Mercredi 26 Avril 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LE MONDE - 19/03/2014 Imprimer | Envoyer | Réagir

Au Bénin, une contestation qui dure


Par Jean Comte

Après trois mois de grève, les fonctionnaires béninois vont-ils reprendre le travail ? La réponse est attendue cette semaine, après la rencontre entre le chef de l'Etat, Boni Yayi, et les représentants syndicaux, mercredi 12 mars.

Les revendications des grévistes forment un ensemble assez hétéroclite. On y retrouve des demandes liées au salaire et au pouvoir d'achat, comme le relèvement du salaire minimum. Mais aussi des revendications plus politiques, plus sensibles dans cette jeune démocratie âgée d'à peine 24 ans et qui n'a connu que trois présidents différents depuis 1991.

Les grévistes réclament des garanties concernant les libertés syndicales, l'annulation de deux concours de la fonction publique et le limogeage du commissaire central et du préfet de Cotonou, la capitale économique du pays.

CONCOURS MIS EN CAUSE

Le point de départ de cette contestation tourne justement autour de ces concours, organisés à l'été 2012 et qui ont permis de recruter environ 400 fonctionnaires pour le ministère des finances. Or, selon les syndicats, des candidats proches des organisateurs ont été déclarés admis sans même s'être présentés aux épreuves. « Parmi les postes proposés, il y en avait plusieurs d'administrateur financier, un emploi considéré comme assez bien payé », affirme Martin Assogba, président de l'Association de lutte contre le racisme, l'ethnocentrisme et le régionalisme (ALCRER), qui lutte contre la corruption.

Quant au limogeage demandé des deux responsables locaux, il est aussi lié à ces concours. Les syndicats avaient en effet décidé de défiler, le 27 décembre, pour dénoncer les fraudes. Ils voulaient également demander à ce que la liberté d'expression et la sécurité des syndicalistes soient pleinement assurées. Le préfet ayant interdit la marche, s'en est suivie une confrontation avec la police, très violente selon les syndicats. « Il y a eu une vingtaine de blessés graves », assure Dieudonné Lokoussou, secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin.

C'est à la suite de cette altercation que les syndicats ont décidé de se mettre en grève. Depuis début janvier, les administrations n'ouvrent que deux jours par semaine, et restent fermées du mardi au jeudi.

EXCUSES DU PRÉSIDENT

« Chaque jour de grêve coûte 2,5 milliards de Francs CFA [3,8 millions d'euros] à la nation », avance Euloge Zohoungbogbo, journaliste au quotidien La Nouvelle Expression. « En février, le pays était vraiment paralysé, confirme un Français résidant à Cotonou. Mais la situation commence à s'améliorer. » Certains secteurs, comme la santé ou la justice, ont en effet accepté de reprendre le travail durant le mois de mars. « Mais seulement pour laisser une chance au gouvernement, insiste Michel Adjaka, président de l'Union nationale des magistrats du Bénin. Si nous ne sommes pas satisfaits, nous reprendrons la grève dès avril. »

Décidé à débloquer la situation, le chef de l'Etat, Boni Yayi, a rencontré plusieurs représentants syndicaux, mercredi 12 mars. Il a présenté ses excuses pour les violences du 27 décembre. Il a aussi accepté de relever le salaire mensuel minimum à 40 000 Francs CFA (61 euros).

Le président est resté très flou, en revanche, sur les autres revendications. Ainsi, le limogeage du commissaire et du préfet ne seront examinés qu'à la fin d'une procédure judiciaire, lancée par les syndicats et encore en cours. Pour l'annulation des concours, le chef de l'Etat souhaite attendre le rapport d'une commission d'enquête. Celle-ci a rendu ses conclusions le 17 mars, mais elles ne seront examinées que le 21 mars.

« On a l'impression que le gouvernement n'est pas décidé à apporter de vraies solutions », estime Pascal Todjinou. « La montagne a accouché d'une souris », juge quant à lui Martin Assogba. Les syndicats doivent tenir plusieurs assemblées générales cette semaine, pour décider s'ils reprendront le travail la semaine prochaine. Contactés par Le Monde, le cabinet du président Boni Yayi et le préfet de Cotonou n'ont pas donné suite.

Par Jean Comte
Le Monde.fr | 19.03.2014

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)