Mercredi 29 Mars 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 23/12/2002 Imprimer | Envoyer | Réagir

Baguida, la ville historique


Aujourd’hui banlieue de Lomé, jadis capitale du Togo, l’actuelle ville de Baguida a réussi, en cinq siècles, à s’imposer comme un des grands cantons de la préfecture du Golfe. Située à l’Est de Lomé sur la Nationale N°5 Lomé-Cotonou entre les quartiers Adamavo, Kagomé, Avépozo et le littoral, Baguida offre à travers l’histoire de sa création, une impressionnante lutte de l’homme contre la nature.

Pour les historiens, le village de Baguida a été créé, à la fin du XVIIème siècle, par un chasseur nommé Sani, originaire de Bè. C’est au cours d’une expédition de chasse, qu’il découvrit cet endroit calme au sol sablonneux. Cette région longeant la côte atlantique, était jadis entièrement forestière et regorgeait de nombreux gibiers et de terres fertiles. Pas si loin de là s’étirait le fleuve Zio. Dans cette nature vierge et clémente, Sani et les siens se sont établis ; ils y cultivèrent des céréales, des tubercules et des légumineuses. Le village devint très peuplé et prospère, sa quiétude attira les colonisateurs qui installèrent la capitale du Togo entre 1884 et 1887. La ville étendit sa puissance sur les villages environnants : Avépozo, Kpogan, Noudokopé et Dévégo, attirant par son commerce florissant, de nouveaux migrants venant des quartiers Adrométi, Hédzé et Apéyémé. Des colonisateurs allemands, français et britanniques y ont séjourné lors de leur conquête du territoire.

La signature du traité de Protectorat à Baguida en 1884 fera de cette agglomération la première capitale du Togo colonie allemande jusqu'en 1893. Entre temps, en 1891 le Togo a été sous tutelle du Bureau des colonies qui était lui- même lié au ministère des affaires étrangères allemandes. A partir de 1893 Anécho succèdera á Baguida et transmettra en 1897 le flambeau à Lomé.

Située à 13 kilomètres environ à l'est de Lomé, Baguida est le lieu de villégiature préféré des Loméens. Les week-ends, la capitale devenue très exiguë et irrespirable, se vide de ses habitants qui viennent profiter du bon air marin de cette localité très touristique. Les journées y sont paisibles entre les constructions ancestrales et les nouveaux hôtels flambants neufs.

La rédaction

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)