Lundi 23 Octobre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

OBUTS - 28/02/2012 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: « CNDHGATE »...l'heure de vérité a sonné pour Faure Gnassingbé


COMMUNIQUE DE PRESSE OBUTS DU 28 FEVRIER 2012

Le Bureau Politique de OBUTS a pris acte de la mise au point du Gouvernement reconnaissant, le faux et usage de faux relatif à la publication le 18 février 2012, d’une version travestie du rapport original de la CNDH sur la torture et les violations des droits humains à l’Agence Nationale de Renseignements (ANR).

Le Bureau Politique de OBUTS estime que par cet aveu, le Gouvernement reconnait implicitement sa grave forfaiture et surtout le silence coupable depuis le début de la controverse de la « CNDHGATE » du premier magistrat du pays, Faure GNASSINGBE, dont relève l’ANR.

Il devient impératif que toute la lumière soit faite sur les tenants et les aboutissants de cette grave escroquerie politique pour situer les responsabilités, et punir les coupables conformément à la rigueur de la loi.
Dans ces conditions, toute tentative visant à relativiser le gangstérisme au sommet de l’Etat, ne peut qu’être interprétée, et à juste titre, comme une insulte de plus à l’intelligence du Peuple togolais, des Organisations de Défense des Droits de l’Homme et de la communauté internationale qui demandent que justice soit faite à toutes les victimes de torture et de violation des droits humains à l’ANR. D’où l’impérieuse nécessité que les conclusions du Rapport de la CNDH soient intégralement mises en application !

Le Bureau Politique de OBUTS constate que plus que jamais dans son histoire, le Togo n’est autant parvenu au rendez vous du courage politique et de la vérité.
Il se réjouit que le moment opportun est donc venu pour Faure GNASSINGBE de faire la preuve de son adhésion professée à la force de la loi au lendemain du supposé complot contre la sureté de l’Etat survenu le 12 avril 2009.
Par ailleurs, conformément aux dispositions de la Convention contre la torture dont le Togo est partie : «Tout Etat partie veille à ce que toute déclaration dont il est établi qu’elle a été obtenue par la torture ne puisse être invoquée comme un élément de preuve dans une procédure ».

Ainsi, à la lumière du rapport authentique publié par la CNDH certifiant le recours à la torture, le Bureau Politique de OBUTS estime donc que les aveux recueillis dans le cadre du procès de l’Affaire Kpatcha ne sont pas des sources légitimes de preuves devant les tribunaux, et exige par conséquent la libération et la réhabilitation sans délai et sans conditions de tous les détenus sans exception afin qu’ils retrouvent leurs familles traumatisées et déchirées.

Des mesures conséquentes de réparation doivent être prises notamment, la réintégration des agents des forces de sécurité arbitrairement radiés des effectifs de l’armée, avec le rappel de leur solde et le paiement des indemnisations subséquentes, la prise en charge totale des frais consécutifs au travail d’accompagnement psychologique des victimes et de leurs familles .
Le Bureau Politique de OBUTS invite Faure GNASSINGBE après ces mesures à relever de leur fonction et soumettre à la rigueur de la loi, le directeur de l’ANR et ses complices, le Chef d’Etat Major Général des FAT, le Commandant en Chef de la FIR, les magistrats et tous ceux qui sont impliqués dans la machination qui a fait diligenter l’enquête de la CNDH.

Le Bureau Politique de OBUTS estime enfin que la démission de Faure GNASSINGBE et du Gouvernement reste la véritable mesure à même de réintroduire l’éthique et la morale républicaine au sommet de l’Etat togolais. Le cas échéant le souverain Peuple togolais, aidé de toutes les forces soucieuses de l’éthique au cœur de l’action politique dans notre pays, doivent impérativement par tous les voies et moyens œuvrer à la fin du régime actuel, comptable de gangstérisme d’Etat avéré.

Face à la gravité de la situation politique actuelle de notre pays, OBUTS demande à tous ses militants et sympathisants, à toutes les forces de l’alternance et du changement démocratique, et aux populations de Lomé et ses environs à sortir massivement pour participer activement à la nouvelle dynamique citoyenne qui démarrera le 02 mars 2012 en vue de mettre fin au règne de l’arbitraire et de l’imposture sur la Terre de nos Aïeux.

TOGO DEBOUT, LUTTONS SANS DEFAILLANCE !

Pour le Bureau Politique
Le Président National
Agbéyomé KODJO

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)