Mardi 21 Novembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 06/12/2002 Imprimer | Envoyer | Réagir

Les pharmacies par terre


La crise économique aidant, les « pharmacies par terre » connaissent une grande affluence au Togo. Les gens s’approvisionnent souvent en médicaments d’origines douteuses, pour la plupart dangereux et périmés chez les revendeuses installées à même le sol.

Les médicaments à terre sont vendus par des « docteurs de rues », comme on les appelle à Lomé. Il n’est pas nécessaire aux acheteurs qu’ils donnent beaucoup d’explications sur leurs souffrances pour que ces médecins improvisés fassent immédiatement leur diagnostic. Ils prescrivent des produits dont eux seuls ont le secret des origines. Des médicaments, sans notice, dans des boîtes quelconques, parfois sans emballage, illicites, contrefaits, sans date de péremption, manipulés par des individus qui n’ont pas les compétences requises.

On trouve ces médicaments sur les étals des marchés et aux coins de rue. Ils « guérissent » toutes sortes de maladies. « C’est tout près, c’est moins cher, c’est en détail, les chances de guérison sont élevées, c’est sans ordonnance...», les raisons invoquées pour le recours à cette médication de fortune sont multiples. On ne tarit pas d’éloges pour ces produits achetés sans la prescription d’un médecin assermenté.

UNE AFFAIRE NIGERIANE

Les grossistes revendant ces produits étant nigérians, tout le monde s’accorde pour dire que ces médicaments proviendraient d’une filière nigériane. Dans tous les cas, l’origine de ces médicaments reste douteuse. Les forces de l’ordre ont récemment appréhendé des trafiquants nigérians avec des produits contenant de la farine de maïs et d’autres poudres inconnues, mais les contrôles ne sont pas réguliers. Et les populations continuent à consommer ces médicaments à terre. « Curieusement ces produits ont le don de soulager des patients, on ne sait pas par quelle magie mais c’est le cas », s’étonne un médecin biologiste. Les spécialistes y voient un simple effet placebo.

L’Association togolaise des consommateurs s’est élevée depuis longtemps contre l’importation et la vente de ces produits dangereux pour la santé. ¨Plusieurs autres associations ont , à plusieurs reprises, dénoncé et révélé à la presse des cas d’intoxications dues à la consommation de ces médicaments. Malgré les efforts réalisés, les médecins et associations n’arrivent pas à freiner le phénomène. La population est consciente du danger, mais elle n’a pas les moyens d’acheter les médicaments en pharmacie.

INTERDIRE AUX NON-PROFESSINNELS

Les pharmaciens, les délégués médicaux et les législateurs essayent de trouver une solution pour endiguer ce fait de société. Mais ces corporations ont des intérêts divergents. « Maintenant qu’elles sont organisées en centrales associatives, nous examinerons leur dossier plus sérieusement », a reconnu un député, membre de la commission des lois à l’Assemblée nationale togolaise. Tous les protagonistes s’accordent pour interdire ce commerce aux non-professionnels. « Nos prix sont élevés, certes, mais nous garantissons la qualité du conditionnement : les médicaments sont en sécurité chez nous. Les gens nous accusent de ne pas accepter de jouer le jeu de la concurrence. C’est vrai, mais c’est leur vie qui est en danger », explique un pharmacien.

Le commerce des emballages et des boîtes usées fait vivre des familles entières. Beaucoup de femmes font du porte à porte pour acheter ces marchandises (boîtes, bouteilles, emballages) qu’elles revendent aux fabricants des produits prohibés. Les associations de défense des droits des consommateurs accusent l’Etat de manquer de fermeté face au problème.

La rédaction


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)