Mercredi 26 Avril 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AFP - 29/01/2012 Imprimer | Envoyer | Réagir

Sénégal: l'opposition dépose des recours contre Wade


AFP - 29/01/2012 --Les membres du Conseil constitutionnel, qui doivent examiner les réclamations sur les candidatures à la présidentielle, sont sous pression de l'UE et de la France qui demandent une décision «impartiale».

L'opposition et la société civile sénégalaises faisaient front, dimanche, contre le chef de l'Etat, Abdoulaye Wade, dans l'attente d'une décision du Conseil constitutionnel sur les recours contre la validation de sa candidature à un troisième mandat à la présidentielle de février.

Après les graves violences - un policier tué - qui se sont produites dans la nuit de vendredi à samedi à la suite de l'annonce de la validation de la candidature de Wade, 85 ans, au pouvoir depuis douze ans, le calme était revenu à Dakar et en province.

Le Mouvement du 23 juin - M23, opposition politique et société civile -, qui a appelé à «la résistance» contre cette candidature «n'a pas prévu de manifestation avant mardi», a déclaré à l'AFP un de ses dirigents, Abdoul Aziz Diop.

Militant reconnu et respecté pour la défense des droits de l'homme en Afrique, Alioune Tine, coordinateur du M23, arrêté samedi comme des dizaines d'autres militants du mouvement, était toujours entendu dimanche par la police à Dakar sur son rôle présumé dans ces violences.

Uni et déterminé, le M23 attend les arrêts du Conseil constitutionnel sur les recours en annulation de la candidature Wade déposés par sept candidats d'opposition qui la jugent non conforme à la Constitution, affirmant qu'élu en 2000, réélu en 2007, Wade a épuisé ses deux mandats légaux.

Le camp du chef de l'Etat récuse cet argument, arguant de réformes de la Constitution en 2001 et 2008 qui lui permettraient de se représenter. Le président sortant a également saisi le Conseil pour obtenir l'invalidation de la candidature de trois de ses opposants, d'anciens proches. Il s'agit de deux de ses ex-Premier ministres, Macky Sall et Idrissa Seck, et de son ancien ministre des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, auxquels il est demandé de produire un document prouvant qu’ils sont en règle avec l’administration fiscale.

Sous pression de l'UE et de la France

Autre recours, celui du chanteur Youssou Ndour (photo) qui récuse l'invalidation de sa candidature par le Conseil, au motif qu'il n'a pas présenté un nombre suffisant de signatures valides pour le soutenir.

> A lire son interview dans Libération.

Une source proche du Conseil a indiqué à l'AFP qu'il ne fallait pas s'attendre à une décision avant lundi ou mardi.

Les cinq «sages» du Conseil - tous nommés par Wade - sont sous pression de l'Union européenne (UE) et de la France qui demandent qu'ils statuent «de manière claire et impartiale sur les réclamations». C'est pourquoi les membres du Conseil «doivent motiver très précisément chacune de leur décision sur les recours, ce qui demande un travail d'enquête», indique la source proche du Conseil, ajoutant: «Vu la situation, il faut que chacun sache pourquoi telle ou telle candidature est validée ou invalidée».

Cet interlocuteur a précisé que le travail d'enquête doit notamment porter sur «des candidats qui pourraient avoir une double nationalité, la loi stipulant que chaque candidat doit être exclusivement de nationalité sénégalaise». Des ambassades doivent donc être contactées, a-t-il ajouté.

«La décision du Conseil ira toujours dans le sens voulu par le pouvoir», a affirmé Abdoul Aziz Diop, et l'annonce de la confirmation de la candidature de Wade ou de l'invalidation de celle d'un opposant initialement retenue, risque de déclencher de nouvelles réactions de violence.

Sans citer directement le président Wade, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a estimé devant le sommet de l'Union africaine (UA) à Addis Abeba que les révolutions arabes avaient été «à la fois une source d'inspiration, mais aussi un rappel que les dirigeants doivent écouter leur peuple». A Dakar, des organisations de défense des droits de l'homme ont appelé «à la préservation de la paix sociale et de nos acquis démocratiques» au Sénégal, jusqu'alors considéré comme un modèle en Afrique, invitant «à la retenue de part et d'autre».

(AFP)

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)