Mardi 21 Novembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

L'AUTEUR - 05/01/2015 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Le RPT/UNIR et ses affidés crient aux voleurs !


Ces jours-ci, le régime RPT/UNIR et ses affidés invétérés-aussi bien avérés que crypto-se trouvent encore en train de tenter de polluer l’esprit de notre peuple, avec une de ces grotesques, éhontées « togolaiseries » (comme dirait Jean –Pierre Fabre) dont ils ont une maîtrise…sûre.

En effet, ces jours-ci, dès que vous mettez le pied en ville à Lomé, et vraisemblablement ailleurs dans notre pays, la tarte à la crème que l’on vous sert ,un peu partout, est la survivante : « Est-il exact que vous, à l’ANC (Alliance Nationale Pour le Changement) ,vous ne voulez pas que les réformes se réalisent ? »

Bien entendu, il s’agit des fameuses et sempiternelles réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales prescrites par maints accords et recommandations consensuels restés lettre morte depuis des lustres déjà- du fait du refus délibéré dudit régime. À ce sujet, Jean –Pierre Fabre déclare, dans son message de fin d’année en date du 30 décembre 2014 :

« Notre pays est en crise, en dépit de la propagande officielle et des stratagèmes mis en œuvre à grands frais par le régime RPT/UNIR pour masquer la réalité. Une crise sociopolitique profonde, doublée d’une gouvernance calamiteuse, qui mine le Togo depuis des décennies et dont les tentatives de règlement, à travers de nombreux accords, sont demeurées vaines, en raison du manque de volonté de ce régime de respecter ses engagements.

Il en est ainsi, des conclusions des nombreux dialogues et discussions, notamment, l’Accord-cadre de Lomé (ACL) de juillet 1999, l’Accord Politique Global (APG) d’août 2006,les 22 engagements souscrits par le gouvernement togolais auprès de l’Union Européenne à Bruxelles en avril 2004, les recommandations de la mission d’établissement des faits des Nations Unies d’août 2005, les recommandations des missions d’observation électorale de l’Union Européenne en 2007, 2010 et 2013 ,les recommandations du rapport de la CVJR d’avril 2012.

Au cours de cette année 2014, la crise togolaise s’est encore aggravée non seulement à cause des dérives de gouvernance du régime RPT/UNIR, mais surtout du fait du rejet, le 30 juin 2014, par la majorité parlementaire, du projet de loi de révision constitutionnelle, introduit à l’Assemblée Nationale en vue des réformes politiques prescrites par l’APG.

Au nom de l’ANC, au nom de CAP 2015 et au nom de tous les partis politiques et regroupements partenaires, j’en appelle instamment au Chef de l’État et au parti au pouvoir à se joindre à la volonté populaire pour que soient adoptées toutes les réformes déjà négociées et convenues, de manière consensuelle, depuis 2006 et contenues dans la proposition de loi déposée à l’Assemblée Nationale par l’opposition.

Prétendre négocier aujourd’hui, l’application de l’APG, signé il y a huit ans, est tout simplement inacceptable. L’on ne saurait en effet, rechercher un consensus pour l’application d’un accord résultant d’un consensus et, au demeurant, constituant en soi, le consensus.

Il est temps d’appliquer les accords signés et d’honorer les nombreux engagements pris pour la mise en œuvre de ces réformes politiques, qui ne saurait être ni personnalisée ni subordonnée à une quelconque candidature. »

Nonobstant cette position on ne peut plus limpide de l’ANC, celle-ci accusée de vouloir « saboter » la réalisation des réformes en cause. Et pourquoi donc ? Parce que le RPT/UNIR et tous ceux qui ont, de facto, un intérêt inavoué à ce que Faure Essozimna Gnassingbé demeure indéfiniment cramponné aux rênes de l’État togolais, acculés qu’ils sont à l’heure actuelle, se placent sur la défensive et adoptent maintenant la stratégie du « voleur qui crie au voleur ! ».

Mais lorsque le soleil se lève manifestement à l’aurore, prétendre que c’est le moment où la nuit commence, c’est, assurément, exhiber quelque pathologie mentale ou pendre les gens pour des idiots !!! Et, en l’occurrence, c’est évidemment la deuxième alternative qui s’applique. En voici les preuves.

1. C’est Jean-Pierre Fabre qui prit l’initiative de rencontrer Faure Essozimna Gnassingbé les 05 mars 2013 et 22 novembre 2014 et non inversement ! Et ce, en vue de la réalisation immédiate desdites réformes !!!

2. Au cours de la simagrée de « dialogues » mort-né convoqué par le gouvernement togolais en place, comme suite à la rencontre du 05 mars 2013, c’est bel et bien un thuriféraire patenté et zélé du PRT/UNIR, à savoir Gilbert Bawara, qui proclama, à haute et intelligible voix, que son « camp » n’a nullement besoin de dialogue !!!

3. À Accra (Ghana), le 25 novembre 2014, c’est Faure E. Gnassingbé (et non Jean-Pierre Fabre) qui affirma : « Tout ce que je peux vous dire, c’est que la constitution en vigueur sera rigoureusement respectée » [Cf. journal Liberté n°1834 du 27/11/2014, p.3]. En clair, il n’y aura point de réformes constitutionnelles…

4. Le 30 juin 2014, l’Assemblée Nationale togolaise, où le RPT/UNIR dispose de 62 députés sur 92, rejeta, sans aucune forme de procès, un projet de loi…portant révision constitutionnelle, en vue des réformes politiques prescrites par l’APG (Accord Politique Global).
Dans un pays normal… cette Assemblée eût été immédiatement dissoute !... Mais l’univers entier savait qu’il y allait d’une opération éminemment trompe –l’œil !!!


5. Avant de déposer sa proposition de loi portant révision constitutionnelle, le CAP-2015 (Combat pour l’Alternance Politique en 2015) prit soin de faire signer, par les protagonistes de cette proposition, un texte concis, succinct, épuré, dont le but est de prévenir toute manigance souterraine éventuelle de la part de certains… de ces protagonistes. Alors, cette sage précaution politique est brandie comme un alibi par des défenseurs stipendiés du régime RPT/UNIR, pour s’attaquer au CAP-2015, notamment à l’ANC. Mais la vie nous a vite démontré qu’un piège nous était effectivement tendu à cet égard (!!!) et dans lequel, par le biais du texte susmentionné, nous avons échappé de tomber !

6. Conformément au Règlement Intérieur (qui est une loi) de l’Assemblée Nationale, le CAP-2015 a demandé que sa proposition de loi soit traitée directement en plénière …, de manière à faire l’économie du passage par la Commission de Lois. L’objectif visé par cette procédure est de permettre au peuple togolais de savoir qui veut quoi, qui fait quoi, qui souhaite ou pas l’Alternance Politique chez nous… Crime de lèse-majesté( !) crient le RPT/UNIR et ses suppôts véreux. À vrai dire, il s’agit pour ce pouvoir, d’enliser la proposition de loi du CAP-2015 dans le bourbier du dilatoire bien huilé du système politique des Gnassingbé.


7. Bien que l’ANC ne fût pas, au départ, particulièrement enchantée par la création unilatérale… de la CVJR (Commission Vérité Justice Réconciliation), à l’arrivée, elle accepta ses recommandations-dans la mesure où elles tiennent la route…Et l’ANC n’a point de cesse de pousser à la roue quant à la mise en application sans délai de ces recommandations !

8. Pourquoi le CAP-2015, ardemment animé par l’ANC, dépenserait-il des sommes colossales pour organiser et réaliser des manifestations populaires mammouths - sur toute l’étendue du territoire togolais- aux fins d’exiger les réformes en vue si, en même temps, il se doit de les boycotter ?!
9. En tout état de cause, Á QUI PROFITERAIT LA RÉALISATION SAINE DES FAMEUSES RÉFORMES ?! IL VA DE SOI QUE CE SERAIT À L’ANC , C’EST - À – DIRE AU PEUPLE TOGOLAIS !!!

10. Ainsi donc, prétendre que l’ANC ne veut pas que les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales prescrites par l’APG du 20 août 2006 se fassent revient à prendre les Togolais pour des niais !!! Cela revient à affirmer une « togolaiserie » pure et simple !!!
Le RPT/UNIR et ses indécrottables affidés s’avèrent -indubitablement- de véritables « voleurs qui crient aux voleurs ! »

Il va sans dire que le RPT/UNIR n’a, de toutes les façons, que trois alternatives : (i) Réaliser les réformes sainement et disparaître. (ii) Réaliser les réformes illégalement, de manière inique, ou (iii) les renvoyer indéfiniment aux calendes grecques, et alors la lutte populaire continuerait jusqu’à l’indispensable victoire !!!

ALORS, PEUPLE TOGOLAIS ! CONVAINCUS QUE NOUS SOMMES LES SEULS ARTISANS DE NOTRE BONHEUR AINSI QUE DE NOTRE AVENIR (CF.NORE HYMNE NATIONAL, D’EUXIÉME COUPLET) LEVONS-NOUS COMME UN SEUL HOMME POUR BRISER LA PÉRENNITÉ DE LA FUNESTE ET PLURIDÉCENNALE MONARCHIE HÉRÉDITAIRE DES GNASSINGBÉ.

Lomé, le 31 décembre 2014
Godwin Tété

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)