Mardi 12 Decembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AFP - 17/09/2010 Imprimer | Envoyer | Réagir

Guinée: incendie dans un bâtiment abritant du matériel électoral


De Stéphane BARBIER (AFP) – Il y a 14 heures

CONAKRY —16/09/2010 - Un incendie s'est produit jeudi à Conakry dans un bâtiment abritant du matériel électoral devant servir au second tour de la présidentielle en Guinée, au lendemain du report de ce scrutin que l'Union africaine, l'ONU et la France veulent voir organisé dès que possible.

L'incendie, d'origine accidentelle selon des membres de la Commission électorale, s'est déclaré dans l'après-midi au sein du camp militaire Almany Samory Touré de Conakry.

L'édifice touché, qui abritait une partie des 5,5 millions de bulletins de vote, des 12.000 urnes et des isoloirs, n'a pas été détruit, a constaté un journaliste de l'AFP. Mais deux heures après le début de l'incendie, une épaisse fumée continuait à s'en dégager.

Un membre du département logistique de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Ali Badara Kakoro, a assuré qu'il n'y avait "pas de pertes" et que cet incident n'aurait "aucune incidence pour le second tour". Selon lui l'incendie, qui n'a pas fait de blessé, était dû à "un court-circuit".

L'incident survient au lendemain du report du second tour de la présidentielle qui aurait dû se dérouler dimanche, près de trois mois après le premier tour du 27 juin.

Un report annoncé par le porte-parole de la Céni et confirmé par le président du régime de transition, le général Sékouba Konaté, qui a regretté que son pays aille "vers l'impasse".

Le général a demandé l'intervention du médiateur de la crise guinéenne, le président burkinabé Blaise Compaoré. Il a souhaité que les deux candidats, Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé, retrouvent M. Compaoré pour "tirer toutes les conséquences du report".

Jeudi, l'entourage de Compaoré a indiqué que ce dernier était prêt à rencontrer les candidats, mais qu'aucun rendez-vous n'était pour l'instant fixé.

"Nous n'avons pas besoin de médiateur", a estimé le candidat Alpha Condé, pour qui l'organisation du second tour est "un problème technique" lié à la publication des listes électorales ou encore la distribution des cartes d'électeurs.

"Nous pouvons régler nous-même ce problème", a-t-il assuré à l'AFP et Radio France internationale (RFI), ajoutant: "Il y a des dysfonctionnements à régler et la Céni doit prendre ses responsabilités et nous dire +voila le temps qu'il faut+" pour organiser un second tour transparent.

De son côté, Cellou Dalein Diallo s'est déclaré "déçu" de ce report du scrutin. Il a souhaité que "cette élection se tienne courant septembre".

Cellou Dalein Diallo était arrivé en tête du premier tour avec 43,69% des voix, devant Alpha Condé (18,25%).

Dans son discours à la Nation mercredi soir, le général Konaté avait appelé les deux candidats à "user de tout leur poids et de toute leur autorité pour appeler leurs militants au calme pour un bon déroulement de la transition".

La campagne électorale est suspendue depuis dimanche soir et toute manifestation de rue interdite à la suite de violences électorales qui ont fait un mort et 50 blessés le week-end dernier à Conakry.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a invité l'administration de transition à annoncer rapidement une nouvelle date pour le vote et a appelé le peuple guinéen "à se garder de tout acte de violence".

La France a elle renouvelé sa demande d'une campagne dénuée d'"incitation à la haine et à la violence", tandis que le président de la Commission de l'UA, Jean Ping, "suit avec préoccupation la tension croissante en Guinée" et "tient à la tenue rapide du second tour".

Le sécrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Abdou Diouf, à lui appelé les "parties prenantes guinéennes à un redoublement d'efforts pour mener à son terme le processus électoral dans les plus brefs délais" avec "des élections libres, fiables et transparentes".

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)