Vendredi 24 Mars 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

L'AUTEUR - 29/10/2009 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: Le pari de la franchise de Gilchrist Olympio


Un pari audacieux à l’ère de la langue de bois. Le président de l’UFC, Monsieur Gilchrist Olympio en a pourtant fait l’épine dorsale de notre parti. ‘Mon parti doit dire la vérité sur le monde dans lequel nous vivons et sur les défis que nous allons devoir affronter ‘

Il est clair que ce pari de la franchise adopté par le président de l’UFC ne peut qu’être rejeté par ceux qui ont servi le père et aujourd’hui le fils Gnassingbé dans le mensonge total. Ce rejet de leur part est lié au fait qu’ils pensent se sauver politiquement en éliminant l’homme immaculé des régimes Gnassingbé, capable de faire un état des lieux correct en arrivant au pouvoir. Etat des lieux, sans chasse aux sorcières, qui éventuellement les éclabousserait. Voilà pourquoi, en se trompant délibérément de cible, ils croient aussi tromper encore notre peuple qui n’a qu’une seule cible, les Gnassingbé et le régime RPT. Les derniers résultats des élections législatives démontrent malgré la fraude du RPT que la cible de notre peuple se confond avec celle de l’UFC. Ceci est une réalité sur laquelle toute union éventuelle doit s’articuler. Le pari de la franchise du Président de l’UFC est épousé par notre peuple et, c’est là l’essentiel dans une démocratie qui a toujours pour socle le peuple.

Après plus de quatre décennies d’une dictature sanguinaire, si une majorité des électeurs décident de voter pour le candidat du RPT, même avec un ou plusieurs candidats de l’opposition en face, ils voteront toujours pour le RPT. Ce qui en clair veut dire que la candidature unique de l’opposition n’est pas la panacée. Le vrai problème est comment arracher au rejeton Gnassingbé une élection présidentielle transparente et équitable. Pour y parvenir nous devons exiger d’abord dans un premier temps le rétablissement de notre constitution qui stipule clairement que notre système électoral est basé sur le scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Ceci éviterait aux partis dits de l’opposition ce casse tête du choix d’un candidat unique. Ce rétablissement du scrutin uninominal majoritaire à deux tours permettra à tous les partis de présenter leurs candidats. Le candidat qui recueillera 50,01% des suffrages sera élu au premier tour. Sans aucune majorité absolue au premier tour, un second tour doit départager les deux premiers du premier tour. En cas d’un second tour, une union sacrée doit se faire entre les candidats de l’opposition contre leur adversaire commun, le candidat du RPT. La démocratie commence par le libre choix des candidats par les électeurs. Le rétablissement du scrutin uninominal majoritaire à deux tours ne peut être qu’une saine et solide fondation pour notre démocratie naissante.

Dans un second temps nous devons exiger la transparence des élections. Transparence qui passe par des listes électorales crédibles, une campagne libre pour tous les candidats à travers tout le pays, la présence des observateurs internationaux et nationaux en nombre suffisant, la présence équitable des représentants de chaque candidat dans les bureaux de vote, un dépouillement public des résultats et la proclamation des résultats réels sortis des urnes. Voilà une liste non exhaustive des conditions à satisfaire pour des élections libres et transparentes pour une vraie démocratie au Togo et c’est uniquement là où doit se situer notre combat. Tout le reste n’est qu’une diversion délibérée pour faire éterniser au pouvoir les coquins et les copains au mépris du peuple.

Evitons de nous laisser distraire par des faux problèmes et libérons dans la franchise avec le candidat de l’UFC notre pays d’une dictature qui n’a que trop duré. Trop, c’est trop.

Finissons !

Ablodé

Par Elliott Ohin

Ancien Secrétaire General de l’UFC,
Membre du bureau national,
Représentant de l’UFC en Amérique du Nord.

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)