Mercredi 28 Juin 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

L'AITEUR - 08/12/2009 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: Rien de nouveau ...(2)


On entend par intelligence (humaine), l’aptitude avérée de l’homme, animal réputé pensant, à anticiper autant que possible une sortie heureuse d’une quelconque contrainte, aussi infime soit-elle. Elle perd de sa vertu si elle ne sert qu’à changer uniquement la couleur du mal pour pouvoir s’en plaindre davantage.

Il est donc inquiétant qu’à l’heure où les grandes puissances de ce monde se dépatouillent (et c’est le cas de le dire) inlassablement pour réorienter leurs pratiques habituelles, force est de constater que le Togo, à l’instar toujours de ses pairs africains, continue de maintenir l’immobilisme comme règle absolue. Il est un intérêt certain à s’interpeler sur la source de cette résolution affichée de ne point s’inscrire dans la marche en avant de l’histoire.

En effet, si l’on fait une relecture de l’histoire africaine, il est fort remarquable que ce continent semble être le seul qui se donne un mal insensé pour se libérer d’un fléau innommable, sans jamais être arrivé, non seulement à tirer des leçons de la lutte qui y a mené, mais aussi et surtout, en prenant un malin plaisir à s’enfermer dans une autre servilité.

L’Afrique a lutté pour se libérer de l’esclavage, et à quel prix ! Elle le remplace par la colonisation… et, cette dernière, devenant plus que soutenable, elle s’active pour s’en libérer. Il y a eu par la suite, comme si tous les efforts des uns et des autres pour les indépendances tant espérées devraient s’annihiler pour des raisons occultes et ignominieuses, les différentes libérations nationales dont des journées commémoratives courent les pays, sans oublier celles dites économiques qui se célèbrent à coup de frasques indignes des sacrifices consentis.

Au final, pour toute libération, l’Afrique se retrouve à chercher encore à se libérer d’une nouvelle servitude, et c’est la plus imbécile de toutes : la dictature. Alors, le bon sens oblige à se demander sur quoi s’empaler ensuite…
Il apparaît clairement que les mêmes inepties prennent la place des mêmes balourdises pour que l’immobilisme trouve les meilleures conditions pour s’installer indéfiniment dans les sociétés de l’homme noir. A tel point qu’on en oublie presque les vraies raisons de ce manque de clairvoyance et de cet obscurantisme endoctrinant qui est transmis à travers les générations. Le comble serait d’en faire un universalisme. Pauvre Afrique, dirait-on !
S’il est vrai qu’on ne peut pas changer l’histoire, il est tout autant vrai que ce sont les changements qui font l’histoire. Et ce, parce que les changements que les hommes opèrent dans leurs vies constituent les cadres réels et légitimes qui servent de creuset à leur histoire commune.

En Avril 1958, l’histoire du Togo a fait sensation en remettant le peuple dans son droit inaliénable à se donner une orientation qui lui sied. Du moins, c’est la résultante attendue par ceux qui ont eu une telle vision, on ne peut plus, noble. C’est tout le sens du sacrifice si âprement consenti. C’est toute la vertu que procure le sentiment d’une œuvre accomplie.

Les valeureux fils de ce pays ont su, en leur temps, mettre un nom sur la soif du peuple togolais, celle d’indépendance qui a fini par être proclamée en Avril 1960. Ils ont su incarner cette aspiration, en proposant au peuple une unicité de choix, qui correspondait à se lancer le défi fort audacieux de propulser cette nation, que l’histoire leur a donné à conduire, vers des horizons brillants.

Il leur a suffit, en définitive d’associer le peuple à la construction de leurs ambitions diverses et légitimes, au demeurant ! Ils avaient très vite compris également que la méthode constituait le socle même de leur entreprise, partant périlleuse.

Ils avaient surtout astucieusement noué les bonnes alliances malgré les divergences d’approches des différents acteurs. L’honneur de la jeunesse, mise largement à contribution par ailleurs, était la garantie de leurs actions. L’alliance CUT-JUVENTO en est une illustration édifiante.
Alors, même si aujourd’hui la donne a changé (on ne chasse plus « le blanc » de nos territoires…), le schéma reste le même.

Il y a toujours en face du peuple, un oppresseur pernicieux, sibyllin, et malicieux, qui plus est !

Essayons-nous à ce que je me risquerai d’énoncer comme étant la théorie des trois ’’A’’ : Alternative-Alternance-Autogestion.

L’Alternative n’est possible que si on est attentif au souhait du peule togolais. Ceci se traduit par le tissu sociopolitique qu’il a composé depuis les années 90. En clair, l’Alternative revient au peuple indistinctement, de porter au pouvoir l’Union des Forces de Changement (U.F.C).

La vraie raison est d’éviter d’entrer dans un émiettement de ce tissu sociopolitique qui garantirait au pouvoir la légitimation qu’il recherche par tous moyens, même les moins honorables. Il est bien évident que le sentiment d’un scénario inachevé est la limite à ne pas franchir si l’exception togolaise peut constituer une valeur dans l’entendement des uns et des autres.
L’objectif n’est pas de donner à plébisciter le parti nommé supra. Il est tout simplement question de mettre le peuple togolais face à un choix qu’il a toujours exprimé au travers de précédentes échéances. Le jeu des partis politiques et autres tentatives individuelles, bien qu’intéressantes, renforcent plutôt la position du pouvoir qui ne cessent d’enrôler fatalement des forces actives de la jeunesse par des stratagèmes plus efficaces les uns que les autres. Il n’est plus tout à fait contraignant de se déclarer membre du Rassemblement du Peuple Togolais (R.P.T), parti au pouvoir, comme qu’il a pu le sembler, il n’y a pas si longtemps.

Pourquoi faire plus compliqué, alors que le plus dur est déjà fait. L’unanimité autour de la question de débarrasser le Togo d’un système plutôt abrutissant, sans jamais verser dans l’abus, est faite. Il ne reste plus qu’à l’appliquer.

Le réel constat est qu’effectivement les partis politiques tels que structurés ne laissent pas tout le temps percevoir clairement leur façon d’accéder à la volonté du peuple. Il revient alors au peuple de confirmer son choix, conforter son tissu sociopolitique pour enfin consommer les quarante ans d’une illusion sur cinquante années d’indépendance.

C’est la seule garantie pour éviter la compromission qui est devenue le jeu intellectuel le plus prisé depuis peu. Ajoutées à cela la stigmatisation des uns et l’incongruité des autres, la marmite est pleine pour que le réchauffé soit resservi. On ne peut pas être tous fous en même temps, dirait-on !
Cette Alternative constitue l’assurance d’une Alternance propre, sous tous les angles, parce que respectant tout simplement la perspective suggérée par le peuple togolais. L’Alternance est sans doute le tremplin pour asseoir la démocratie participative qui est reconnu par les expériences venues d’ailleurs comme étant le modèle le plus proche d’une bonne gouvernance.
L’Autogestion est la porte de sortie qui apparaît la plus adaptée pour compter relever les défis actuels auxquels toutes les nations du monde sont confrontées aujourd’hui.

Il me semble qu’une mise au point s’impose. Cette analyse sur la problématique de la présidentielle de Février 2010 se veut basée sur une observation évoluée de l’expression de l’aspiration profonde du peuple togolais à un changement systémique. Elle ne saurait donc souffrir d’aucune adhésion partisane.
Le but étant de traduire dans les faits, la marche du peuple togolais vers l’affranchissement d’un système de gouvernement s’inspirant prétendument des méthodes colonialistes rétrogrades, n’ayant pour finalité que de dégouter les togolais d’une appartenance nationale dont l’adhésion est massivement tronquée.
Il ne s’agit pas uniquement de prendre monsieur tel, associé explicitement ou non à un autre, afin de remplacer un autre encore, au nom d’un hypothétique changement qui renforcerait dans le pays un malaise profond qui finirait par appeler les uns et les autres à s’affronter vertement au mépris des règles élémentaires de bienséance qui exclut toute violence comme moyen de socialisation des individus.

Il est de bon ton que les togolais se sentent pour une fois concernés par l’engagement, sans nul doute sincère, des acteurs politiques, même si leurs initiatives ne semblent pas tout le temps traduire avec justesse la volonté du peuple de se défaire des liens d’un système qui l’étouffe.

Le vrai challenge consiste à aider ces mêmes acteurs politiques pour une instauration efficiente de la démocratie dans notre pays. Ce n’est qu’après que nous pourrons jauger dans les règles de l’art, des nécessités ou non de l’à propos du choix à faire ou à ne pas faire dans la stratégie des uns et des autres. Il n’est ici pas question de remettre en cause leur professionnalisme, loin s’en faut !

Le schéma classique qui suit est justement celui de l’exercice du pouvoir dans les conditions que la nouvelle classe dirigeante sera appelée à assumer.
Dès lors que la vraie démocratie est le mécanisme d’expression de la volonté du peuple le plus fiable expérimenté jusqu’alors, l’exercice du pouvoir est avec la réalité du pouvoir l’enjeu inévitable.

par Kofi L.M. DOHNANI
klmdohnani@yahoo.fr

A suivre


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)