Samedi 24 Juin 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

K. SYLVAIN SASSE - 28/05/2012 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : uu roman sur l'assassinat de Tavio AMORIN "Oppression de la conscience"


AVANT PROPOS

Le 23 juillet 1992, un jeune leader politique d’origine togolaise est blessé au coursd’un attentat perpétré sur le sol africain. Evacué vers l’Europe, il meurt six jours plus tard àl’hôpital Saint Antoine à Paris (France), le 29 juillet 1992. L’autopsie révèle que le leader estdécédé à la suite de plusieurs coups d’arme blanche.

Pourtant, aux yeux de ses compatriotes, le jeune leader défunt aurait succombé à la suite deballes reçues lors de l’attentat. Si ce ne sont pas les balles, à quel moment les coups d’«armeblanche » seraient-ils alors intervenus ? Lors du déplacement du blessé, suite à des ballesreçues au cours d’un attentat manqué ?

La confusion, autour de cet assassinat politique, a suscité dès lors, bien des interrogations :Qui a organisé, dans l’ombre, ce crime par ces coups d’arme blanche ? Les médecins et lesambulanciers qui transportaient le blessé ? Les deux suspects présumés de l’attentat, sont-ilsréellement les vrais meurtriers ? Sont-ils des tueurs à gage ? Des faux mercenaires au servicede la Primature de ce pays ? Le Président-dictateur de ce pays, était-il vraiment lecommanditaire comme le pensaient certains de ses concitoyens ? Les partis de la mouvanceprésidentielle avaient-ils profité des tares juridico-politiques du Premier Ministre de latransition à cause des controverses constitutionnelles, pour commettre ce crime ? Ou encore, cet homicide a t-il été commis par des agents isolés à la solde du chef de l’Etat ?

L’opposition démocratique au régime, a-t-elle appliqué le scénario Sud-africain du CongrèsNational Africain (ANC), qui consistait à liquider, par tous les moyens, les extrémistes detous bords ? Les médias d’Etat et internationaux du Nouvel ordre mondial de l’information etde la communication (Nomic), ont-ils menti au peuple ? Contrairement, aux actes de diversionorchestrés autour de ce meurtre, les services spéciaux français dont la DGSE sont-ils vraimentimpliqués dans ce coup ? Et enfin, y a-t-il de véritables auteurs en dehors des deux suspectsde l’agression ? Ce sont quelques éléments de réflexions sur les mésaventures d’un jeuneopposant politique africain que relate partiellement ce roman, qui rappelle dans le mêmetemps que l’oppression de la conscience et de la mémoire est aussi un crime contre ladémocratie et l’autodétermination des peuples opprimés.

J’aimerais aussi partager avec vous, mes émotions et les histoires qui ont jalonné mes travauxd’investigation à travers les intrigues amoureuses d’héros du roman, Nasime. Il s’agit ici derappeler qu’il existe des femmes proches du troisième âge, pleines de vitalité, de sensualité,d’amour et de tendresse inestimable que les médias tendent systématiquement de faire oublier.Encore une oppression de la conscience. Ce roman n’est pas une fiction. Plus qu’un simpleroman, il peut être également considéré par certains comme le souvenir d’une histoiredouloureuse, celle de Nasime. Son destin énigmatique et rappelle l’ère du mensongeinstitutionnalisé en provenant de l’Etat dans laquelle vit une partie du monde de nos jours. Avec une telle banalisation des mœurs, même les grands chefs spirituels des religionsclassiques ne détiennent plus le monopole de la vérité. Pour des raisons de sécurité, il a falluadopter une approche romancée.

L’oppression de la conscience est une tentative, maladroite peut-être, de faire émerger unecertaine vérité. Nasime, le personnage clé s’est retrouvé au centre des dernières énigmesd’une affaire secret d’Etat, qui révélèrent son destin. Son sort rappelle une forme d’écritureque décrivait avec passion Nicole Gnesotto : « la littérature que j’aime, est celle danslaquelle l’histoire individuelle révèle les histoires nationales »

K. Sylvain SASSE

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)