Mardi 23 Mai 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

RFI - 14/01/2012 Imprimer | Envoyer | Réagir

Manifestation au Togo pour dénoncer les violations des droits de l’homme


Une grande manifestation s’est tenue, le jeudi 12 janvier 2012, à Lomé à l'appel de huit organisations de défense des droits de l'homme (ODDH). Elles réclament la fin de la torture, de l'impunité et des violations des droits de l'homme dans le pays. Des milliers de personnes ont défilé jusqu'à l'esplanade du palais des Congrès où ils ont tenu leur meeting sous le regard des forces de l'ordre déployées en grand nombre.

Tunisie: 14 janvier 2011, Ben Ali prend la fuite Nigeria: la grève générale suspendue pour deux jours Côte d'Ivoire: l'enquête sur la disparition de Guy-André Kieffer face aux fausses pistes La Tunisie un an après: les casseroles judiciaires du clan Ben Ali-Trabelsi En tête de la marche ce jeudi à Lomé, on pouvait voir une grande banderole qui portait « Ca suffit : Sauvons le Togo ». Derrière, d’autres marcheurs étaient munis de pancartes aux slogans hostiles au pouvoir comme « Halte à l’arbitraire », « L’impunité, ça suffit ! ». Ils ont traversé la ville au cours d’une marche qui aura duré plus de deux heures.

Au point de chute sur l’esplanade du palais des Congrès, Zeus Ajavon, du Collectif des associations contre l’impunité au Togo (CACIT) déclare : « La violation des droits de l’homme est à un niveau tel que nous n’avons jamais cela connu dans le pays. Le régime en place commet des violations massives. Nous espérions que ça allait s’arranger, mais aujourd’hui nous constatons que la torture devient une chose banale dans le pays et ça devient même une méthode au gouvernement. Non, ça suffit ! ».

A travers cette marche, les manifestants dénoncent notamment les bavures policières, les enlèvements, la vie chère, la fermeture des universités, et Raphael Kpande-Adzare, président de la Ligue congolaise des droits de l’homme (LTDH) ajoute : « Cette marche a pour souci nous montrer unis devant ces autorités qui accumulent des richesses, alors que les citoyens togolais croupissent dans la misère. Ca suffit ! ».

Les huit organisations de défense des droits de l’homme (ODDH) demandent à travers leurs recommandations la réouverture des universités, la libération des prisonniers politiques, des mesures immédiates pour juguler les effets de la vie chère, faute de quoi, ils précisent : « Les ODDH se réservent le droit de remobiliser les populations togolaises jusqu’à la satisfaction totale de ses doléances ».

Un rapport dénonce de nombreux cas de violations

2011, une année sombre pour les droits de l'homme au Togo. Les organisations citent pêle-mêle des cas d'abus policiers, des kidnappings de leaders des mouvements estudiantins, à Kara dans le nord du pays par exemple et surtout des cas de torture.

« Nous avons enregistré pas mal de décès, explique Jil-Benoit Afangbedji, président de l'ACAT-Togo (l'association des chrétiens pour l'abolition de la torture). Plusieurs personnes ont été retrouvées mortes dans plusieurs postes de police sans oublier également les arrestations arbitraires, les tortures. Plusieurs personnes ont été torturées à l’Agence nationale du renseignement et contre toute attente le responsable de cette agence a été décoré de la Grande Croix du mérite. Nous voulons dire que tout cela ca suffit ».

Les défenseurs des droits de l'homme demandent aujourd'hui au président Faure Gnassingbé de mettre fin à ces violations répétées afin que 2012 ne soit pas comme 2011.

Source: RFI

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)