Mercredi 28 Juin 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 18/03/2014 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Kossi Denké Wazo à l’autre bout de la vie


Par Ekoué Satchivi

Le libero et capitaine de la sélection togolaise de football des années 80, Julien Kossi Denké Wazo est décédé à 56 ans, le dimanche 16 mars 2014 à Limoges en France où il était hospitalisé.

Footballeur audacieux, athlétique, teigneux, doté d’un excellent coup de tête, Julien Kossi Denké Wazo qui avait évolué sous le maillot des Aiglons de Lomé, était une des pièces maîtresses de l’équipe nationale togolaise avec 70 sélections et l’un des meilleurs liberos de l’histoire du football togolais.

Né le 18 mai 1958 dans le quartier Aguiar–Komé de Lomé, Julien Kossi Denké jeune collégien au CEG d’Agbodrafo et ensuite au CES Mgr Jean Marie Cessou, s’était d’abord essayé au hand-ball avant de s’adonner au football. Positionné en défense centrale, il se métamorphosa rapidement en véritable patron grâce à son application sur l’aire de jeu et à son coup d’œil.

Une mémorable finale, celle de la Coupe de l’ONU (77- 78) opposa l’équipe du Lycée technique d’Adidogomé au sein de laquelle évoluait Julien Kossi Denké à celle du Lycée de Sokodé, sur le terrain de Beniglato. Frêle mais teigneux, il domina aussi bien ses coéquipiers que ses adversaires. Porté en triomphe par le public enthousiamé par son style, il fut surnommé « Oiseau » (Wazo), surnom qu’il a ajouté à son état-civil.

Il intègra ensuite l’équipe des Aiglons de Lomé - un des clubs nés en 1978 de la réforme des organisations sportives qui sonna le glas du football au Togo – où il fut pris en main par les entraîneurs très aguerris Oscar Komlan Anthony et Koffi Firmin Aguiar. « Toujours plus haut » était le slogan de cette équipe qui gagna un grand nombre de trophées au Togo et participa à de nombreuses éditions de la Coupe UFOA dont une demi-finale en Aout 1982 perdue de justesse face au Spartans Owerri FC du Nigéria.

La tour de la défense togolaise

Capitaine de la sélection togolaise, Kossi Denké Wazo et ses coéquipiers coachés par le technicien togolais Ibrahim Karim, gagnèrent le trophée des 20 ans du Conseil de l’Entente en 1979 à Abidjan. Lors de ce match contre les Eléphants ivoiriens, le célèbre commentateur guinéen Boubacar Kanté le qualifia de « tour de contrôle de la défense togolaise ».

Après la CAN 1984 d’Abidjan à laquelle il participa, les recruteurs dont Simplice de Messe Zinsou de l’Africa Sports d’Abidjan, furent nombreux à vouloir l’enrôler. En compagnie de Lawson Placca Handel sociétaire de l’Entente 2 de Lomé, il tenta discrètement de regagner Abidjan pour donner une autre dimension à sa carrière. Malheureusement, ils croisèrent dans le hall de l’hôtel l’officier Charles Zoumaro Gnofame, alors tout–puissant patron de la Fédération Togolaise de Football, qui les en dissuada. Devenu employé à Air Afrique à l’aéroport de Lomé, Kossi Denké Wazo qui ne voulait pas sacrifier sa carrière sportive en profita pour s’expatrier en France.

En juin 1984, Kossi Denké Wazo débuta une carrière semi-professionnelle à la Berrichonne de Châteauroux, en seconde division française, formation qui rétrograda en divison inférieure après une saison en demi teinte. Il signa ensuite pour un an au club rival le FC Bourges, au grand désespoir de ses dirigeants, et fit un aller-retour entre la France et la Suisse. Il évolua à Sud Nivernais Imphy Decize dans la Nièvre, puis raccrocha ses crampons à la fin des années 80 dans une équipe de division d’honneur.

A la qualification du Togo pour la CAN 98 au Burkina, Julien Kossi Denké Wazo fut conseiller technique auprès de la Fédération Togolaise de Football (FTF). Il fut victime d’un problème artériel, et amputé en 2000 de sa jambe droite puis quelques années plus tard de la gauche. Ne pouvant plus s’adonner pratiquement à sa passion, il resta tout de même très prôche de l’univers du football, le sport-roi.
Connu pour son franc-parler et malgré ses soixante-dix sélections, il n’eut pas une véritable carrière sportive sur le plan international. Il resta dans la mémoire collective, comme le joueur togolais ayant osé dans les années 80, quitter le Togo pour monnayer ses talents à l’étranger. Après sa carrière sportive, il est devenu agent-comptable dans une société de mécanique à Déols, près de Châteauroux.

Wazo a été nommé « joueur du siècle » en 2000 ; un choix critiqué par des témoins du football togolais, qui se référent aux illustres champions que furent Edmond Kossi Afangbédji, Djibril Karimou, Moèvi Gilbert, Edmond Kossi Apéti Kaolo. En 2012, on lui a remis l'« Oscar de mérite de la carrière de football au Togo ».

Le dimanche 16 mars 2014, Julien Kossi Denké Wazo est parti rejoindre ses illustres prédécesseurs : Julien Cadiry, Gabriel Adjévi da Silveira, Folly Arisco, Apéti Kaolo, Ambroise Geraldo, Anator Gabriel, Hilaire Agbéményaolé, Komi Koudadjé, Dohou Adébi, Isidore Kuma Péwinapati, Etienne de Oliveira, Fiaty Arnold, Michel Sopkpo, Moèvi Gilbert, Firmin Koffi Aguiar, Oscar Komlan Anthony, Ergot Baboiema, Alexandre Adekambi, Luc Agbala Watékou…. A l’autre bout de la vie !


Par Ekoué Satchivi
____________________________________________________________________________

Les dates clés de la carrière sportive de Julien Kossi Denké Wazo

Nom : Denké
Prénoms : Julien Kossi
Surnom : « Wazo » (Oiseau)
Date et lieu de naissance : 18 mai 1958 à Lomé ( Aguiar-Komé )
Taille : 1, 75 m - Poids : 85 kg
Position : Défenseur central (libero)
Clubs successifs :
1978-1984 : les Aiglons de Lomé (Togo)
1984-1985 : La Berrichonne Châteauroux (France)
1985-1986 : FC Bourges (France)
1986- 1987 : Suiss Club (Suisse)
1987 -1988 : Decize (France)

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)