Dimanche 23 Juillet 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AFRIK.COM - 06/09/2010 Imprimer | Envoyer | Réagir

Présidentielle en Guinée : vers un second tour apaisé ?


samedi 4 septembre 2010 / par Djamel Belayachi

Les deux candidats au second tour de la présidentielle guinéenne, Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé, ont signé vendredi un « protocole d’entente » où ils s’engagent à respecter les résultats du scrutin prévu le 19 septembre. Après s’être mutuellement accusés de vouloir truquer les élections, les deux protagonistes se disent aujourd’hui disposés à jouer le jeu. La campagne démarre officiellement ce dimanche.

La présidentielle en Guinée se déroulera-t-elle dans la sérénité ? Les deux candidats au second tour, prévu le 19 septembre, se sont engagés vendredi à mener une « campagne politique apaisée » et à se conformer « scrupuleusement » au verdict des urnes, dans un accord singé à Ouagadougou, sous la houlette du président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur de la crise guinéenne. Le document, intitulé « protocole d’entente pour une élection apaisée en Guinée », invite en outre l’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo, candidat de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), et son adversaire Alpha Condé, le leader du Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG), à respecter l’« indépendance » de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). La Commission faisait jusqu’ici l’objet d’une intense querelle entre les deux hommes qui s’accusaient mutuellement de velléités de fraude. Se disant victime d’une « gigantesque fraude » au premier tour, Alpha Condé souhaitait que le ministère de l’Administration du territoire, le Matap, participe à l’organisation du second tour, au motif que Cellou Diallo avait noyauté la Ceni pour truquer les élections. Le leader de l’UFDG n’a pas été emballé par l’idée, soupçonnant à son tour son Alpha Condé de vouloir utiliser le Matap à son profit. Avec le « Protocole » de Ouagadougou, les deux candidats donnent aujourd’hui l’impression d’être revenus à de meilleurs sentiments.

Pas de duel télévisé

A l’approche du coup d’envoi de la campagne, dimanche 5 septembre, les choses s’accélèrent. Le ministère de la Communication a convié jeudi les représentants des deux camps pour les informer du temps d’antenne qui sera accordé sur la télévision et la radio publique à leurs candidas respectifs. Il a été ainsi retenu pour chacun d’entre eux dix minutes dans le journal de campagne, rapporte guineenews.org. Selon la même source, Cellou Dalein Diallo a convié son adversaire à un duel télévisé, mais son responsable de la Communication, son épouse Martine Condine, a décliné, assurant qu’« Alpha Condé n’a pas besoin de débats pour se faire élire ».

Le temps des alliances

Cellou Dalein Diallo est arrivé en tête des suffrages lors du premier tour, organisé le 29 juin, avec un score de 43,69%, contre 18,25% pour l’opposant historique Alpha Condé. Le chef de l’UFDG bombe le torse : « Je suis confiant, je sais qu’il n’y a aucun risque pour moi de perdre ce second tour », a-t-il déclaré vendredi à l’AFP. « J’ai réalisé une performance de 44% des voix, j’ai conclu des alliances avec des partis qui ont réalisé au total 18%. Je pense que (...) j’ai toutes les chances de l’emporter et de manière éclatante », a-t-il ajouté. A la surprise générale, Alpha Condé a, lui, scellé, début août, une union avec le leader du Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN), l’ancien Premier ministre Lansana Kouyaté. Les deux hommes sont pourtant considérés comme des ennemis de longue date. L’outsider Condé et son allié espèrent que se réédite la faible participation du premier tour (seuls 1,8 millions de Guinéens sur 4,2 millions d’électeurs potentiels) pour démentir les pronostics. Rien n’est encore joué.

www.afrik.com

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)