritable Etat de droit luttant contre la corruption et l'impunité, de façon à inspirer la confiance et la sécurité morale indispensable à l'entrepreneuriat et au partenariat Public/Privé ;
• des réformes productives pour passer d'un mode de production rudimentaire au stade moderne qui a permis d'exporter des produits transformés à forte valeur ajoutée locale au lieu des produits primaires du passé ;
• des réformes sérieuses dans l'attribution des marchés publics de façon à favoriser la libre concurrence qui sert à améliorer les performances de la dépense publique au service du bien-être général de la population ;
• des réformes sociales performantes qui améliorent rapidement du niveau de vie de la population grâce à une formation professionnelle adaptée aux besoins des investisseurs, une éducation nationale de qualité et de bons hôpitaux pour tous;

Toutes ces réformes caractérisent la bonne gouvernance qui a permis à certains pays pauvres d'émerger de la pauvreté pour vivre dans un développement durable.
A contrario, la mauvaise gouvernance condamne le pays pauvre au sous-emploi de ses forces vives, ce qui enfonce la population dans une misère durable.
Pour illustrer le rapport entre Gouvernance et Emergence, je vais vous exposer succinctement l'expérience de 3 petits pays qui dont les noms évoquent les miracles de la bonne gouvernance et de l'émergence: Hong-Kong, Singapour et Maurice.

II- L'EXPERIENCE D'EMERGENCE DE HONG-KONG

C'est un tout petit territoire de 1.100 km² avec 7 millions d’habitants qui affiche aujourd'hui environ 40.000 US$ de revenu par tête et le rang de 9ème puissance commerciale du monde. C'est un archipel pauvre en ressources naturelles, certes, mais c'est son secteur des services qui fournit 93% de son PIB et 88% de ses emplois. Quant à sa sphère de production industrielle, elle est délocalisée en Chine Populaire voisine où Hong Kong fait tout produire à bon marché dans plusieurs localités de zone franche.
Et il faut savoir que c'est cet exemple du miracle économique de Hong-Kong qui a inspiré les grandes entreprises américaines à venir délocaliser leurs productions industrielles en Chine à partir de 1978, date où Mme Thatcher et le Président Reagan ont adopté le néolibéralisme de Friedman qui a abouti à la création de l'OMC en 1995 et à la Mondialisation des échanges et de l'économie planétaire.

D'où vient le miracle économique de Hong-Kong?

Il repose essentiellement sur:
• la libre entreprise qui remonte au temps de la colonisation britannique qui avait fait de cette enclave chinoise le principal centre des échanges de l'immense Chine communiste avec l’Asie non communiste et l'Occident ;
• l’Etat de droit que l’ancienne puissance coloniale britannique avait institué à Hong-Kong pour servir de modèle politique en montrant aux pays asiatiques menacés par la contamination communiste chinoise, la supériorité du mode de vie capitaliste et libéral sur le collectivisme du communisme chinois;
• un investissement massif dans la formation des ressources humaines qui sont adaptées aux besoins des entreprises avec une éducation de haut niveau;
• un système hospitalier très performant, qui rassure tous les résidents et les nombreux touristes venant de toute l'Asie du Sud-est et d'ailleurs ;
• une infrastructure commerciale très compétitive grâce notamment à la sous-traitance industrielle dans les enclaves de zone franche de la Chine voisine.
• un régime fiscal simple et allégé attirant les investisseurs ;
• une excellente infrastructure de transports et de télécommunications;;
• un système juridique solide et fiable, qui garantit les droits de propriété et le juste exercice du droit des affaires ;
• une stabilité macro-économique qui rassure les bailleurs de fonds et les IDE.
Toutefois, il faut rappeler ici que cette expérience de bonne gouvernance de Hong-Kong fut initié par la volonté politique du colonisateur britannique dans le contexte de "Guerre froide" de l'après-guerre. La puissance coloniale avait instauré une dure concurrence géostratégique, à caractère idéologique et politique, entre le capitalisme libéral véhiculé par l'Occident et le communisme collectiviste promu par la Chine Populaire de Mao-Tsé-Toung.

III- L'EXPERIENCE D'EMERGENCE DE SINGAPOUR

C'est une ville-Etat qui s'est détachée de la Malaisie en 1965 avec un niveau de R/t de 500 US$. Aujourd'hui elle affiche 60.000 U$ de R/tête avec un taux de croissance économique moyen de 9 % sur les 50 dernières années, ce qui est le record mondial. En outre, chaque année Singapour est classé 4ème ou 5ème rang mondial de l'indice de perception de la corruption, derrière les pays nordiques et loin devant la France.

Sa pratique d'un partenariat Public/Privé très performant a contribué à assainir le climat des affaires en éradiquant la corruption qui prévalait à son indépendance en 1965. Le secteur des services, du commerce et de la finance couvrent 22% du PIB, l’électronique 53 %, l‘industrie pétrolière 17 %, et l’industrie chimique 8 %. Son ouverture sur le monde fait que le commerce extérieur représente 3 fois le montant de son PIB, notamment grâce à ses infrastructures: un aéroport ultramoderne, le 1er port mondial pour conteneurs, et des télécommunications les plus performantes.

Son économie, quoique de type capitaliste néolibéral, se caractérise par son aspect très social, puisque 93 % des ménages sont propriétaires de leur logement, ce qui protège sa population de la spéculation immobilière qui sévit dans toutes les villes surpeuplées. Son taux d’inflation tourne autour de 1%. Son taux de chômage n'est que de 3%, ce qui représente un chômage frictionnel.

Son miracle économique repose sur sa gouvernance qui se caractérise par:
• Une politique d’harmonie interethnique et interreligieuse dans une population multiculturelle et multiconfessionnelle;
• Une politique de défense nationale renforçant le patriotisme singapourien;
• Une lutte efficace contre la forte corruption et l'impunité qui sévissaient à l’Indépendance en 1965: son PM Lee Kwan Yew a dû procéder à des arrestations, des appels à témoins, des enquêtes sur les comptes bancaires, sur les revenus et les déclarations d'impôts des personnes suspectes, toutes ces actions étant menées avec détermination, sans réserves ni exceptions;
• Une politique nataliste adaptée aux exigences du développement;
• Des châtiments corporels des écoliers garçons et des militaires dans le but de leur inculquer le sens du civisme, de la discipline et du devoir patriotique;
• Le renouvellement des générations de talents en faisant place aux jeunes générations en fonction de leurs performances et de leurs mérites, sans discriminations ethniques.

Le miracle économique est redevable au PM Lee Kwan Yew qui a su montrer que l’émergence est une question de volonté politique fondée sur la bonne gouvernance qui encourage les opérateurs économiques à venir investir et créer des emplois dans les secteurs que l'Etat veut promouvoir en y allégeant la fiscalité..

Cela fut rendu possible grâce à la lutte effective contre la corruption et l'impunité qui a renforcé l'efficacité du partenariat Public/Privé.

IV- L'EXPERIENCE D'EMERGENCE DE MAURICE

Parmi les 3 pays modèle d'émergence cités, seule l’île Maurice est africaine. Elle est composée de 3 îles couvrant seulement 2.040 km² avec 1,3 millions d'habitants. C'était une colonie anglaise depuis 1810 qu'elle fut reprise à la France de Napoléon.

En 1967, le parti du futur Premier ministre Ramgoolam, d'origine indienne, remporte les élections législatives et négocie avec la puissance coloniale britannique l’accession de Maurice à l’Indépendance le 12 mars 1968, tout en restant membre du Commonwealth.
Il faut savoir que l’opposition, constituée d'une minorité démographique francophone de 32%, composée de Créoles Blancs et de Noirs Africains, était contre l'indépendance par défiance envers la majorité démographique des 68% d’origine indienne. Et au sein de cette majorité indienne de 68%, il y avait de graves tensions religieuses entre les 51 % d'hindouistes et les 17 % de musulmans, ce qui faisait craindre l'instabilité politique.

A tout cela s’ajoutaient les difficultés sociales liées à la surpopulation et au chômage dans une économie vivant alors essentiellement de ses seules exportations de 650 000 tonnes/an de sucre brut dont les cours fluctuaient souvent à la baisse.
Tous ces défis avaient amené les observateurs internationaux à prédire un sombre avenir à cette jeune République en 1968.
Heureusement que son Premier ministre, Sir Ramgoolam, sut pratiquer une sage politique d’harmonie sociale en associant toutes les ethnies au gouvernement et en pratiquant le consensus politique. Au niveau économique, il s'appuya sur la France pour obtenir des débouchés à prix garantis pour ses exportations de sucre dans le Marché Commun Européen dont il sut obtenir l'aide et l'assistance technique dans le cadre des Accords ACP-UE signés à Lomé en 1975. Cela lui permit de diversifier la production de l'économie mauricienne dans l'industrie exportatrice avec la création de zones franches.
Et voici qu'en 4 décennies, ce petit pays sans richesses naturelles a obtenu dans le classement mondial de la compétitivité la première place sur le continent africain.
Maurice est aussi répertorié comme un modèle d’État de droit et de cohabitation à la fois multiethnique et multiconfessionnel.
Elle vient même de devancer la France dans le classement mondial de l'indice de perception de la corruption.
Aujourd'hui, son R/tête atteint 9300 US$ alors que le Togo n'estb qu'à 600 US$.
Enfin, Maurice est, aujourd'hui, le seul pays du continent africain qualifié de "démocratie parfaite".

Mais comment Maurice a réussi à émerger ?

La canne à sucre couvre encore 90 % de la surface cultivée mais moins de 25 % de ses exportations, ceci grâce à la diversification de son économie dans les secteurs l'industrie, des services et des NTIC. Sa stratégie d'émergence repose sur 5 facteurs déterminants :
1. La diversification agricole et agro-industrielle orientée sur l'exportation vers les pays riches occidentaux;
2. Un secteur manufacturier dynamique employant plus de 100 000 personnes produisant pour l’exportation grâce à une Zone Franche dynamique abritant 9.000 entreprises qui fournissent les 2/3 des exportations mauriciennes
3. Le pari de la nouvelle économie en diversifiant sa production dans le secteur des nouvelles technologies
4. La promotion d'un tourisme de haut standing qui joue déjà un rôle nouveau dans sa croissance économique, en attirant des touristes à fort pouvoir d'achat. Cela fait de ce secteur le 3ème pilier de l’économie mauricienne.
5. Enfin, la sagesse politique des dirigeants mauriciens qui ont su mettre en place de belles institutions politiques et administratives qui en font un modèle de bonne gouvernance et de démocratie consensuelle en Afrique

Il faut savoir que le point de départ du décollage économique de Maurice, il y a la volonté politique déterminée du PM Sir Ramgoolam, en 1968, de sortir son pays du chômage lié à la surpopulation. Il procéda alors à la création de zones franches industrielles qui ont accueilli à ce jour 9.000 entreprises opérant dans diverses industries légères qui emploient plus de 100.000 jeunes diplômés ou qualifiés.
Aujourd'hui, Maurice brille en Afrique comme le centre d’excellence en matière de fiscalité, d’agro-industries, des NTIC, des finances, des services et du tourisme.

Et il faut aussi savoir qu'après avoir brillamment développé son industrie textile dans les années 1980/90, Maurice a su réagir à la concurrence à bas coûts des pays asiatiques en se réorientant sur le textile haut de gamme, les nouvelles technologies et le tourisme de luxe. L'exemple de sa bonne gouvernance avait toujours attiré de nouveaux investisseurs qui lui ont assuré une croissance annuelle réelle de 6% depuis son Indépendance contre 1% pour l'ensemble du continent africain.

Son excellente gestion publique a permis à Maurice de se classer en tête des pays africains pour l’indice de développement humain (IDH des Nations Unies) qui mesure le niveau de bien-être de la population, avec une espérance de vie de 74 ans, un accès à l’eau potable et à l’électricité de 99% de sa population.
Aussi, n'est-il pas surprenant que Maurice soit classé N°1 dans l’indice africain de bonne gouvernance de "Bo Ibrahim", établi par l’université Harvard.

V- QUELLE LEÇON TIRER DE L'EXPERIENCE DE CES 3 PAYS POUR DEFINIR UNE POLITIQUE ECONOMIQUE D'EMERGENCE ?

Au vu de l’analyse des miracles économiques de Hong Kong, Singapour et Maurice, qui étaient, comme le Togo, classés parmi les pays sous-développés en 1960, il ressort 9 impératifs de la bonne gouvernance menant à l’émergence :

➢ 1. La sécurité physique qui protège la personne et qui évite l'arbitraire;

➢ 2. La sécurité juridique qui suppose l’assainissement intégral des pratiques judiciaires de façon à rétablir la confiance dans notre justice ;

➢ 3. Une formation professionnelle qui soit adaptée aux besoins de développement du pays ainsi qu'aux impératifs techniques des usines à implanter par les investisseurs ;

➢ 4. Un bon climat des affaires avec un partenariat Public/Privé efficace qui rassure les IDE et les investisseurs tant nationaux qu'étrangers;

➢ 5. Une politique de crédit au service des investisseurs et des PME/PMI ;

➢ 6. Une politique fiscale allégeant les charges sociales et l'impôt sur les revenus, pour attirer les investisseurs tentés sous d'autres cieux plus doux ;

➢ 7. Une lutte efficace contre la corruption et contre l’impunité, à tous les niveaux, de façon à enrayer les discriminations et gagner la confiance de tous les opérateurs économiques et des bâtisseurs de la Cité;

➢ 8. Une stabilité macro-économique rassurant les bailleurs de fonds et les IDE qui ne craignent pas que l'Etat plonge dans des difficultés budgétaires .

➢ 9. Enfin, il faut que cette volonté d'émergence anime le peuple entier qui doit ressentir dans les faits et dans son quotidien, la volonté politique du pouvoir de mener durablement et avec force cette grande bataille pour l'émergence économique et pour un net progrès social.
.
Face à ces 9 impératifs d'une politique pour l'émergence économique, il nous reste beaucoup, beaucoup, beaucoup à faire pour que le Togo devienne un pays émergent à l'horizon 2030 ou même 2035.
En effet, de nombreux facteurs de blocage de ces conditions de l'émergence économique handicapent notre p ays. Aussi, pour ne pas rester dans le vague des déclarations de principe, je me dois de citer succinctement quelques éléments qui attireront l'attention du Président de la République sur certaines réalités qui empêchent notre décollage économique tout en maintenant la grande majorité de la population togolaise en dessous du seuil de pauvreté, tout le contraire de l'émergence.

VI- VOICI 7 FACTEURS DE BLOCAGE DE L’ÉMERGENCE DU TOGO

1) Un important manque frauduleux de recettes fiscales estimé à 200 milliards FCFA par an selon le Ministre des Finances motivant la création de l'O.T.R en 2013. C'est 40% des recettes budgétaires qui nous privent des moyens d'émerger en consacrant ces 200 milliards FCFA par an à l'éducation nationale, à la formation professionnelle, à la santé publique, à l'électrification, aux infrastructures de transport et de télécommunication ainsi qu'aux salaires.
2) Des détournements de l’aide extérieure destinée à la réduction de la pauvreté, comme le scandale des moustiquaires imprégnées destinées aux populations vulnérables. Il faut savoir que les 376 millions FCFA détournés ont causé la mort d'un millier de décès du paludisme en 2013 de plus qu'en 2012. De tels agissements dévalorisent notre image auprès des bailleurs de fonds.
3) Une perte de confiance des citoyens dans les recrutements de l’Administration. Il s'agit surtout des discriminations pratiquées entre 1994 et 2005. Cela a discrédité le pouvoir en place aux yeux des citoyens, nuisant à la cohésion nationale nécessaire pour le combat commun pour l'émergence.
4) Les carences de gestion dans les entreprises publiques, dénoncées par les rapports de la Cour des comptes depuis 2013. Ils font état de graves pratiques illicites dans la gestion des grandes entreprises publiques, comme TdE, TOGOTELECOM et TOGOCEL. Il s'agit du non-respect de la réglementation sur les appels d’offre, beaucoup d'achats se faisant de gré à gré, de même que des irrégularités dans la gestion financière. Comme les fautifs ne sont pas sanctionnés, cette impunité pousse la jeunesse diplômée togolaise vers l'argent facile et les activités frauduleuses.
5) Des attributions viciées de marchés publics qui découragent l'afflux des IDE et des investisseurs privés. En effet, ils craignent de se retrouver exclus de la possibilité d’emporter les appels d’offres. D'ailleurs, nombre d'opérateurs économiques togolais cherchent à s’expatrier vers d’autres cieux plus justes. Et cela est d’autant plus important que les marchés publics constituent le plus grand débouché du secteur privé.
6) La grande corruption enrichit frauduleusement des potentats locaux qui ne créent pas d'usines de valorisation de nos produits primaires, se contentant surtout de spéculer dans l’immobilier sans créer des emplois durables pour résorber le chômage des jeunes diplômés, obligés de ce fait à faire du taxi-moto ou à verser dans l'informel frauduleux et la délinquance. Ces nouveaux riches constituent une sorte de « maffia » des affaires qui dénature la concurrence en ne payant pas l’impôt. Cet état des lieux décourage l'entrepreneuriat des jeunes diplômés qui cherchent alors à s'expatrier à défaut de verser dans la médiocrité ambiante. Cela a aussi pour effet d'éliminer les opérateurs économiques sérieux, et de dissuader les investisseurs sérieux à venir créer des affaires et des emplois au Togo.
7) Enfin, le bas moral des Togolais joue contre l’émergence. En effet, l’enquête des Nations Unies sur l’état de bonheur des nations en 2013 classe le Togo 156ème sur 156 Etats enquêtés. Cela montre l'absence de consensus national et donc d'aspiration à ce grand projet socioéconomique commun.

VII- CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS POUR L'EMERGENCE DU TOGO

L’émergence résulte d’une stratégie de politique économique requérant une gouvernance rigoureuse et méthodique avec le consensus de la population..

Après plus d'un demi-siècle d’indépendance, le Togo demeure confronté à de sérieux défis pour sortir de la pauvreté et prétendre à l'émergence. Pour y arriver, le gouvernement doit réunir les 8 conditions suivantes :
I-. Garantir la sécurité physique protégeant la personne, condition préalable pour rassurer les investisseurs privés qui viendront créer des affaires et des emplois au Togo ;
II-. Garantir la sécurité juridique, c.à.d. assainir intégralement les pratiques judiciaires: il s'agit d'une condition sine qua non pour inspirer confiance aux entreprises parce qu'elles ont toujours affaire avec la justice pour leurs conflits du travail, leurs litiges avec les fournisseurs et les clients ainsi qu’avec l’Administration dans le cadre de tribunaux administratifs ;
III-. Instaurer une formation professionnelle adaptée aux besoins des industries exportatrices et des entreprises de services ouvertes sur l’extérieur ;
IV-. Créer un bon climat des affaires, de façon à attirer les IDE et à rassurer les investisseurs, sans discrimination dans les appels d’offre des marchés publics qui constituent le principal débouché du secteur privé ;
V-. Mettre en place une politique de crédit au service des investisseurs et des PME/PMI qui sont les principaux créateurs d’emplois et de valeur ajoutée ;
VI-. réformer la politique fiscale en allégeant les charges sociales et l’imposition des entreprises et des revenus de façon à attirer les investisseurs ;
VII-. Instaurer un bon climat des affaires avec fort partenariat public/privé qui soit au service de l’entreprenariat privé national et des IDE.
VIII-. Lutter efficacement contre la corruption et contre l’impunité, tant au niveau des autorités politiques qu’à celui de l’Administration financière et des entreprises publiques : cela servira, à la fois, d'une part à procurer de plus grandes ressources au Budget de l'Etat pour réaliser le progrès social, et d'autre part, à rétablir l’égalité républicaine, base de la confiance des citoyens dans leurs institutions et dans leur combat commun pour l'émergence du Togo en 2030.


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)