Dimanche 19 Fevrier 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LA LIBRE BELGIQUE - 23/03/2015 Imprimer | Envoyer | Réagir

L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles


PAR DIDIER HAINE ET JACQUES LARUELLE


C’est une élection présidentielle où l’opposition dit craindre des irrégularités. Le 15 avril prochain, plus de trois millions d’électeurs togolais se rendront aux urnes pour élire un président. Faure Gnassingbé, qui a remporté les scrutins de 2005 et 2010, est largement favori.

L’opposition, qui est divisée, ne semble avoir que peu de chances de mettre fin à 48 années de dynastie Gnassingbé. Jean-Pierre Fabre, à la tête de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), apparaît comme le principal challenger.

Les électeurs ont été enregistrés. La tâche, comme c’est le cas depuis 2007, a été assurée par la société belge Zetes, qui réalise les documents d’identité belges. Au fil des ans, Zetes a développé une véritable expertise dans le domaine de l’inscription des électeurs. Zetes est très active en Afrique. Elle a délivré des passeports à la Côte d’Ivoire et à la Gambie, et fournit des solutions pour l’inscription des électeurs au Congo, en Ouganda, au Bénin, au Togo, etc.

Des graves anomalies détectées

Zetes utilise des kits d’enregistrement biométrique (ordinateur, caméra, scanner d’empreintes, imprimante) pour procéder au recensement et distribuer des cartes d’électeurs. Un tel système permet de distinguer des jumeaux : s’ils sont identiques sur la caméra de reconnaissance faciale, ils seront départagés par leurs empreintes.

Cette expertise ne rassure pas l’ANC. Sur base d’un examen, mené en avec quatre autres partis, il dit avoir détecté de graves anomalies dans le fichier des électeurs de la Commission électorale indépendante (Ceni) : différence d’inscrits entre le nombre d’électeurs dans le fichier électoral et celui inscrit lors des législatives de 2013 et des doublons (une même personne aurait deux cartes). Selon les plaignants, 3 321 doublons ont été découverts sur 57 457 électeurs analysés. Pour l’ANC, la responsabilité de Zetes est engagée : le parti estime que la société belge s’est rendue coupable de faux en informatique et de fraude informatique. Et elle a déposé plainte pénale… à Bruxelles, où est établie la société. Elle s’est constitué partie civile.

Un juge d’instruction sera donc tenu d’instruire la plainte, portée par Me Georges-Henri Beauthier à Bruxelles et Me William Bourdon à Paris. Ce qui ne paraît pas inquiéter le CEO de Zetes, Alain Wirtz (photo) : "On tombe un peu des nues. Nous sommes prestataire technique pour la Ceni où siègent majorité et opposition. Et rien n’est remonté de la part de l’opposition de ce côté".

Une attaque après d’autres

Et de relever que Zetes est spécialisée dans les enregistrements d’électeurs dans des pays qui ne tiennent pas de registre national. "Nous sommes régulièrement amenés à devoir nous justifier sur des interpellations émanant surtout de l’opposition", dit-il.

Ce n’est pas la première fois que Zetes est ainsi attaquée en justice. Il y a eu trois référés - aussi en Belgique - et Zetes a toujours gagné, assure M. Wirtz. Il affirme qu’on ne peut accuser son entreprise d’avoir négligé des doublons : "C’est nous qui les avons détectés et signalés", insiste-t-il.

Et de relever que cette procédure d’élimination des doubles enregistrements est d’une totale transparence, étant suivie par la presse et l’opposition. "Globalement, nous arrivons dans tous les pays africains à 0,3 % de cas de fraude", dit-il.

Et face à cette plainte, M. Wirtz se dit confiant. Comme il a pu l’être dans d‘autres au Congo, où les plaintes alors s’apparentaient davantage à des tentatives d’extorsion.

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS


INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)