Jeudi 19 Octobre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LE PAYS - 27/09/2012 Imprimer | Envoyer | Réagir

Crise politique au Togo : Rien ne s’arrange


Au Togo, l’opposition ne baisse pas les bras. Depuis plusieurs mois sous sa seule bannière et depuis quelques semaines dans le cadre du « Collectif sauvons le Togo » , elle continue de battre le pavé pour une réelle démocratie au Togo. Et, à ses yeux, une telle perspective n’est possible qu’avec le départ hic et nunc du président Faure Gnassingbé.

Elle a donc mis la barre très haut. Mais, rien ne prouve qu’elle ne reverrait pas ses prétentions à la baisse, si des négociations sincères étaient ouvertes. Car, elle sait bien que sa demande relève d’un rêve difficilement accessible, surtout sous nos cieux. Qu’elle se renseigne auprès d’autres oppositions, en Afrique et elle aura une idée du sort réservé à ce type de revendication !

Déjà que les dirigeants sont insensibles aux manifestations populaires demandant de simples réformes politiques, on voit mal comment ils en viendraient à démissionner du fait de la pression de la rue. Seul le président Abdoulaye Wade, dans l’histoire politique récente du continent, en dépit de sa soif du pouvoir, a reculé face à la colère du peuple. Il avait ainsi dû remiser son projet de création d’un poste de vice-président. Mais le Sénégal n’est pas le Togo. La culture démocratique au pays de Léopold Sédar Senghor est sans commune mesure avec celle du pays de Sylvanus Olympio. Les pères de l’indépendance ont légué deux pays aux destins divergents. Alors que le Sénégal vient de sortir d’une élection présidentielle irréprochable qui a donné lieu à une alternance, le Togo, lui, continue de chercher ses marques.

Si le fils Gnassingbé se met dans le sillage de son père, il n’y a pas de doute que l’opposition usera ses semelles à marcher, pour rien. Sauf si elle parvient à paralyser la vie économique au point d’obliger le pouvoir à s’asseoir autour de la table de négociation. C’est pour éviter justement ce pourrissement que le pouvoir s’acharne à fragiliser le mouvement de contestation en cours, tantôt par la répression, tantôt par d’autres moyens plus subtils. Mais il faut dire que le régime togolais risque d’épuiser toutes ses stratégies pour contenir l’opposition, tant celle-ci semble déterminée à maintenir la mobilisation par la rue.

La main tendue du pouvoir, pour un dialogue conduit par le Premier ministre, on l’a vu, a été rejetée par le « Collectif Sauvons le Togo », convaincu qu’il s’agit d’une nouvelle manœuvre politicienne. Dans un tel cas de figure, seul un dialogue dénué de calculs égocentriques peut sauver le pays du chaos. L’opposition, en demandant le départ immédiat du président, pourrait, dans le cadre de discussions, exiger seulement que la loi sur la limitation des mandats soit rétroactive.

En effet, si Faure Gnassingbé remet les compteurs à zéro en 2015, il est parti pour faire des décennies au pouvoir. Chose inconcevable dans cette Afrique en mutation où les longs règnes sont un critère déterminant de mal gouvernance. Mais l’entendra-t-il de cette oreille ? On en doute fort. Tout est fait pour qu’il se présente en toute virginité en 2015. C’est dire si les perspectives d’un horizon serein propice au développement du pays, sont encore lointaines.

Par Mahorou KANAZOE
Le Pays

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)