Dimanche 24 Septembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

EDIPRESSE - 18/01/2003 Imprimer | Envoyer | Réagir

Lait en poudre en Afrique: Nestlé et Danone épinglés


PARIS - Deux études britanniques épinglent Nestlé et Danone pour certaines pratiques commerciales en Afrique. Les deux fabricants de lait en poudre pour bébés, violeraient «allègrement» le code de conduite de l'Organisation mondiale de la santé. Nestlé conteste.

La commercialisation de certains produits en Afrique de l'Ouest est incriminée. Un code de commercialisation des substituts du lait maternel a été signé en 1981 et en interdit toute promotion directe ou indirecte.
Deux études, publiées par le «British Medical Journal «à paraître samedi, ont été menées dans des centres de santé et des points de vente à Lomé, la capitale du Togo, et dans deux villes du Burkina-Faso, la capitale Ouagadougou, et la deuxième ville du pays Bobo-Dioulasso.
De «nombreuses violations» du code de l'OMS ont été constatées. Elles incluent la distribution de matériels publicitaires (stylos, briquets...), ou l'absence d'avertissement sur les risques de l'utilisation des produits de substitution au lait maternel.
Dans les deux pays, 16 % des centres de santé contrôlés avaient reçu du matériel promotionnel et 14 % avaient reçu gratuitement du lait en poudre. 44 % des points de ventes avaient disposé des présentoirs spécifiques pour ces produits.
Selon les auteurs de l'étude, les gouvernements des pays en cause portent une lourde responsabilité en ne mettant pas en place des systèmes de contrôle et en n'assurant pas suffisamment la promotion du lait maternel.
«Il s'agit d'une vieille histoire», a rétorqué Nestlé. Ce code de l'OMS est une recommandation adressé aux gouvernements. Ils doivent l'appliquer en tenant compte des conditions locales, explique François-Xavier Perroud, porte-parole de la mutinationale veveysanne.
Nestlé remet en question le sérieux de l'étude, mais le géant veveysan mènera l'enquête et agira si nécessaire.

(SDA-ATS\/bb jc cr/c5swi c7 ecpi ecps sozm int)

Edipresse
© ATS



Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)