Lundi 23 Octobre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

OBUTS - 21/02/2012 Imprimer | Envoyer | Réagir

Droits de l'homme au Togo : Apologie de ganstérisme d'Etat


La fuite annoncée ce jour par RFI du Président de la CNDH, Koffi KOUNTE, et la controverse actuelle relative au rapport de la CNDH sur les allégations de torture, de traitements cruels, inhumains et dégradants dont seraient victimes le Député KPATCHA Gnassingbé et co- accusés dans l’affaire d’atteinte à la sureté de l’Etat préoccupent au plus haut point le Bureau Politique de OBUTS.

Le Bureau Politique de OBUTS après analyse de la situation constate une fois de plus la légèreté et la perversion avec lesquelles Faure GNASSINGBE et son Gouvernement traitent le grave problème de violation des droits humains au Togo. Il déplore la poursuite des graves manquements qui n’honorent pas la République, et qui ont abouti à la publication de deux rapports aux conclusions contradictoires sur l’épineux problème de torture à l’ANR qui relève directement de Faure GNASSINGBE.

Le Bureau Politique de OBUTS estime que dans le contexte actuel de grave crise politique, il est inadmissible que la publication d’un rapport d’enquête diligentée par l’Etat lui-même débouche sur de graves accusations de faux et d’usage de faux au sommet de l’Etat avec des menaces et la fuite du premier responsable de l’enquête.

Les dénégations du Pouvoir RPT/AGO qui cherche à travers son communiqué du 20 février 2012 à faire porter la responsabilité du faux rapport au Président de la CNDH, sont loin d’être convaincantes à voir le déroulement des événements depuis le 15 février 2012, date de l’adoption par la CNDH de son rapport final sur l’enquête impartiale diligentée par l’Etat le 16 septembre 2011 au lendemain de l’arrêt du 15 septembre 2011 de la Cour Suprême. Rien ne peut expliquer une telle nouvelle forfaiture, si ce n’est une volonté délibérée de faire l’apologie du gangstérisme d’Etat pour réduire au silence toute voix discordante au sein des institutions nationales !

Une fois de plus, violence est faite à l'éthique et à la morale républicaine dans le mépris total du droit à la vérité du Peuple togolais pour que justice soit faite aux victimes et à leur famille.
Face à la gravité de la situation, OBUTS prend à témoin la communauté internationale et rend comptable personnellement Faure GNASSINGBE de tout ce qui adviendra au Président de la CNDH, Koffi KOUNTE, dont elle salue le courage et le sens du devoir de vérité.
OBUTS invite expressément les Organisations de Défense des droits de l’Homme à assurer la protection du Président de la CNDH, et faire aux côtés des partis politiques et de la société civile tout ce qui est en leur pouvoir pour faire éclater la vérité sur les allégations de torture et d’escroquerie à l’ANR.

OBUTS demande aux organisations de défense des droits de l’Homme, notamment la Cour Pénale Internationale, la FIDH, Amnesty International, la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU de tirer toutes les conséquences qui découlent de cette imposture au plus haut sommet de l’Etat, afin de décourager la persistance de ces abus, et à sanctionner les auteurs de ces crimes à la rigueur des dispositions pénales internationales en vigueur.

OBUTS demande au Chef du Gouvernement et son équipe de tirer les conclusions qui s’imposent face à la gravité des faits et l’imposture dont ils se sont rendus coupables.
OBUTS réitère ses compassions aux victimes des actes de torture à l’ANR ainsi qu’à leurs proches, et demande la démission sans délai du premier responsable de cette institution, le Colonel Yotroféi Massina.

OBUTS demande aux populations togolaises de rester mobilisées et attentives aux indications qu’elle donnera si aucune mesure exemplaire n’est prise par Faure GNASSINGBE pour sanctionner les auteurs de ces crimes imprescriptibles. Plus jamais ça sur la Terre de nos Aïeux, tel doit être le crédo de toutes les filles et de tous les fils du Togo tout entier !

ENSEMBLE UNIS ET SOLIDAIRES, NOUS VAINCRONS !

Le Président National,
Agbéyomé KODJO

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)