Lundi 27 Mars 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AFP - 20/06/2012 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: Agbéyomé Kodjo l'ancien Premier ministre interrogé par la police puis relâché


AFP -- 19 juin 2012 - LOME - Les autorités togolaises ont brièvement interpellé et interrogé mardi l'ancien Premier ministre et dirigeant de l'opposition Agbéyomé Kodjo sur son rôle présumé dans les manifestations de la semaine dernière à Lomé, a-t-on appris de sources concordantes.

M. Agbéyomé Kodjo a été interpellé ce matin à son domicile par des forces de l'ordre. Les éléments de forces de l'ordre ont défoncé sa porte avant de l'emmener. Il est actuellement à la gendarmerie pour être entendu, a indiqué à la mi-journée à l'AFP Raphael Kpandé-Adzaré, membre du collectif Sauvons le Togo.

Dans le cadre de l'enquête ouverte suite aux violences volontaires, troubles à l'ordre public, destructions et dégradations consécutives aux manifestations organisées les 12, 13 et 14 juin par le collectif Sauvons le Togo, un des signataires de la déclaration à la tenue de ces manifestations, Agbéyomé Kodjo, a été interpellé ce jour par la gendarmerie, a confirmé peu après le parquet, dans un communiqué.

M. Kodjo a été entendu comme les autres organisateurs précédemment interpellés et remis immédiatement en liberté, a précisé ce communiqué, signé du 7e substitut du procureur, Tossa Isidore Amuzu Akohouegnon.

M. Kodjo a été Premier ministre de 2000 à 2002 pendant le règne du Général-Président Gnassingbe Eyadema, qui a dirigé le Togo durant 38 ans avec une poigne de fer jusqu'à sa mort en 2005. Il a aussi été président de l'Assemblée Nationale.

Trois responsables du collectif Sauvons le Togo avaient déjà été interpellés samedi, après les rassemblements de l'opposition tenus dans la semaine dans le pays, et avaient été relâchés dimanche soir.

Au total 56 personnes ont déjà été interpellées durant la semaine écoulée par la police, suite à l'enquête ouverte par la justice togolaise sur les manifestations violentes de la semaine dernière à Lome. 53 sont toujours actuellement entre les mains des forces de l'ordre.

Des milliers de personnes avaient manifesté mardi et mercredi pour dénoncer notamment l'adoption par l'Assemblée nationale, où le parti du pouvoir est majoritaire, d'une loi modifiant certaines dispositions du code électoral alors qu'un scrutin législatif doit avoir lieu en octobre.

Ces manifestations avaient été dispersées par les forces de l'ordre à l'aide de grenades lacrymogènes. Au moins 34 policiers et gendarmes, ainsi que plusieurs civils avaient été blessés, selon le gouvernement.

Sauvons le Togo avait pour sa part enregistré 119 blessés, tous des civils.

Jeudi dernier, Sauvons le Togo avait affirmé ne pas avoir pu manifester à Lomé comme annoncé en raison d'un important déploiement des forces de l'ordre au lendemain du rassemblement dispersé à coup de grenades lacrymogènes

Vendredi, la France a condamné la violence et demandé que des mesures soient prises pour que les futures élections soient transparentes et pacifiques.

M. Kodjo a déjà été arrêté dans son pays.

Après avoir été démis de son poste de Premier ministre, il avait quitté le Togo pour la France. Les autorités l'avaient accusé de détournement de fonds alors qu'il était le responsable du port de Lomé, la capitale.

Lorsqu'il est retourné à Lomé en 2005, il a été arrêté et emprisonné pendant plus d'un mois avant d'être libéré.

Le Togo, une nation ouest africaine de plus de six millions de personnes, a été dirigée par la même famille pendant plus de quatre décennies.

A la suite de la mort de Gnassingbe Eyadema, l'armée a installé son fil Faure Gnassingbe au pouvoir en tant que président. Il a remporté les élections de 2005 et 2010.


(©AFP / 19 juin 2012 16h51)

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)