Mardi 22 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 02/07/2013 Imprimer | Envoyer | Réagir

"France-Afrique. La rupture maintenant ?" de Francis Laloupo


APOLOGIE D’UN CHEF-D’ŒUVRE D’ANALYSE SOCIOPOLITIQUE ET D’ÉCRITURE LITTÉRAIRE

« La progéniture et les satellites de la Françafrique originelle échappent désormais, tel le monstre de Frankenstein, au contrôle de ceux qui, seuls, détenaient autrefois les clés du système. Ce territoire occulte a fini par générer ses propres lois que la seule volonté politique ne peut plus endiguer.

Le « changement » ne viendra pas de la France.
Il ne devrait en aucun cas être décrété par la France.
La France actuelle abordera l’Afrique tel que celle-ci choisira de se présenter à elle et au monde.
Si l’Afrique change, la France changera avec elle, et vis-à-vis d’elle…

Notre cinquantenaire…
Il est grand temps de parler du parcours restant…
Le début du reste des choses à vivre. »

Francis Laloupo
(Épigraphe de l’ouvrage dont il est ici question)


Le rat de librairie que je suis devenu, il y a belle lurette déjà, aura été, fort vraisemblablement, l’un des tout premiers lecteurs du livre que le brillant journaliste et politologue africain Francis Laloupo vient tout juste de nous offrir. Livre intitulé FRANCE-AFRIQUE. La rupture maintenant ? (Éditions Acoria, Paris, mai 2013). Et cet ouvrage m’a tellement émerveillé que j’ai immédiatement décidé de contribuer, dans la mesure de mes modestes moyens, à réaliser sa promotion la plus large possible.
Je connaissais mon frère et ami Francis Laloupo de vieille date. Mais j’avoue venir seulement de découvrir en lui une intelligence vive, pointue, une grande sensibilité, un dialecticien de haute volée, une plume d’une remarquable finesse et d’une saisissante beauté. Je viens juste de découvrir en Francis Laloupo, dis-je, au delà d’un panafricaniste incontestable, un authentique humaniste universaliste. Un humaniste combattant avéré de la liberté.
Assurément ! Le livre sus-mentionné m’apparaît, d’entrée de jeu, tel un chef-d’œuvre à la fois d’analyse sociopolitique et d’écriture littéraire. Et, ce disant, j’aurai dessiné, du coup, l’architecture de l’apologie que je tiens à décliner relativement audit ouvrage. Et ce, de propos bien délibéré !
Continuons donc.

I. DU CONTENU DU LIVRE EN CONSIDÉRATION

L’épigraphe de l’auteur, reproduit in extenso au début du présent article, synthétise – on ne saurait mieux faire – l’objectif poursuivi par Francis Laloupo. En effet, celui-ci croit fermement qu’au terme des premiers cinquante ans des « indépendances » africaines, il est temps, il est grand temps pour les Africains d’observer une pause. Pour s’auto-interpeller !!! Et ce, eu égard à la couleur très peu reluisante du bilan de ce premier cinquantenaire…
Oui ! Francis Laloupo nous invite à rompre avec la culture consistant à attribuer, ad vitam aeternam, à des boucs émissaires, les causes, les raisons de nos propres fautes, de nos propres manquements, de notre propre incurie… Oui ! Comme le Président américain Barack Obama, [Cf. son discours prononcé à Accra (Ghana) en 2009], Francis Laloupo croit que l’Afrique se doit, avant toute chose, de faire d’abord ce qu’elle doit faire par elle-même, pour elle-même, afin de mériter le respect et sa légitime place dans le concert des nations. Notre auteur nous exhorte à pointer, non plus tant le chemin déjà parcouru, mais bien plutôt celui qui reste à arpenter !!! À cette fin, nous sommes conviés à PENSER, enfin (!), nous-mêmes…, par nous-mêmes…, pour nous mêmes… En somme, nous nous devons de CRÉER et de CULTIVER des PENSÉES auto-référentielles…
Alors, pour nous délivrer ce lumineux message, notre frère et mai use d’une analyse objective, rigoureuse, froide, systémique, sans fard, sans complaisance aucune. Ses auto-interrogations s’avèrent revêtir une justesse certaine, une pertinence inattaquable. La documentation est abondante, éclairante, enrichissante en somme. La culture générale qui sous-tend tout l’édifice impressionne !
Last but not least [= Dernière mais non la moindre des choses], Francis Laloupo nous administre la preuve – de magistrale manière – que l’une des vertus cardinales du combattant de la liberté réside dans le courage physique, moral et politique… du militant engagé.
Venons-en maintenant à la forme du livre.

II. DE LA FORME DU DISCOURS SOUS RUBRIQUE

Si, comme nous l’avons noté, l’ouvrage en cause se présente, d’emblée, tel un chef-d’œuvre du point de vue de l’analyse politiste, il mérite cette appellation aussi et surtout sous l’angle de la forme, du style. Ce dernier s’affiche à la fois simple, facile à suivre, mais en même temps décapant, haletant, entraînant. La plume glisse : limpide, tranquille ; comme une rivière de montagne ; comme une caresse. La narration historique – par endroits – endosse l’allure d’un merveilleux roman. La prose littéraire se métamorphose, ça et là, en un sublime et envoûtant poème ; en une langoureuse mais inaudible mélodie.

* * *

Pour conclure, je me dois d’aviser l’aimable lecteur que je retiens une parfaite convergence entre l’entièreté des analyses, des auto-questionnements et des sentiments de Francis Laloupo et des miens propres. Je voudrais donc prendre la liberté de recommander, bien vivement, bien instamment la lecture de FRANCE-AFRIQUE. La rupture maintenant ? » à toute Africaine, à tout Africain, à toute femme et à tout homme de bonne volonté. Simplement.
Car, « Connaître les causes rationnelles de ce qui s’accomplit et y trouver sa place, telle est la première obligation d’un révolutionnaire. Et telle est aussi la plus haute satisfaction personnelle à laquelle puisse aspirer celui qui ne confond pas sa tâche avec les intérêts du jour présent ». (Léon Trotsky, Ma vie. Ed. Gallimard, Paris, 1953, pp. ,16-17).
Au demeurant, cet ouvrage mérite un Prix !!! J’ai dit.

Fait à Paris, le 25 juin 2013

Godwin Tété


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)