Mercredi 29 Mars 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

CST-SUISSE - 10/07/2012 Imprimer | Envoyer | Réagir

Manifestation du CST du 7 Juillet devant l’ONU à Genève


Compte rendu de la manifestation du CST du 7 Juillet devant l’ONU à Genève.
Déclaration des Patriotes Togolais résidant en SUISSE sur la situation socio-politique actuellement très inquiétante au TOGO

Excellence Monsieur le Directeur Général de l’Office des Nations Unies à Genève,
Excellence Madame le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l’Homme,

Excellences Mesdames et Messieurs les Conseillers Fédéraux de la Confédération Suisse,

Excellences Mesdames et Messieurs les Membres du Conseil d’Etat de la République et Canton de Genève,

Honorables Mesdames et Messieurs les Responsables des Organisations citoyennes de Défense des Droits de l’Homme,

Honorables Mesdames et Messieurs les Journalistes des Médias nationaux et internationaux,

Nous, Patriotes Togolais membres de plusieurs Organisations et Associations citoyennes agissant tant en SUISSE qu’au TOGO et dans d’autres pays, avons décidé de nous réunir en ce jour du 7 Juillet 2012 devant le Palais des Nations ici à Genève pour attirer solennellement l’attention de la Communauté internationale sur les événements dramatiques et extrêmement inquiétants qui s’abattent de nouveau sur le Peuple Togolais depuis Avril 2012 et qui rappellent dangereusement les graves Crimes contre l’Humanité qui sont infligés de façon récurrente au Peuple Togolais par le régime totalitaire de GNASSINGBE-père et de GNASSINGBE-fils depuis bientôt 50 ans.

En effet, plusieurs Partis politiques togolais et plusieurs Organisations de la Société civile togolaise regroupés dans un Collectif dénommé « Sauvons le Togo » réclament légitimement depuis Avril 2012 la mise en place d’un cadre juridique, administratif et politique transparent pour la tenue des prochaines consultations électorales dans l’équité, dans la sérénité et dans la paix.

Cette revendication légitime fait suite au refus récurrent et malhonnête du régime totalitaire et héréditaire de monsieur Faure Essozimna Kodjo GNASSINGBE de procéder sincèrement aux Réformes institutionnelles et constitutionnelles auxquelles il avait pourtant solennellement et librement souscrit comme une des conditions préalables avant toute nouvelle consultation électorale au Togo. Des engagements ont été pris solennellement par le régime dictatorial et fourbe de GNASSINGBE-père et de GNASSINGBE-fils aussi bien dans le cadre des 12 dialogues inter-togolais menés devant les Institutions tant africaines qu’internationales telles que la CEDEAO, l’Union Africaine et l’Union Européenne.

Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE et son régime illégal et illégitime hérité de son violent géniteur Eyadema GNASSINGBE n’ont jamais honoré honnêtement les 22 Engagements que leur Gouvernement avait pris solennellement devant l’Union Européenne !

Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE et son régime de voyous n’ont jamais honoré honnêtement les clauses des différents accords signés devant les Institutions africaines avec les Acteurs politiques et citoyens togolais, comme en témoigne la non-application de l’Accord Politique Global signé sous le parrainage du président Burkinabè Blaise Compaoré.

Il est nécessaire de souligner par ailleurs que le régime sanguinaire et hitlérien de Faure Essozimna Kodjo GNASSINGBE n’a jamais donné suite au lourd dossier des graves Crimes contre l’Humanité commis entre Février et Avril 2005 dans l’unique but de lui permettre d’usurper frauduleusement la fonction présidentielle précédemment occupée par son géniteur défunt, au grand dam des recommandations de l’ONU !

En lieu et place d’une gestion saine des affaires de l’Etat Togolais dans le respect de la Dignité humaine et dans le respect des Droits fondamentaux des Citoyens, Faure Essozimna Kodjo GNASSINGBE et son régime criminel et liberticide ont plutôt fait du TOGO depuis 2005 un Etat de Non-Droit et une véritable jungle où fleurissent le Trafic de Drogue en direction des pays occidentaux, le Trafic d’Organes humains et d’Êtres humains, les Arrestations et les Incarcérations arbitraires sous le motif fallacieux de coup d’Etat, la Torture systématique et brutale dans les lieux de détention illégaux ou clandestins, les Assassinats politiques, la violence policière et militaire inouïe contre la Population civile sans défense et surtout contre la Jeunesse estudiantine, le chantage politique insolent doublé de mensonges grossiers en direction des pays partenaires du TOGO, la profanation scandaleuse des édifices religieux et des lieux de culte par la soldatesque du régime, les faux procès contre les Acteurs politiques et les Activistes citoyens, la main basse systématique sur les deniers publics et sur toutes les ressources économiques au profit d’une poignée d’individus très corrompus et bien d’autres pratiques malsaines d’oppression cynique, de déni de droit et de prévarication sans vergogne …

Les nombreux cas d’exemple qui corroborent ce règne de terreur et d’inhumanité envers tous ne peuvent pas être énumérés de façon exhaustive ici. Mais il serait édifiant de citer ici à titre illustratif les cas les plus récents :

(1) Le détournement sans scrupules de plus de 232 Milliards de Franc CFA dans le cadre d’un prêt contracté au nom de la République Togolaise auprès de la Banque Mondiale et auprès de la Banque Africaine de Développement ;

(2) Le pillage systématique du Fonds d’Entretien Routier (FER) sous la supervision personnelle de Faure Essozimna Kodjo GNASSINGBE et de Payadowa BOUKPESSI ;

(3) Les tortures effroyables infligées depuis Avril 2009 aux co-accusés du sieur Kpatcha GNASSINGBE dans l’affaire mensongère de tentative de coup d’Etat ;

(4) La tentative de falsification du Rapport impartial de la Commission Nationale des Droits de l’Homme dirigée par le Juriste Koffi KOUNTE et ayant confirmé ces cas de torture avérés ;

(5) La violence policière et militaire inouïe contre la Population civile sans défense qui célébrait pacifiquement la Fête de l’Indépendance le 27 Avril 2012 sur la Place de l’Indépendance ;

(6) La répression policière et militaire sanglante contre la Population civile sans défense qui manifestait pacifiquement les 12 et 13 Juin 2012 pour réclamer l’abrogation de deux lois iniques imposées par le régime totalitaire de Faure Essozimna Kodjo GNASSINGBE qui espère ainsi couvrir les prochaines fraudes électorales ;

(7) Les actes odieux de vandalisme et de sacrilège commis par la Police Togolaise et par la Gendarmerie Togolaise contre la Paroisse catholique Saint-Augustin d’Amoutievé (Lomé) à la date du 13 Juin 2012, sous le prétexte insensé d’y poursuivre des manifestants pacifiques, et ceci en violation inadmissible de la Franchise des lieux de culte dans tout pays normal au monde ;

(8) L’interpellation violente et illégale de l’Ancien Premier Ministre et ancien président de l’Assemblée Nationale togolaise Messan Agbeyomé KODJO, des Avocats Maitre Zeus AJAVON, Maitre Raphaël KPANDE-ADZARE, Maitre Célestin AGBOGAN et de plus de 53 autres Citoyens togolais pour leur manifestation pacifique et légale les 12 et 13 Juin 2012 suite à l’appel du « Collectif Sauvons le Togo » ;

(9) L’assignation illégale en justice de toutes ces personnes interpellées. On voit clairement à travers tous ces faits précités que le régime totalitaire de Faure Essozimna Kodjo GNASSINGBE est enfermé de façon suicidaire dans la logique de la Terreur inouïe, de la Violence gratuite, du Mépris hautain envers les citoyens et l’Autisme politique envers tous. Une telle situation révoltante ne peut pas laisser indifférent les Togolaises et les Togolais de la Diaspora.

C’est pourquoi les Patriotes Togolais que nous sommes en SUISSE, réunis au sein du Comité de Soutien au « Collectif Sauvons le Togo », tenons fermement à exprimer notre vive indignation face à la politique démoniaque de destruction systématique, de déprédation systématique et de déni de droit systématique propagée par Faure Essozimna Kodjo GNASSINGBE et son régime totalitaire depuis 2005.

Nous demandons solennellement à l’Organisation des Nations Unies, à toutes ses Institutions compétentes, à tous les Pays membres soucieux de la Dignité humaine et à tous les Partenaires et Amis du Peuple Togolais d’intervenir activement et d’agir efficacement auprès du sieur Faure Essozimna Kodjo GNASSINGBE et auprès de son régime de Terreur afin que les violences policières et militaires inouïes contre la Population civile cessent immédiatement.

Nous exigeons que toutes les personnes interpellées dans le cadre des manifestations pacifiques organisées par le « Collectif Sauvons le Togo » soient immédiatement remises en liberté sans condition. Nous exigeons également que les persécutions arbitraires et les poursuites judiciaires infondées à l’encontre de M. Atsu Rabuny King ainsi que d’autres cas similaires soient arrêtées avec effet immédiat. Nous exigeons que tous les procès déjà intentés ou envisagés à l’encontre des Responsables du « Collectif Sauvons le Togo » et à l’encontre de toute autre personne interpellée dans le cadre de ces manifestations pacifiques soient immédiatement annulés en raison de leur illégalité.

Nous exigeons que le régime sadique et cynique de Faure Essozimna Kodjo GNASSINGBE prenne entièrement en charge dans les plus brefs délais les frais médicaux pour tous les manifestants pacifiques blessés ou mutilés durant ces manifestations.

Nous exigeons que ce régime sans foi ni loi prenne également en charge dans les plus brefs délais tous les frais funéraires liés aux assassinats perpétrés par sa violente soldatesque durant ces manifestations. Cette exigence vaut également pour le compte des orphelins ayant perdu leurs parents durant ces violences policières et militaires.

Nous exigeons que Faure Essozimna Kodjo GNASSINGBE et sa bande de sanguinaires respectent scrupuleusement le Droit légitime pour la libre expression des Citoyennes et des Citoyens, leur Droit légitime pour la liberté d’association ainsi que leur Droit légitime pour la liberté de réunion et de manifestation qui sont constitutionnellement garantis pour tout Citoyen Togolais.

En cas de nouvelles violations de ces Droits citoyens inaliénables, nous exhortons solennellement le « Collectif Sauvons le Togo », la frange progressiste des Forces Armées et de Sécurité, la frange progressiste du Haut Clergé catholique, la frange progressiste du Haut Clergé du Terroir ancestral, les Pasteurs et Evangélistes progressistes, les Centrales syndicales sérieuses, les Organisations sérieuses de Défense des Droits des Femmes, les Organisations sérieuses de Défense des Consommateurs, les Producteurs agricoles dans les campagnes togolaises, les Organisations sérieuses d’Etudiants et Elèves du Togo, les Opérateurs économiques consciencieux, les Artistes engagés, les Intellectuels engagés ainsi que toute Institution ou Personnalité assez probe et intègre de se réunir assez rapidement en une Assemblée Constituante Souveraine qui doit constater officiellement l’illégitimité du sieur Faure Essozimna Kodjo GNASSINGBE et convenir des modalités de la Gestion transitoire des affaires de la Cité Togolaise jusqu’aux prochaines échéances électorales.

Nous prenons à témoin l’Organisation des Nations Unies, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, le Gouvernement de la Confédération Suisse, la Présidence de la République Française ainsi que l’Autorité morale du Vatican, ayant toujours cautionné toutes les deux le régime totalitaire de Lomé, que le Peuple Togolais Souverain est actuellement en situation de légitime Défense et a le Droit de recourir à tout moyen légitime pour sauver les Vies humaines et restaurer la Dignité humaine au sein de la Population Togolaise.

Nous espérons vivement que la présente Déclaration parviendra intégralement à toutes les Institutions, à tous les Organismes et à toutes les Personnalités morales capables d’aider le digne Peuple Togolais à mettre fin au règne de Terreur, d’Arbitraire, de Non-Droit et à toute autre forme d’asservissement incarnés par le régime héréditaire de Terreur du sieur Faure Essozimna Kodjo GNASSINGBE.

Vive le TOGO, l’Or de l’Humanité et Terre sacrée de nos Aïeux !
Nous vous remercions  

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)