Samedi 23 Septembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LA CROIX - 08/09/2010 Imprimer | Envoyer | Réagir

Le cardinal ghanéen Peter Turkson dessine à Rome un catholicisme africain


Nommé il y a près d’un an à la tête du Conseil pontifical Justice et Paix, le cardinal ghanéen Peter Turkson prend la mesure de ses nouvelles fonctions. Il sera aux côtés de Benoît XVI lors de sa visite d’État au Royaume-Uni, du 16 au 19 septembre

Nommé par Benoît XVI président du Conseil pontifical Justice et Paix, à Rome, le 24 octobre 2009 (1), le cardinal ghanéen Peter Kodwo Appiah Turkson, à 61 ans, prend la mesure de ses nouvelles fonctions : « Notre structure est très légère, constate-t-il. Tout compris, nous ne sommes que 18 personnes. Or, notre domaine d’action et de réflexion englobe les questions politiques, économiques, le désarmement, les droits de l’homme, l’écologie… »

Pas question pour autant de baisser les bras devant l’ampleur de la tâche : « Il nous faut travailler en réseau, avec les Caritas nationales, les correspondants de Pax Christi, les diocèses, les universités catholiques… »

Suivant la tradition de ses prédécesseurs, notamment le cardinal français Roger Etchegaray, il se rend sur le terrain. Ce fut le cas récemment au Nigeria, blessé par des luttes interethniques. L’Afrique reste d’ailleurs chère au cœur de cet homme jovial et fier de ses origines : « Mon pays, le Ghana, tire son nom d’un très ancien royaume africain. Sous la colonisation britannique, il s’appelait Gold Coast, en raison de ses mines d’or. »

Le grand saut hors d’Afrique

Son histoire est aussi religieuse : « ‘Découverts’ par les Portugais, nous sommes donc devenus catholiques. Puis, les Hollandais leur ayant succédé, nous sommes devenus calvinistes. Et avec les Anglais, nous sommes devenus méthodistes et anglicans. Notre Église est très ancienne, et nous n’avons jamais connu un christianisme sans divisions. »

Son père, charpentier, était catholique. Sa mère, méthodiste, est devenue catholique. Ils ont eu dix enfants, six garçons et quatre filles. D’où la bonne trentaine de neveux et nièces du premier cardinal ghanéen de l’histoire. Il se souvient : « Nous vivions à Nsuta, une ville minière. La paroisse catholique était desservie épisodiquement par un missionnaire hollandais. À 10 ans, je lui ai écrit pour lui dire que je voulais entrer au séminaire. Mon père a réuni toute la famille. Devant eux, j’ai expliqué mon choix. Il a donné son accord. »

Plus tard, ce fut le grand saut hors d’Afrique : « L’évêque m’a envoyé aux États-Unis, où j’ai été ordonné diacre. Et le 20 juillet 1975, j’ai été ordonné prêtre pour mon diocèse de Cape Coast, le plus ancien du Ghana, fondé en 1879. »

«En Afrique, les liens familiaux et ethniques donnent sens à la vie»

Le futur cardinal poursuit ses études à Rome, à l’Institut biblique. C’est là, le 6 octobre 1992, qu’il apprend, à sa grande surprise, qu’il est nommé évêque de son diocèse : « J’ai voulu être ordonné au Ghana et non pas à Rome, car je voulais être au milieu du peuple que je devais servir. J’ai toujours pensé que nous sommes avant tout des pasteurs, des témoins du Christ. Le pouvoir ne doit pas être notre objectif. » Mais, cinq ans plus tard, il est élu président de sa conférence épiscopale. Créé cardinal par Jean-Paul II le 21 octobre 2003, habitué des synodes romains, il fut, du 4 au 25 octobre 2009, rapporteur général du deuxième synode des évêques sur l’Afrique.

Attentif à la croissance remarquée des catholiques africains, le cardinal Turkson est sans concessions sur le catholicisme à l’africaine : « En Afrique, les liens familiaux et ethniques donnent sens à la vie. Mais les baptisés doivent élargir leur vision à ceux qui ne sont pas membres de leur famille, de leur ethnie. On a bien vu, au Rwanda, à quel point c’est difficile. C’est un défi pour l’Église en Afrique. C’est toute une cohérence de vie qu’il nous faut recréer, car beaucoup de baptisés ne sont pas convertis en profondeur. Lorsque le christianisme s’en tient à un formalisme, voire à des formalités, il ne conduit pas à une relation avec le Christ. »

Face à ce risque, le cardinal Turkson est attentif à l’évolution des mouvements charismatiques catholiques ou des groupes évangéliques néopentecôtistes : « Ils veulent combler ce fossé, redonner un sens à la vie spirituelle. »

«Si l’Europe devenait moins chrétienne, nous serions comme orphelins»

Vis-à-vis de l’Occident, le cardinal noir est sans concessions. En octobre 2009, durant le dernier synode sur l’Afrique, lui et ses pairs avaient fustigé le « nouvel impérialisme culturel », « les nouveaux modèles familiaux » venus d’Occident.

Il s’en explique : « En Afrique, nous considérons que nous sommes tous membres d’une famille humaine, et que nous devons la perpétuer en donnant la vie. Si on nous propose des modes de vie qui ne permettent pas cet engendrement, nous disons que cela porte atteinte à la survie de la société. Pour nous, c’est une étrangeté, qui ne débouche pas sur la vie. Et, d’un sentiment d’étrangeté à un sentiment de rejet, il n’y a qu’un pas. Respecter les droits des minorités, notamment homosexuelles, ne signifie pas reconnaître leur mode de vie. »

De même, précise-t-il, « si l’Europe devait devenir moins chrétienne, nous serions alors comme orphelins, dépositaires d’une expérience de foi, mais sans parents ».

«Si Dieu voulait voir un Noir devenir pape, qu’il en soit remercié !»

Sensibles aux critiques pesant actuellement sur le célibat sacerdotal, mais surtout aux écarts dont il serait l’objet sur le continent noir, Mgr Turkson réagit : « S’agit-il là d’un problème exclusivement africain, ou qui touche exclusivement les prêtres ? Non. Cette question de la fidélité à un état de vie se pose aussi aux couples mariés. Le célibat suppose une vie spirituelle intense, profonde, et une discipline de vie réelle et sérieuse, ouverte à la grâce. Car ce mode de vie n’est pas naturel. Il ne peut être vécu qu’avec l’aide de Dieu. Telle est du moins mon expérience personnelle. Pas plus qu’aucun autre prêtre, je ne suis un surhomme ! »

Le cardinal ghanéen, qui a participé au conclave ayant élu Benoît XVI, est souvent interrogé sur l’élection éventuelle d’un futur pape noir. Sa réponse, maligne, ne varie pas, dans un grand sourire : « Si Dieu voulait voir un Noir devenir pape, qu’il en soit remercié ! »

Frédéric MOUNIER, à Rome

(1) Tout juste deux jours après que le pape a nommé le numéro deux de ce dicastère, en la personne de Mgr Mario Toso, salésien, ancien recteur de l’Université salésienne de Rome, expert réputé sur la doctrine sociale de l’Église.

La croix

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)