Dimanche 24 Septembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LEMONDE.FR - 03/12/2010 Imprimer | Envoyer | Réagir

Empêcher l'explosion en Côte d'Ivoire


Au moment où la Côte d'Ivoire a, enfin, une chance de mettre un terme à onze années de crise et de violences, le pays court le risque d'être emporté par un embrasement de grande ampleur.

En principe, la commission électorale indépendante (CEI) aurait dû annoncer, mercredi 1er décembre à minuit, le résultat du deuxième tour de l'élection présidentielle de dimanche. Elle aurait dû dire qui, du président sortant, Laurent Gbagbo, ou de son opposant, l'ancien premier ministre Alassane Ouattara, l'a emporté.

Elle réclame encore un peu de temps, et il faut le lui laisser, tant l'enjeu est important. La commission, et personne d'autre, doit rester maîtresse de la proclamation des résultats.

La dernière fois que les Ivoiriens ont élu leur président, en 2000, le vainqueur, M. Gbabgo, avait lui-même qualifié de "calamiteux" le scrutin qui l'avait porté au pouvoir. L'année précédente, un coup d'Etat avait ouvert une période d'instabilité. En 2002, une rébellion a pris la moitié nord de ce pays, qui fut un temps l'un des plus développés de l'Afrique de l'Ouest. La rébellion a instauré une partition de la Côte d'Ivoire qui n'a pris fin qu'avec la signature d'accords de paix en 2007.

Ces accords dictaient les conditions d'une élection présidentielle, repoussée depuis 2005. Le second tour de la première élection présidentielle de l'histoire du pays ouverte à tous les candidats a donc eu lieu dimanche et "s'est globalement tenu dans un climat démocratique", selon le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU. Il en va tout autrement, depuis, de la phase de calcul et de proclamation des résultats. Des méthodes de voyou, avec intimidation et insultes, ont été employées pour perturber le travail de la CEI, organisme composé de représentants des principales tendances politiques, à commencer par ceux de M. Gbagbo et M. Ouattara.

Des manoeuvres similaires ont empêché la publication des résultats du scrutin. Et c'est ainsi que le mandat de la CEI pour annoncer le verdict des urnes a expiré mercredi soir. Mais, dans la foulée, le camp présidentiel a exigé que le Conseil constitutionnel, institution contrôlée par des proches de M. Gbagbo, soit chargé de la proclamation des résultats et qu'il annule le vote de la plupart des bastions électoraux de M. Ouattara.

Ce n'est pas acceptable. Cette tentative ouvre la voie à une transformation complète du processus électoral, avec pour conséquence de pousser le pays vers la violence, voire à une reprise de la guerre civile.

Avant que la Côte d'Ivoire ne replonge dans l'inconnu, il est urgent de trouver les moyens de prolonger le travail de la CEI. Urgent de lui laisser les quelques jours nécessaires pour arriver à des résultats nationaux, malgré ses divisions. Ils pourront être comparés avec les calculs de l'ONU, qui possède son propre jeu de procès-verbaux du scrutin et a pour mission de "certifier" le résultat final. Si ce scrutin est "historique", c'est bien pour mettre un terme à l'aventurisme politique qui prévaut depuis une décennie.

Editorial du "Monde" du 03/12/2010

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)