Lundi 23 Octobre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

SPORT.FR - 09/01/2010 Imprimer | Envoyer | Réagir

Le Togo en état de choc


Au lendemain de l'attaque de leur bus à la mitraillette dans la province angolaise du Cabinda, qui aurait coûté la vie au chauffeur, à deux membres de l'encadrement, alors que l'état du gardien remplaçant reste en suspens, l'heure est toujours aux interrogations pour la sélection togolaise. Et à croire leur capitaine Emmanuel Adebayor, la tendance serait plutôt au départ et à la non-participation à la CAN...


Emmanuel Adebayor et les siens s'interrogent sur leur participation à la CAN. (Reuters)
"Tout le monde criait, appelait sa mère, pleurait au téléphone, prononçait ses derniers mots en pensant qu'on allait mourir". Les mots prononcés par Emmanuel Adebayor sur la chaîne BBC Afrique font froid dans le dos. Au lendemain de l'attaque de leur bus par des rebelles armés lors de leur entrée sur le territoire de l'Angola, et alors que la délégation déplorerait les décès de l'entraîneur adjoint Abalo Amélété, de l'intendant chargé de la communication, Stan Ocloo, alors que le cas du gardien de Pontivy Kodjovi Obilalé reste en suspens, les joueurs togolais sont encore sous le choc et la question de leur participation, ou non, à la compétition, demeure.

"Si la sécurité n'est pas assurée, nous partirons. Je pense que beaucoup de joueurs veulent partir et quitter le tournoi. Car ils ont vu la mort de près et veulent retrouver leurs familles. Personne n'est près à donner sa vie pour un match de foot, même si c'est l'un des plus grands tournois africains et que beaucoup aimeraient être à notre place", a ainsi expliqué le capitaine des Eperviers.

Velud: " Je ne dis pas qu'ils veulent étouffer l'affaire, mais presque"

Un constat partagé par son entraîneur, le Français Hubert Velud, à l'antenne de RMC. " On est resté longtemps à l'hôpital pour être très groupés. Dans ces situations, on devient un peu parano, on se méfie de tout. On n'a pas non plus senti que les autorités prenaient cet événement de façon très sérieuse", explique le sélectionneur, avant de continuer : "Je ne dis pas qu'ils veulent étouffer l'affaire, mais presque. La suite, je ne la connais pas. On va se réunir avec les joueurs et le staff technique pour prendre une décision.".

Alors que les délégations ivoiriennes et burkinabés sont également sur place, les discussions vont bon train entre les joueurs. "Je sais que Sheyi (Emmanuel Adebayor) a vu ses amis, notamment Kolo Touré et je pense qu'il va voir Drogba. Ils vont sûrement se concerter entre grands joueurs parce que la sécurité ici ne me paraît pas à la hauteur d'une grande compétition internationale", raconte Velud, avant de conclure : "Je ne peux pas encore m'avancer sur certaines mesures mais ils vont parler entre hommes responsables. Il ne faut pas que les intérêts économiques et commerciaux prennent le pas sur la chair humaine".

S'ils ne sont pas sur place, et n'évolueront pas forcément dans la province du Cabinda, les autres sélections se posent également des questions, à l'image de Paul Le Guen, le sélectionneur du Cameroun. "Ça ne vaut pas le coup de perdre la vie pour le foot. Si ça se confirme, car nous n'avons que très peu d'infos pour le moment, on avisera", explique ainsi l'ancien Parisien à l'antenne d'Infosport. Même son de cloche sur Europe 1, avec Alain Giresse, l'entraîneur du Gabon : "Ça interpelle. On ne peut pas rester indifférent. Pour le moment c'est la stupeur. Je ne peux qu'être dans l'interrogation pour le moment".

Par Benoît CONTA

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)